Visite d’Etat du président de la République au Sénégal : La magnification d’une relation exceptionnelle

1

MAGNIFICATION Vingt et un coups de canon. C’est le cérémonial d’accueil solennel déployé en l’honneur du président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta à son arrivé dimanche à Dakar dans la capitale sénégalaise pour une visite d’Etat de 72 heures. Désireux de magnifier l’amitié entre les deux pays, les hôtes sénégalais ont déployé tous les fastes de la Terranga. Ils se sont joints à leurs frères maliens pour réserver un accueil mémorable au président Ibrahim Boubacar Keïta au son des tam-tams et des clameurs d’allégresse. Les Dakarois et les nombreux ressortissants de la colonie malienne s’étaient massés le long des voies de sortie de l’aéroport pavoisées aux couleurs nationales des deux pays. Les chefs d’Etat, installés dans un véhicule décapotable, se sont ainsi offert un long bain de foule.

 

C’est à  17 heures 45 mn que l’avion du chef de l’Etat a atterri à l’aéroport international Leopold Sédar Senghor de Dakar. Ibrahim Boubacar Keïta accompagné de son épouse, Mme Kéïta Aminata Maïga, a été accueilli à sa descente d’avion par son homologue du Sénégal, Macki Sall et par le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse.

 

Après l’exécution des hymnes nationaux, la revue des troupes et le salut aux corps constitués, le chef de l’Etat sénégalais et son homologue malien ont eu un court entretien dans le salon d’honneur de l’aéroport. Ibrahim Boubacar Kéïta a été ensuite accompagné par Macky Sall à sa résidence à l’hôtel King Fahd Palace. Ici, les deux personnalités ont livré leurs premières déclarations à la presse.

« Je suis heureux à plusieurs titres. D’abord pour avoir passé une partie des mes études à l’Université Cheikh Anta Diop, mais surtout pour les liens historiques et anthropologiques entre nos deux peuples. Je n’ai pas le sentiment d’être en déplacement. Cette visite va apporter un jalon de plus dans les rapports entre nos deux pays. Car c’est ce que nos peuples attendent », a déclaré le chef de l’Etat qui s’est réjoui de l’accueil qui lui a été réservé. Le président Macky Sall a lui également magnifié la qualité des relations entre son pays et le Mali. « Le Mali et Sénégal sont un même peuple pour deux pays », a-t-il indiqué avant de remercier son invité pour sa venue.

La forte délégation du président de République comprend des ministres et des hommes d’affaires. Le nouveau ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, les ministres de la Solidarité, de l’Action humanitaire et de la Reconstruction du Nord, Hamadoun Konaté, de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, Mamadou Hachim Koumaré, de l’Energie, Mamadou Frankaly Kéïta, et le Médiateur de la République, Baba Hakib Haïdara figurent parmi les officiels qui assisteront à l’écriture d’une page qualitativement nouvelle dans les relations sénégalo-maliennes.

Hier lundi, le président Ibrahim Boubacar Kéïta s’est entretenu en tête-tête avec son homologue Macky Sall, et échangé des décorations au palais présidentiel (voir article ci-contre). Les deux chefs d’Etat ont ensuite coprésidé une séance de travail élargie aux membres des deux délégations.

40 MÉGAWATTS POUR LES LOCALITÉS FRONTALIÈRES. Lors de cet événement, la coopération bilatérale entre des deux pays a été passée en revue. Les domaines concernés sont l’économie, le commerce et le transport, l’énergie, la paix et sécurité ainsi que les projets d’intérêt commun dans le cadre de la CEDEAO, de l’UEMOA ou encore de l’OMVS.

Au cours de la conférence de presse organisée après les travaux, les Ibrahim Boubacar Kéïta et Macky Sall ont réaffirmé leur volonté de renforcer les liens d’amitié et de coopération séculaire entre nos deux pays. Le président Macky Sall a exprimé l’intérêt que le Sénégal accorde au processus de stabilisation du Mali. Nos voisins, qui disposent déjà d’un important contingent de militaires engagé dans la Mission internationale des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), entendent porter l’effectif à 700 hommes contre 510 actuellement. Dans le domaine des transports et du commerce, les deux pays entendent aussi densifier l’axe Bamako-Dakar afin les Maliens profitent des avantages du port de Dakar. Le transport ferroviaire et routier et le développement l’énergie ont occupé une place importante lors de la séance de travail. Le Sénégal entend mettre à la disposition du Mali 40 mégawatts destinés aux localités frontalières du Mali. Dans un tout autre domaine, Maliens et Sénégalais ont convenu de redynamiser le transport ferroviaire entre les deux pays.

Répondant à certaines questions de journalistes, le président Keïta a fait savoir qu’il ne commenterait pas l’action en justice en cours contre l’ancien chef d’Etat, Amadou Toumani Touré.

L’un des temps fort de la visite d’Etat est l’adresse que le président de la République Ibrahim Boubacar a faite à l’Assemblée nationale sénégalaise hier dans l’après-midi. Dans la soirée, le président Macky Sall et son épouse Mme Marème Sall ont offert un banquet à leurs hôtes. Auparavant, le président de la République a rencontré le Premier ministre du Sénégal, Mme Aminata Touré et la présidente du Conseil économique, social et environnemental, Mme Aminata Tall.

Ce matin, le président Ibrahim B. Keïta visitera la Maison des esclaves de Gorée (un lieu qui ravive un épisode douloureux de l’histoire de l’humanité) et le Grand théâtre national de Dakar. Dans l’après-midi, le chef de l’Etat va rencontrer la communauté malienne à l’amphithéâtre de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD II). Un communiqué conjoint sanctionnera le séjour du président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta au Sénégal.

Nous reviendrons sur cette visite d’Etat dans nos prochaines éditions.

Envoyé spécial

Be. COULIBALY

PARTAGER

1 commentaire

  1. Chers frères et sœurs
    d’Afrique, quand allons-nous comprendre qu’effectivement le destin du Continent africain ne dépend que de nous.Les prédateurs et leurs acolytes n’ont de cesse de nous le répéter. vous n’avez pas encore compris leur message? Bien écoutez moi: ça veut dire si nous voulons aller de l’avant, ils faut en découdre avec ces sangsues. sortons de notre passivité. N’avez-vous pas vu certains pays arabo-musulmans. Malgré les préjugés dont ils ont été victimes, ils ne se sont pas laissés abattre. Ne contentons plus des miettes que nous jettent ces fauves voraces:car c’est grâce à l’argent du Continent africain qu’ils fabriquent des armes qui nous retombent dessus.
    A vos marques.

Comments are closed.