Voeux de la presse : l’invitation à la responsabilité dans le traitement de l’information

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré

Après les Forces vives de la nation, la grande famille de la presse a présenté ses vœux de nouvel an au président de la République par intérim, le Pr. Dioncounda Traoré. C’était à Koulouba.

Le président du Comité national de l’égal accès aux médias d’Etat, Abdoulaye Sidibé, la présidente du Conseil supérieur de la communication, Mme Togola Marie Jacqueline Nana, le président de la Maison de la Presse, Makan Koné, ont tour à tour évoqué les grandes préoccupations du moment à savoir la libération des régions du Nord et l’organisation d’élections crédibles et transparentes. Les trois orateurs ont décrit, chacun à sa façon, la crise dans laquelle est plongé notre pays depuis plus de huit mois. Le président du Comité national de l’égal accès aux médias d’Etat a appelé à un engagement patriotique et désintéressé de tous et de chacun, afin de permettre au Mali de redevenir un modèle en matière de démocratie, de paix, de tolérance, de solidarité.

Quant à la présidente du Conseil supérieur de la communication (CSC), elle a rappelé que la liberté de la presse a été fortement éprouvée par la crise que vit le pays. Mme Togola Marie Jacqueline Nana a condamné avec fermeté les interpellations abusives, les intimidations, le saccage des radios privées, les enlèvements et les atteintes à l’intégrité physique de certains journalistes.

La présidente du CSC a aussi dit sa satisfaction pour l’adoption de la loi portant sur les services privés de la communication audiovisuelle (les télévisions privées, ndlr). Elle a cependant rappelé un vœu cher de sa structure : la création d’un organe de régulation unique, indépendant, doté de moyens conséquents.

Le président de la Maison de la presse a, lui, regretté l’absence à ce jour de suite judiciaire aux graves atteintes à la liberté de la presse. Evoquant l’état de la presse malienne de façon générale, Makan Koné estime que «si la bataille de la quantité des journalistes, animateurs et communicateurs est gagnée, il reste maintenant celle de la qualité».

En réponse, le chef de l’Etat a mis l’accent sur le rôle important de la presse en cette période de crise. Il a appelé les professionnels de la communication à soutenir le pays et son armée dans la reconquête des régions du nord, puis le gouvernement pour les élections générales à venir. Dioncounda Traoré a salué le patriotisme des organes d’information et particulièrement le sacrifice des médias publics en ce moment de crise.

La liberté de la presse, soulignera le chef de l’Etat, est un «combat permanent» qui doit être mené par nous tous. Il a révélé avoir exercé circonstantiellement ce métier entre 1990 et 1991 en qualité de directeur de publication du journal « Alternance » qui menait le combat pour l’instauration de la démocratie dans notre pays dans les conditions extrêmement contraignantes où la privation de la liberté de la presse était une véritable réalité dans notre pays. « C’est un moment inoubliable», a-t-il confié, avant d’inviter nos confrères à éviter toute incitation à la haine et surtout à faire preuve de prudence dans le traitement de l’information. S’agissant de la professionnalisation de la presse, le président de la République par intérim a noté que le projet de la création d’une école supérieure du journalisme et de la communication à Bamako était bien avancé avant d’être stoppé. Dans les mois à venir, a-t-il promis, le processus va reprendre son cours normal. Selon certaines informations, cette école pourrait être opérationnelle l’an prochain.

Madiba KEITA

SOURCE:  du   29 déc 2012.    

4 Réactions à Voeux de la presse : l’invitation à la responsabilité dans le traitement de l’information

  1. rodrigues Soares

    :wink: PRENEZ VOTRE TEMPS https://www.youtube.com/watch?v=kxCJPf-EpAE
    L’HOMME AFRICAIN DOIT CONTRIBUER, TOUT D’ ABORDS LIBERONS NOUS DES RELIGIONS ET AFFILIATIONS IMPOSEES DE L’ EXTERIEUR POUR ASSERVIR NOS PEUPLES ET NOTRE CONSCIENCE COLLECTIVE :!:

  2. rodrigues Soares

    :wink: journalistes…OUI a la RESPONSABILITE, mais NON a la MANIPULATION et au CONTROLE SUR LES MEDIAS PAR CE CLAN :!:

  3. Kassin

    Entretien politique 2012 entre africains

    L’année 2011 s’était dissimulée dans les quintes de toux d’un petit enfant d’Abobo à Abidjan.

    L’année 2012 qui s’annonçait à l’horizon de la pointe des Almaldies à Dakar, pouvait-elle être celle de plus de joie pour les petits talibés de Djenné ou de Tombouctou au Mali?

    Alors quelques jeunes africains se rencontrent en début 2012 quelque part pour discuter politique.
    Suivez plutôt.

    Le malien: Eh Gorgui qu’est-ce que vous faites chez vous avec toutes ces manifestations violentes contre le président Wade?

    Après tout quand les lions de la Teranga se font battre à la CAN 2012 par la Zambie, cela n’est pas le faute de Wade.

    Le Sénégalais: Il tente une dévolution monarchique inacceptable du pouvoir dans notre Sénégal démocratique depuis toujours avec son fiston super ministre.

    L’ivoirien: Gorgui sur ce point vous avez raison, parce que le pouvoir est une drogue en Afrique, cela faisait cinq ans que Laurent Gbagbo nous roulait dans la farine sans jamais organiser d’élections présidentielles à l’issue de son premier mandat.

    Le Sénégalais: Justement en parlant de mandat présidentiel, Wade n’a constitutionnellement même pas le droit de se représenter aux élections présidentielles de 2012, mais il s’entête contre vents et marées pour modifier encore notre constitution.

    Le malien: Nous on a pas ce problème de tripatouillage de la constitution, mais ATT tient fermement à une réforme constitutionnelle par référendum qui nous inquiète quand même.

    Bon comme il ne se représente pas en 2012, parce que la constitution ne le permet pas, notre problème, c’est sa gestion laxiste et le clientélisme de son régime avec son lot de corruptions et de largesses coupables avec les rebelles du nord qui nous humilient chaque jour.

    Le congolais de Brazza: Ah le malien, comme t’as la chance de choisir le 29/04/2012 un nouveau président, ce que Sassou N’guessou, ne nous donnera jamais aussi facilement, tâche de choisir c’est fois-ci quelqu’un de meilleur qu’ATT et que la corruption et problèmes du nord soit cette fois-ci résolus pour de bon.

    L’ivoirien: T’as raison mon frère congolais, la chance de choisir n’est pas donner à tout le monde.

    Quand on nous a donné cela à Abidjan, on est sorti massivement pour élire Alassane Dramane Ouatara.

    Mais Yao Dré, le président de la cour constitutionnelle, nommé par Gbagbo, a déclaré ce dernier élu, ça été le début d’une crise post-électorale très meurtrière.

    Dieu merci l’Onu et la communauté internationale nous ont aidés à installé ADO.

    Ça été un moment très dure pour le pays.

    Le sénégalais: en tout cas nous au Sénégal, on ne troquera notre démocratie contre rien au monde, même si Wade fait du forcing et que les sages de la cour constitutionnelle valident sa candidature, nous sortiront massivement comme les ivoiriens pour élire un autre président différent de Wade, parce que lui et sa famille, gèrent tout au Sénégal, alors que la vie devient de plus en plus difficile, alors la jeunesse « Ya n’en marre ».

    Le malien: Non nous on attend pas les élections du 29/04/2012 et on ne fait plus confiance à la démocratie, de toute façon toute la classe politique est pourrie, il n’y a pas de fichier électoral fiable et la guerre qui a éclaté au nord par le laxiste d’ATT a fait déplacé plus de 200000 maliens.

    Alors on ne vote pas, on ne veut même plus de démocratie parce qu’il ya eu un massacre de nos soldats à Aguelhoc.

    L’ivoirien: T’es sérieux là vieux père ou tu veux faire palabre pour rien?
    Toi t’es un véritable « Malo monna »!

    Quand vous étiez en dictature sous le votre général Moussa Traoré là, il n’y avait qu’un seul pont à Bamako et à chaque 10 mètres ça faisait « Godjo Godjo Godjo », maintenant vous avez même troisième pont avant Abidjan, des milliers de nouveaux kilomètres de routes bitumées, des aménagements de terres agricoles un peu partout, des logements sociaux, des chantiers et des projets ouverts partout grace à la confiance des investisseurs et des partenaires financiers et avec millelium challenge votre Aéroport Bamako Sénou, en chantier, risque même de dépasser de loin Port Bouet.

    Le Sénégalais: En tout cas mon frère malien, quand je suis parti à Bamako en février 2011, pour l’Afro basket féminin, 10 ans après la fin de la CAN 2002, j’ai eu du mal a reconnaître Bamako, tellement que votre capitale s’est modernisée entre temps.

    Vous n’avez même pas de délestages, alors que nous à Dakar, on n’en peut plus avec les incessantes coupures du courant électrique malgré le plan « Takal » de Karim Wade qui engloutit milliards après milliards.

    Il vous faut juste maintenir le cap du développement et élire un président beaucoup plus engagé dans la lutte contre la corruption et qui va renforcer et consolider vos institutions y compris votre armée.

    Le malien: je vous dis qu’on n’a pas besoin d’élections, on a un capitaine porteur de bâton magique à Kati.
    Il viendra le 22/03/2012, il lui suffit d’un coup de bâton et on récupéra le nord de notre pays, l’armée malienne sera aussi forte que celle de l’Algérie et on dépassera Abidjan et Dakar.

    Au deuxième coup de bâton, vous nous verrez au niveau de l’Afrique du Sud en terme de développement.
    L’ivoirien: Vieux père malien, toi tu es pire que Blé Coudé.

    L’Afrique n’a plus besoin de paroles encore ni de théoricien.

    Le sénégalais: En tout cas si vous choisissez cette voie non démocratique au Mali, pour changer de président, ne venez plus faire du « Wax Wasset », comme notre Wade National.

    Mes chers amis, ceci est une parodie de conversation, mais aussi imaginaire soit-elle, elle reflète malheureusement et fidèlement l’image déplorable que nous avons donné à nos frères et voisins africains depuis le début de cette année 2012 qui s’achève dans la douleur nous comme elle a commencé.

    J’espère très sincèrement que 2013 sera une année d’une autre image plus reluisante du Mali et que Dieu veille sur nous surtout contre nous mêmes.

  4. soldat rate

    Moi je pense que Djonkiss n’est pas complètement guéri…..

    Laisser la presse tranquille….elle fait et fera ce qu’elle veut ou ce que veulent ceux qui les payent veulent….CA N’A AUCUNE IMPORTANCE….

    AIES LE COURAGE DE DIRE LA VERITE AUX VAURIENS DE KATI…SURTOUT AU GENERAL DE-LA-GUEULE…..OU FOUT LA PAIX A LA PRESSE….

    Djonkiss a maintenant de gros problèmes….après que les vauriens aient tacle leur complice d’ASTRO-PM en pleine foulée….

    QUAND DES CAMBRILEURS TRES ARMES … SONT PIEGES DANS LA BANQUE….ET QU’IL TE CHOISISSENT … TOI LE DIRECTEUR DE LA BANQUE…POUR LES AIDER A SE SORTIR D’AFFAIRE….CE N’EST PAS UNE BONNE CHOSE DU TOUT….PAS UNE BONNE CHOSE…

    L’ASTRE DES ASTRES A ECHOUE…A AIDER LES CAMBRIOLEURS A SE SORTIR DE LA MERDE….ET ON SAIT TOUS CE QUI LUI EST ARRIVE….

    GAFFE DJONKISS…GAFFE DJONKISS….GAFFE … GAFFE….GAFFE…..

    En tout cas, Moussa Ag répète encore une fois ….

    IL EST PRESQU’IMPOSSIBLE DE SAUVER … ET LE MALI… ET LES SOLDATS RATES…DE LEUR SORT CATASTROPHIQUES EN MEME TEMPS…..IL VA FALLOIR CHOISIR…ET LE CHOIX N’EST PAS DIFFICILE…..

    Le premier semestre 2013 va être intéressant…TRES INTERRESSANT…TRES TRES INTERESSANT….

    Moussa Ag, qui a toujours averti que L’ASSOCIATION AVEC LE DIABLE A DES CONSEQUENCES….ET QUE LES GROSSES BETISES ONT AUSSI DE GROSSES CONSEQUENCES…..CA VA CHAUFFER POUR CERTAINS…..