Vœux de Soumi à la presse

0
Soumaila Cissé
Soumaila Cissé

Le discours de Soumi

Monsieur le Président de la Maison de la Presse,

Mesdames et Messieurs  les journalistes,

Chers Invités

Mesdames et Messieurs,

A l’occasion du Nouvel An 2015, je présente au nom de l’URD et en mon nom propre mes vœux de Santé, de Bonheur, de Prospérité et de plein succès aux professionnels des médias que vous êtes, à vos familles, à vos partenaires ainsi qu’à vos auditeurs et lecteurs.

L’année 2014, tout en étant riche en évènements a été particulièrement éprouvante pour vous les journalistes.

La Fédération internationale des Journalistes dénombre 118 journalistes assassinés durant 2014 dans le monde.

C’est énorme !!!  Ce constat rappelle la gravité du risque qui est le vôtre dans l’exercice de votre profession. Cette situation interpelle tous les Gouvernements, épris de paix et de justice. La protection des journalistes et la promotion de la liberté d’expression  doivent être leur priorité.

En 2014, le Mali n’a pas connu d’assassinats de journalistes, nous nous en félicitons. Toutefois, nous regrettons des décès de certains de vos confrères. Le dernier en date arraché à notre affection est le Rédacteur en Chef du Quotidien l’Indépendant Mamadou Lamine DOUMBIA décédé le 27 janvier 2015.

Paix à son âme.

Aux familles des disparus et au monde de la presse, je présente mes condoléances les plus attristées.

Longtemps présenté comme un bon élève du continent africain en matière de liberté de presse et de  démocratie, le Mali a payé le prix de la situation dans laquelle le pays a sombré depuis 2012 en faisant la plus forte chute dans le classement mondial du respect de la liberté de la presse en passant de la 25ème place à la 99ème place en 2013.

Selon le Rapport 2014 de ” Reporters sans frontières ” la corrélation négative entre la situation tragique du Mali et la liberté d’informer a fait encore chuter notre pays à la 122ème place sur 180 pays évalués.

Pour l’honneur de notre pays, ce résultat doit être obligatoirement amélioré courant 2015. L’URD est résolument engagée pour que la liberté de presse telle que ” reconnue et garantie “ par notre constitution soit une réalité.

Mesdames, Messieurs

Je ne me lasserai jamais de rappeler que les valeurs fondatrices de l’URD sont enracinées dans son attachement indéfectible à la République, à la Démocratie, à l’état de droit, à la justice et à l’égalité citoyenne. C’est pourquoi du haut du ” confort ” de l’Opposition, mes camarades et moi avons passé toute l’année 2014  à dénoncer les dérives qui menacent dangereusement les fondements et les valeurs de notre République. Nos voix ont été difficilement entendues, mais entendues quand même, grâce à vos plûmes, grâce à vos courageuses insistances.

Mesdames, Messieurs,

Oui vous avez alerté ! Oui vous avez dénoncé toutes les dérives (corruption-concussion – gabegie financière-mensonge) qui ont caractérisé la Gouvernance de notre pays ! Oui vous avez été traité de tous les noms d’oiseaux ! Oui vous avez été parfois humiliés pour avoir exécuté correctement votre noble mission d’informer !

 C’est une légèreté blâmable d’oublier que la presse constitue le 4ème pouvoir, pouvoir qui n’est affilié ni à la majorité ni à l’opposition.

Une presse libre est la condition d’une démocratie vivante et respectueuse de ses citoyens, ce que certains feignent d’ignorer.

2014 a été marquée par  des déceptions. Quoi de  plus normal ? Les attentes étaient si fortes et multiples, et les promesses si fermes et non tenues.

Le Président de la République a fini par donner raison à l’opposition en limogeant les membres du Gouvernement cités dans les affaires de mauvaise gestion de ces derniers mois. L’URD espère que la Justice aura les mains libres pour situer les responsabilités afin de laver l’honneur souillé du Mali et restaurer la confiance auprès de nos partenaires.

L’URD a pris bonne note de la nomination du Premier ministre Modibo Kéita. Le Parti l’a félicité et lui a souhaité chance et réussite.

L’URD a pris acte de la formation du Gouvernement et a déploré la marginalisation des femmes lesquelles ne sont que 3 sur un effectif pléthorique de 29 membres comprenant 23 reconduits, 3 anciens ministres des régimes précédents et seulement 3 nouvelles personnalités.

Mesdames, Messieurs,

Loin de l’honneur du Mali et du bonheur des Maliens, notre pays commence 2015 dans un environnement sécuritaire plus qu’inquiétant.

Au cours de ce mois de janvier 2015, le peuple malien a assisté avec consternation et impuissance à la montée fulgurante des attaques djihadistes et terroriste au Nord et au Centre du pays : Kidal, Gao, Ménaka, Ansongo, Nampala, Djoura, Dogo et Tenenkou. L’inadmissible tentative d’assassinat du Général Ould  Meydou vient confirmer la gravité de l’insécurité qui angoisse le quotidien des Bamakois.

Le ras-le-bol des populations a atteint un seuil  intolérable. Les récents évènements de Gao en constituent une parfaite illustration. Je profite de cette occasion pour adresser encore une fois mes sincères condoléances aux familles des disparus et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Mesdames, Messieurs,

L’insécurité généralisée  et grandissante affecte dangereusement la paix sociale et annihile tout effort de développement et d’épanouissement des entreprises. Les mines terrestres anti personnelles, les attaques à mains armées, les vols de bétail, de cyclomoteurs, de voitures, les viols et autres agressions physiques sont connus de tous. C’est pourquoi la restructuration des Forces Armées et de Sécurité s’impose plus que jamais.

L’URD a toujours rappelé la nécessité  impérieuse de bâtir une armée forte, professionnelle, et républicaine capable de garantir de manière durable la sécurité et l’intégrité du territoire National. La construction d’une telle armée repose sur une gouvernance de qualité, une gouvernance irréprochable.

L’URD a demandé  avec insistance  au Président de la République l’adoption de la loi de programmation militaire.

Notre parti prend acte de l’adoption récente d’un projet de loi dans ce sens. Un pas est certes franchi. Il convient dès lors d’accélérer la procédure d’adoption et de mobiliser  rapidement les moyens financiers pour ce faire.

Mesdames, Messieurs,

La réussite des négociations d’Alger et la réconciliation nationale constituent les deux défis majeurs auxquels notre pays est confronté..

L’URD ne cessera jamais de soutenir le Mali Un et Indivisible.

L’URD a toujours, malheureusement sans succès, invité avec insistance le Président de la République à réunir le Gouvernement, la société civile, la majorité et l’opposition pour dégager une vision nationale autour des pourparlers d’Alger. ” Aucun sacrifice n’est de trop pour préserver le Mali. ”

Le dernier document présenté par la Médiation a été rejeté par une frange importante de la classe politique et de la société civile, parce que portant en son sein les germes de la partition de notre pays.

Face à l’inaction, au manque de stratégie et à l’amateurisme du pouvoir en place, le Nord s’embrase, le centre s’installe dans la psychose et dans la violence, le reste du pays est partagé entre inquiétude et désespoir.

L’espoir suscité en ce début d’année par les résultats satisfaisants obtenus dans la lutte contre la maladie à virus Ebola grâce à l’aide précieuse de l’OMS, des amis du Mali, l’engagement et l’abnégation des techniciens maliens, que nous félicitons vivement, n’a pu dissiper ces légitimes inquiétudes. Le Pays doit rester mobiliser pour que les consignes de prévention continuent d’être respectés, et que le personnel de santé soit mieux outillé afin d’éviter toute surprise désagréable.

Mesdames, Messieurs,

Le processus de réconciliation nationale reste aux abonnés absents. Nos nombreux refugiés et déplacés qui vivent dans des conditions hautement précaires attendent avec impatience le retour dans leur foyer.

La nouvelle Commission Vérité, Justice et Réconciliation créée en urgence depuis mars 2014 est devenue ” ancienne ” sans avoir vu le jour.

L’année nouvelle s’annonce encore plus incertaine dans la mesure où l’on s’achemine vers les élections communales et régionales en avril 2015. Mise à jour du fichier électoral biométrique ; Organisation des opérations de révision exceptionnelle des listes électorales ; Retour de l’Administration dans les circonscriptions administratives et dans les collectivités territoriales des régions du nord du Mali ; Participation des refugiés et des déplacés au processus électoral, toutes ces opérations peuvent-elles être accomplies d’ici Avril 2015 ? Les élections seront-elles organisées sur toute l’étendue du territoire ? Le doute est permis.

Mesdames, Messieurs,

Les nombreux défis sécuritaires et électoraux auxquels le Mali est confronté seront pour vous l’occasion de faire preuve de votre  sens de la responsabilité. De par vos plumes et vos ondes, je demeure convaincu que vous contribuerez à assurer la libre circulation des idées.

Pour citer un certain DAK : ” En un mot ” vous ne devez pas vous éloigner de la déontologie de votre noble profession.

Je profite enfin de votre tribune pour féliciter et encourager les Aigles du Mali et tout l’encadrement pour leur prestation de qualité lors de la Coupe d’Afrique des Nations. N’eût été le refus du hasard, ils se seraient envolés loin. Dura lex sed lex   (la loi est dure mais c’est la loi).

A toutes et à tous je souhaite une bonne et heureuse année 2015.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Voeux de la presse

Prenant la parole, le Président de la Maison de la Presse Dramane Alou Koné a souligné que cette initiative Soumaïla Cissé témoigne du respect et de la considération de l’URD envers la presse. En retour, il a exprimé le profond respect et l’accompagnement de la presse tout en formulant des vœux de bonheur, de prospérité et de succès à l’endroit du parti de la poignée de mains et de son Président. Il a profité de l’occasion pour solliciter l’appui du groupe parlementaire de l’URD dans l’adoption des textes relatifs à la presse qui sont en souffrance à l’Assemblée Nationale.

C’est alors qu’il a été procédé à la remise par Soumaïla Cissé d’un vidéoprojecteur à la Maison de la presse et de livres intitulés ” De belles Années au service de l’intégration régionale “, dont l’auteur n’est autre que Soumi,  ainsi que des calendriers ” URD ” aux journalistes.

Questions et réponses

Puis, place aux questions des journalistes. Avant de réponse à ces questions, l’honorable Soumaïla Cissé a tenu à remercier le Président de la Maison de la Presse et l’ensemble des journalistes pour les vœux, tout en les rassurant du soutien en permanence de l’URD et de son appui en particulier à l’hémicycle pour les textes en question. ” Nous ferons tout pour la presse “, a promis Soumaïla Cissé.

L’opposition ira-t-elle à Gao dans l’avion de la MINUSMA et alors avec quel discours?

En réponse, Soumaïla Cissé dira : ” Nous irons à Gao, avec d’ailleurs des journalistes, dans un hélicoptère 15 places de la MINUSMA. Bien avant Gao, nous avions demandé à aller dans d’autres localités du Nord qui ont vécu des événements douloureux, il nous a été rétorqué que le pouvoir en place n’est pas encore parti, qu’il est impossible d’y conduire l’opposition. Question de ne pas voler la vedette au pouvoir !

Pour Soumaïla, c’est l’insécurité grandissante qui oblige à aller dans l’avion de la MINUSMA. Au moment où il était face à la presse, il venait d’ailleurs d’être informé du vol d’un véhicule V8 dans la matinée. Il aurait préféré aller par un autre moyen, ou même l’avion présidentiel pour conforter la thèse soutenue par l’honorable Gassama devant l’Assemblée, mais le Président lui-même est obligé de partir dans l’avion de la MINUSMA. Qui a fauté et a reconnu elle-même sa faute et retiré le document incriminé (le fameux accord). Aussi, partir par l’avion de la MINUSMA est non seulement sécuritaire, mais également plus économique pour le Mali, a déclaré Soumi. L’opposition ira donc ainsi à Gao avec un discours de compassion, de compréhension…

A Gao, nous allons écouter les populations. Nous avons écouté le Représentant adjoint de la MINUSMA. Il s’agit de situer les responsabilités, donc vérifier avant de se prononcer. Il s’agit de faire en sorte que la MINUSMA puisse jouer son rôle. Regardez sur le temps. Hier, avec l’avancée des djihadistes, la question ne se posait pas. Alors il faut évaluer les conséquences si la MINUSMA devait quitter ou rester. Il nous faut d’abord travailler à ce que notre armée puisse défendre “, a répondu Soumi.

Pourquoi l’URD n’a pas dénoncé les actes posés par la MINUSMA à Gao ?

            ” Nous l’avons fait, mais seulement nous sommes victimes de censures à l’ORTM, et vous n’avez certainement pas écouté Africable “, a précisé l’hôte du jour.

A la question de savoir pourquoi suivre la conduite dictée par la France pour gérer les affaires dans notre pays, Soumi rétorque que l’URD n’a jamais rien de tel demandé à la France. Pour lui, c’est la force des convictions qui permet de défendre et imposer ses points de vue.

A la question de savoir la réaction de l’URD sur le sulfureux dossier d’achat de l’avion présidentiel et des matériels militaires, Soumi affirme : ” Quand nous Maliens nous dénonçons, quand nous mourons, il n’y a rien. Aucun de vous ne connaît la liste des morts, ni où sont leur corps, pas de drapeau en berne, pas de journée de deuil, pas de cérémonie d’enterrement comme nous l’avons souligné auprès du Premier ministre, et nous avons quand même vu la toute première qui vient d’avoir lieu à Gao. Quand des Français meurent, là c’est important. L’opposition avait sans cesse dénoncé ces marchés de surfacturation, mais il a fallu que d’autres viennent dénoncer pour que le pouvoir réagisse. Nous attendons que justice se fasse sur le dossier d’achat de l’avion présidentiel et des matériels militaires. Ce sont vos impôts qu’on utilise, vous devez savoir…  Et il est dit dans la presse que l’avion présidentiel n’est pas immatriculé au nom du Mali, etc. le Président de la République doit faire la lumière sur tout ce qui se rapporte sur cet avion pour éclairer les Maliens”.

Vu que le dossier des surfacturations a ébranlé tous les Maliens, et que Soumaïla Cissé est un candidat potentiel à la prochaine présidentielle, des Maliens hésitent à accorder leurs voix à un homme considéré comme milliardaire, notamment avec des milliards que vous auriez volés à la CMDT. Qu’en dites-vous?

En réponse à cette question posée par votre fidèle serviteur du Zénith-Balé, chacun n’ayant droit qu’à poser une question selon le maître de ma cérémonie Ibrahim Coulibaly de la Maison de la Presse, Soumaïla Cissé a déclaré : ” On dit que j’ai détourné tout l’argent de la CMDT. Mais sachez que je n’ai fait que trois mois comme Directeur de la CMDT. En si peu de temps, imaginez comment voler des milliards ? En plus, j’ai pu compter six Directeurs après moi dont deux ont été arrêtés et faits prisonniers. J’ai dirigé durant six ans le Ministère des finances et après moi il y a eu dix ministres et 13 Premiers ministres, aucun d’eux ne s’est inquiété ni porté plainte. J’ai dirigé l’UEMOA durant une période couverte par une quinzaine de chefs d’Etats (deux se sont succédé dans plusieurs pays), il n’y a eu aucune plainte de leur part “, a fait remarquer Soumi. Et d’ajouter : ” Il se dit et cela a écrit dans des journaux que des appartements aux Etats-Unis, à Paris, à Londres et tout dernièrement à Dakar, je n’ai pas d’appartement dans ces pays et j’invite le tout dernier qui a écrit que j’ai un appartement à Dakar de rectifier puisqu’il a désormais la vérité à fournir à ses lecteurs. Les signes extérieurs de richesse ne se cachent pas. C’est vrai que je porte de beaux habits grâce à ma chère épouse, mais je suis un homme honnête. Vérifiez avant de parler, venez et essayez-moi, vous verrez où est la vérité “.

L’URD travaille-t-elle pour la paix au Mali ?

Pour Soumaïla Cissé, l’URD pose des actes pour la paix. ” Nous avons écrit pour demander au Président de réunir un forum regroupant la majorité, l’opposition et l’ensemble de la société civile, pour définir une feuille de route impliquant toutes les voix maliennes en vue des pourparlers d’Alger… Nous œuvrons pour la paix chaque jour, nous ne pouvons que dénoncer et proposer, mais nous ne pouvons pas signer, notre marge de manœuvre est limitée car le peuple a placé sa confiance en d’autres pour cela “, a notifié Soumi.

Que pense M. Cissé de l’affaire Isaac Bagayogo ?

Isaac Bagayogo a démissionné, donc le problème est terminé. Quand on est à l’URD pour dire Soumaïla est mon ami, effectivement c’est mon ami, cela ne nous intéresse pas… “, précise Soumi qui n’aime pas le culte de la personnalité dans le parti, a-t-il indiqué.

Enfin, le parti se porte-t-il bien ?

Evidemment l’URD se porte très bien comme en témoigne la présence de son désormais vice-président Iba N’Diaye, transfuge de l’A déma, à ses côtés lors de cette cérémonie, a conclu Soumi.

Nous espérons que nos lecteurs sont édifiés  sur plusieurs questions. Faites vos comptes !

Mamadou DABO

PARTAGER