Yeah Samaké dans le Mandé et à Dialakoroba : Le candidat du PACP associe politique et humanitaire

0
0

Education, amélioration des conditions de vie des populations rurales par l’adduction d’eau et l’électrification, construction de centres de santé et équipement de nos paysans en matériels agricoles et intrants indispensables à la réussite de leur mission. Voilà les questions qui ont dominé les débats au cours de la visite de terrain que le candidat du PACP, Niankoro Yeah Samaké, a effectuée dimanche dernier à Kéniéro, commune de Siby, dans le Mandé, et à Manabougou, commune de Dialakoroba.

Accompagné d’une forte délégation du Parti pour l’Action Civique et Patriotique, l’actuel maire de Ouéléssebougou, candidat à la présidentielle du 29 avril prochain, Yeah Samaké, s’est rendu successivement dans les communes de Siby et de Dialakoroba. A Siby, première étape de sa visite, le candidat du PACP répondait à l’invitation d’une vingtaine de villages, réunis à Kéniéro.

Préparée par Madou Coulibaly, un Malien de la diaspora venu spécialement de Washington pour la cause, cette visite à Kéniéro a permis aux responsables du PACP d’exposer leur vision aux populations venues très nombreuses les accueillir. Ainsi, pour le Secrétaire général de la jeune formation politique, Boubacar Sidiki Fomba, le PACP entend s’appuyer sur la culture de la citoyenneté et l’éducation civique et morale pour relever les défis. Il confiera donc le candidat du parti aux populations du Mandé.

Répondant à ses interlocuteurs du jour, qui avaient auparavant sollicité son soutien pour la construction d’un centre de santé, l’équipement de leur mosquée en électricité et en système de ventilation et des retenues d’eau pour le jardinage, entre autres, le maire candidat leur a laissé déclaré: «mon combat n’est pas que politique. Je ferai toujours de mon mieux pour le Mandé. Quelle que soit l’issue de l’élection, vous aurez votre maternité, pour qu’aucune femme ne meure, faute de centre de santé, en donnant la vie». Sous les ovations, il a aussi fait don de fournitures scolaires aux enfants de Kéniéro et environs.

a deuxième étape de cette tournée a conduit Yeah Samaké à Manabougou, commune rurale de Dialakoroba, dans le cercle de Kati. Ici, le candidat a également remis à huit écoles un important lot de fournitures scolaires et des ordinateurs, d’une valeur estimée à plus de 6 millions de nos francs. En recevant ces fournitures, les autorités locales et scolaires ont tour à tour salué l’initiative, avant de promettre qu’un bon usage en serait fait. Par la voix du représentant du Chef de village, les populations de Manabougou se sont engagées à  soutenir la candidature du Maire de Ouéléssebougou à la présidentielle. Yeah Samaké, qui était accompagné de ses partenaires américains, a réitéré son engagement aux côtés de ces populations, avant de les inviter à prendre soins des matériels donnés.

Il faut signaler que, 24 heures avant ce déplacement, Yeah avait animé un meeting à Kalaban-Coura, en Commune V du District de Bamako. Organisée parla Section Vde son parti, cette rencontre a été l’occasion pour le porte-étendard du PACP d’appeler les populations à faire le bon choix en 2012. «Ne votez pas pour ceux qui ont volé le Mali. Le voleur continuera à voler tant qu’il aura la possibilité de le faire. Par contre, si vous choisissez un homme intègre, ce dernier vous aidera à résoudre vos problèmes» a déclaré avec insistance le maire candidat

Yaya Samaké

Envoyé spécial       

 

Section  SADI de la Rive Droite

Le siège fête son 2ème anniversaire

La Section SADIde la Rive Droitea célébré, dans la journée du 11 février, le 2ème anniversaire de son  siège et, en même temps, procédé à sa rentrée politique. La cérémonie, qui a été marquée par une forte mobilisation des membres, était présidée par le Président du parti, Cheick Oumar Cissoko.

Il avait à ses côtés la Secrétairechargée de la Promotionde la femme, le Pr Rokia Sanogo et le Président de la Coordinationde la Rive Droite, Yacouba Sogoba. Les débats ont porté sur le thème «Les 20 ans de la démocratie: bilan et perspectives». Le choix de ce thème, a expliqué Cheick Oumar Cissoko, était nécessaire puisque, selon lui, les militants Sadi, majoritairement jeunes (entre 20 et 30 ans), ne sont pas capables de dire ce qui s’est passé en 1991. Il fallait donc les édifier, pour marquer la différence avec les autres partis politiques. Pour conclure, il dira que les acteurs politiques ont trahit les idéaux du mouvement démocratique.

Pour Yacouba Sogoba, les 20 ans de la démocratie malienne ont été un échec. L’école malienne ne marche plus et le système de santé défaillant, car c’est quand on n’a plus le choix qu’on va dans un centre de santé. Or ces deux secteurs doivent être subventionnés et accessibles à tout le monde. Il faut aussi redresser l’agriculture. Il est inadmissible qu’après 50 ans indépendance notre agriculture reste toujours liée aux aléas climatiques, a-t-il déploré.

Pierre Fo’o Medjo

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.