ELECTION PRESIDENTIELLE 2007 : Le triomphalisme d’IBK sera déterminant

0

            Bien qu’élevé à 10 millions de nos francs, la caution à payer pour les potentiels candidats reste à la portée des prétendants à Koulouba. Surtout, après cinq ans de laisser-aller ou consensus voire unanimisme politique, où chacun s’est rempli les poches. Qu’à cela ne tienne, ceux annoncés pour tenir tête au Général Président continuent de se floquer derrière lui pensant que c’est la méthode la mieux indiquée pour lui faciliter la tâche. Pourtant, cet état de fait peut permettre à IBK de s’imposer avec son triomphalisme ambiant.

            Les élections en Afrique restent ce qu’elles sont avec ses coups bas, ses flagrantes tricheries, etc. Cependant, avec la conscientisation des uns et des autres face à leur avenir, des dispositions particulières se prennent davantage. C’est pourquoi si en 2002, malgré les tripatouillages, il n’y eut aucune contestation de nature à créer la zizanie, en 2007 les données vont changer. Parce qu’il se profile à l’horizon deux grandes tendances. Ce que nous appellerons les conservateurs et les rénovateurs.

            Pour nous, les conservateurs, c’est tout ce beau monde qui compte soutenir ATT pour sa gestion consensuelle mais dont certains se préparent d’ores et déjà pour sa succession en 2012. Alors, les rénovateurs sont ceux-là qui pensent que le Général a bafoué l’idéologie démocratique, les vertus d’un Etat fort pour se servir du peuple et non le servir.

            Alors, si IBK a toujours été considéré comme celui qui a crié à la trahison, il faut reconnaître que l’homme a déjoué beaucoup de situations fâcheuses à ce pays. C’est pourquoi, contre toute une coalition d’hommes politiques dont certains n’ont que le bout de leur nez, il pourra s’imposer. Comment ?

Ibrahim B. KEITA            D’abord, contre toute attente, malgré les velléités, il continue à maintenir le cap avec ses deux ministres au gouvernement. Acculés de partout, ses hommes occupant des postes, souvent stratégiques, se défendent honorablement. Puis, sans trompette ni tambour, son parti bien que dénonçant certaines tares de la gestion consensuelle n’a jamais agit dans l’animosité. Ils approuvent ce qui est à approuver et désapprouvent ce qui est pour eux contraire à l’intérêt de la Nation comme les accords dits d’Alger, qui, d’ailleurs n’en finissent pas de provoquer des émotions. Si d’aucuns pensent qu’IBK n’aura pas d’arguments contre ATT, nous pensons que s’il s’est décidé à l’affronter c’est qu’il a des arguments plus que valables pour pouvoir le déstabiliser. Surtout que la gestion consensuelle du Général a permis à pas mal de prébendiers de l’entourer. Leur jeu et leur système de règne font jaser plus d’un. Malgré tout ils continuent à lui faire croire qu’il s’impose dès le 1er tour. Pourtant, c’est dans cette situation illusoire que Sikasso avait été pris par les hommes d’IBK lors des législatives partielles dernières. Même s’il a fallu tout un arsenal pour bloquer le candidat du RPM à Mopti dans de pareille circonstance, tout laisse à croire qu’IBK n’ira pas au front en victime expiatoire.

En tout cas, le triomphalisme ambiant du kankélétigi peut lui procurer des lendemains certains par rapport à cette élection présidentielle de 2007.

B. DABO

PARTAGER