LA CMDT ET LES PRESIDENTIELLES DE 2007 : 300 VOIX PAR VILLAGE POUR ATT !

0

C’est parti pour la surenchère politique dans la perspective des élections présidentielles de 2007. Au fur et à mesure que cette échéance électorale s’approche, toutes les sortes de combines politiques, les unes aussi invraisemblables que les autres, pointent à l’horizon. Celles qui se dessinent au sein de la CMDT, structure de l’Etat, dont les responsables en temps normal sont astreints au devoir de réserve incombant à la charge publique, et qui impliquent les plus hauts responsables de ce service public, se passent de tout commentaire. Tant l’opportunisme le dispute au zèle. Autopsie !  

L’initiative est partie de la CMDT : elle implique le premier responsable de la boîte, Ousmane Amion GUINDO, anciennement cadre et militant RPM, et qui a opéré son virage à 180 degrés dans le camp présidentiel, pour pouvoir offrir au candidat ATT, dans la zone cotonnière, trois cent voix par village lors des prochaines élections présidentielles de 2007. Pour cet ultime objectif, c’est tout le dispositif administratif et réglementaire de ce service public qui sera engagé pour les besoins de la cause.

Autour des principaux responsables de la CMDT, un regroupement dénommé « Initiative pour trois cent voix par village » a été déjà mis en place. Les responsables de cette initiative électoraliste soutiennent que le regroupement dont il s’agit est « circonstanciel et prend fin avec les élections présidentielles de 2007 ». « Cette initiative est démocratique sans coloration politique et laisse entrouvrir la porte aux femmes et aux hommes qui croient aux idéaux du président de la République et à toutes les vertus qu’il incarne pour le peuple malien », voilà les termes pleins d’opportunisme que les initiateurs de ce mouvement, tapis dans l’ombre de leurs charges publiques au sein de la CMDT, annoncent ainsi avant la lettre la couleur de la campagne électorale de 2007 en affirmant leur préférence pour le président sortant qui détient encore les rennes du pouvoir.

Transhumance intéressée ?

Après avoir dit ce qu’il a dit publiquement, il n’y a pas encore longtemps, dans un organe de la place, à savoir qu’il quittait le RPM pour soutenir la mouvance présidentielle, l’actuel PDG de la CMDT, Ousmane Amion GUINDO, ne fait que confirmer les choses dans le sens qu’il ne sera pas appelé à la tête de la CMDT pour des critères de compétence et d’opportunité économique et commerciale pour une structure publique confrontée qu’elle, depuis des années, aux pires difficultés structurelles pour son développement.

L’annonce de son départ de son parti d’origine, le RPM, même si elle a sonné comme une surprise dans l’opinion publique, s’inscrivait en réalité dans une logique de positionnement de l’intéressé qui s’est donné tous les moyens pour parvenir à ses fins. Voilà que le PDG de la CMDT sort enfin de sa clandestinité pour s’afficher en face du monde en projetant d’engager une structure publique et ses moyens humains et logistiques au service du candidat ATT au cours des prochaines élections présidentielles. Aujourd’hui, face à ce concert d’opportunisme de mauvais goût, on crie victoire dans l’entourage d’ATT, d’avoir bénéficié d’un allié de taille, à l’image de ce cadre de la CMDT qui connaît parfaitement les coins et les recoins des zones cotonnières telles qu’elles sont administrées dans le pays, en oubliant simplement qu’un tel positionnement ne vise qu’à régenter des intérêts personnels. Au grand dam de l’éthique politique et la morale de la charge publique.

Ethique professionnelle bafouée

En fait, cette soudaine apparition politique de l’actuel patron de la CMDT, Amion GUINDO, dans le camp présidentiel, n’est que la face cachée de l’iceberg. Et pour cause ! Pour gagner son pari de faire rouler tout ce beau monde, comme il le prétend, au profit du candidat ATT, lors des prochaines élections présidentielles, il est décidé à tout entreprendre pour y parvenir. Gare aux cadres de la CMDT qui auront des avis contraires. Ne parlons pas des paysans de la zone cotonnière qui choisiront de voler par leurs propres ailes lors de ces élections.

A l’évidence, le grand manitou de la CMDT, qui a osé s’engager ainsi dans le camp présidentiel, sans aucune référence pour l’éthique professionnelle, en raison de la charge publique lui incombant, ne verra aucun inconvénient de brimer ce cadre de la CMDT qui tentera de trouver une autre issue politique que celle défendue par le grand maître du jour. Il en sera ainsi chez lui qui se sentira investi d’une mission divine et doté de pouvoirs illimités pour sanctionner le premier imprudent des cadres qui osera se mettre au travers de ses désirs en ayant à cœur de soutenir un autre candidat en dehors de l’idole du maître absolu de la CMDT qui sait désormais pourquoi il est là. C’est avec la même représaille que le grand manitou n’hésitera pas à punir le paysan téméraire de la zone CMDT qui aura choisi son propre camp. Il est sûr et certain que celui-là sera sevré d’intrants ou de semences agricoles pour quelques raisons que ce soit.

Pour ATT ou soi-même ?

On ne sortira pas de ce schéma pour un opportuniste bon teint qui a pris le pari, à l’image de ce patron de la CMDT, lequel pense que les Maliens devront choisir le « candidat prodige », jouissant «d’une crédibilité au plan national et international et qui peut sans équivoque cerner et relever les grands défis pour le mieux être de ce vaillant peuple ». « Nous sommes sincèrement convaincus que c’est le Général qui répond le mieux à cette aspiration profonde de notre peuple ». Voilà comment les laudateurs de la CMDT, avec à leur tête le PDG lui-même, abordent et tranchent la problématique du candidat idéal pour les élections à venir.

Le PDG GUINDO roule-t-il  pour le président ATT, en tant que candidat crédible, ou pour ses intérêts à lui en tant que cadre sans repère qui sait que le label de la bonne santé politique et administrative dans le pays se lit désormais par le vocable simple d’ATT ? En tout cas, dans leur approche, tout trouvée pour gagner leur pari, les zélateurs de la CMDT soutiennent qu’ils s’engagent alors à mieux sensibiliser la population de la zone CMDT en identifiant les villages les plus influents dans les différentes localités et communes, en recensant les potentiels électeurs dans les villages concernés. Voilà qui est bien dit : tout est ramené à la CMDT et à la zone cotonnière pour faire croire au président ATT qu’il n’y a que par cette manière qu’il peut conserver son fauteuil en 2007. Une belle trouvaille pour les laudateurs et les opportunistes du régime qui montrent ainsi, par le cas CMDT, qu’ils ne reculeront désormais devant plus rien.

Par Sékouba SAMAKE                  

 

 

« DOCUMENT DE  L’INIATIVE POUR AU MOINS 300 VOIX PAR VILLAGE »

1) Introduction :

Ce groupement; dénommé " Initiative pour trois cent voix par village" pour le candidat Amadou Tounaani TOURE aux élections présidentielles de 2007 est sur les fonts baptismaux.

Il est circonstanciel et prend fin avec les élections présidentielles de 2007.

Cette initiative est démocra tique, sans coloration politique et laisse entrouvrir la porte aux femmes et aux hommes qui croient aux idéaux du Président de la République et à toutes les vertus qu’il incarne pour le péuple malien.

 

2} Côntexte et Justification :

Les élections présidentielles de 2007 arrivent à grandes enjambées.

Le microcosme politique est très diversifié et chaque acteur a son vocable et prône au peuple, un projet de dévelo pement socio-économique du pays.

A 1’accoutumée, les taux de participation aux différentes élections sont faibles, ce qui dénote un certain désintérêt du malien à la chose politique.

Dans ce contexte, les  maliens devront donc choisir le candidat prodige, jouissant d’une crédibiIité au plan national et international et qui peut, sans équivoque cerner et relever les grands défis pour le mieux être de ce vaillant peuple.           

Nous sommes sincèrement convaincus que c’est le Général qui répond le mieux à cette aspiration profonde de notre peuple.

Le choix du Général comme notre candidat à soutenir trouve sa justification dans ce qui suit :

L’homme incarne, de par son parcours à la magistrature suprême de notre pays, les valeurs cardinales de notre peuple,

Nul doute, il a choisi de se dédier à l’exaltante tâche de développer le Mali, en attestent par exemple la kyrielle de réalisations socio-économiques durant a première mandature (les infrastructures sanitaires, scolaires, les routes, les ponts, les logements sociaux, les éclairages publics….) et son appui constant à l’endroit de l’Agriculture malienne en général et à la filière cotonnière en particulier.

Rappelons pour mémoire quelques faits marquants du Président de la République et du Gouvernement dans le cadre du soutien aux cotonculteurs et de la pérennité de la cotonculture face aux aléas du marché mondial et de la parité EURO/Dollar:

 Le Gouvernement du Mali, sur implication personnelle du Président de la République auprès des bailleurs de fonds, a obtenu le report de la privatisation de la CMDT de 2006 à 2008 en vue de permettre :

– d’éviter les dysfonctionnements constatés ailleurs,

– de mettre en place un cadre’régleméntair’e approprié par la mise en place des organes de régulation (‘tnterprofession, office de classement de coton, bourse du coton),

– de mieux préparer les intervenants, notamment les producteurs.

 En 2005/Z006, l’Etat malien, dans le souci de permettre aux producteurs de rentabiliser la culture cotonnière en tirant le meilleur profit, a fixé le prix au producteur à 210 FCFA le kilo. Cette décision avait attiré le courroux des Bailleurs de Fonds, qui ont ainsi obligé l’Etat à fixer pour les campagnes 2005/2006, 2006/2007 et 2007/2008, le prix d’achat de base du coton graine de 1er  choix entre 160 et 175 FCFA le kilo dans un protocole d’accord tripartite signé le 13 janvier 2005 entre l’Etat/ la CMDT/ les Producteurs à travers le GSCVM, à l’objet de définir le mécanisme de détermination du prix du coton graine au producteur au Mali.

 La même année, l’Etat est intervenu à la CMDT, en terme d’avance de trésorerie d’environ 28 milliards de FCFA comme effort de soutien aux activités de la filière.

 Le Gouvernement a décidé que la privatisation totale de la filière coton du Mali passe par une filialisation et après session des actions détenues par la CMDT dans les filiales, pour les avantages suivants :

– la prise de participation facile des producteurs et des travailleurs dans le capital des nouvelles sociétés cotonnières privées,

– le transfert facile des travailleurs de la CMDT dans les nouvelles sociétés,

– le temps pour être bien rodé à l’avènement des nouvelles soàétés.

Sur ces entrefaites, notre attachement indéfectible à la candidature du Général et notre qcivisme commandent que nous préparions srieusement le terrain en vue de lui offiir sans bavures la victoire aux prochaines joutes.

3) Approche :

 Il s’agit pour nous de :

– mieux sensibiliser la population de notre zone d’activités au goût du corps électoral et à l’affection des urnes,

– identifier les raisons profondes de ce désaveu du corps électoral et de cette désaffection des urnes,

– trouver des solutions urgentes et appropriées à ces maux,

– identifier les villages les plus influents dans les différentes localités et communier avec eux pour la cause,

– identifier les électeurs potentiels dans les villages de nos différentes circonscriptions,

– les amener à se faire recenser sur les listes électorales,

– s’assurer qu’ils ont tous leurs cartes électorales.

 Pour mener à bien ce qui précède, il faut nécessairement mettre en place des structures bien hiérarchisées jusqu’à la base, dans lesquelles des responsabilités, des rôles seront distribués à des animateurs.

Un coordinateur sera désigné aux niveaux suivants :

– national,        .

– régional (Régions Administratives),

– cercle,

– communal.

A chacun de ces niveaux, un comité de 3 à 4 personnes sera constitué pour assurer les

relais.

Dans chaque village, 2 représentants seront désignés pour animer la démarche.

 

3) Résultats attendus :

– le recensement et l’inscription de tous les électeurs potentiels de nos zones d’intervention sur les listes électorales,

– l’acquisition des cartes électorales par l’cnsemble des électeurs,

– la participation effective et massive es électeurs à l’échéance présidentielle,

– obtenir en moyenne au moins 300voix par village lors des prochaines élections.

4) Moyens à mettre en place :

– un budget pour l’acquisition des pièces administratives par les électeurs,

– un véhicule et du carburant pour le coordinateur national,

– un véhicule et du carburant pour chaque coordinateur régional (3 : Sikasso, Ségou,

Koulikoro),     

– une Yamaha 100 et du carburant pour chaque coordinateur communal,

– des ballons, des tee-shirts, des jeux de maillots, des manifestations culturelles etc… pour galvaniser la jeunesse et les femmes des villages et des communes,

– indemnités forfaitaires aux coordinateurs,

– des gestes symboliques en matériels aux patriarches des villages les plus influents.

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER