Arrestation de Boukary Daou

118 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Pour souhaiter la bienvenue à la radio Voix de l’Amérique (VOA) au Mali, l’ambassadeur US au Mali, Mary Beth Leonard, a organisé, le jeudi 7 mars 2013, une réception à sa résidence. Lors de cette rencontre, Mary Beth Leonard s’est indignée de l’arrestation du directeur de publication du quotidien « le Républicain », Boukary Daou. Elle affirme que c’est avec tristesse qu’elle a appris l’interpellation  par la Sécurité d’Etat de Boukary Daou, directeur de publication du journal « le Républicain » suite à la publication d’une lettre de plainte aux avantages accordés au capitaine Sanogo et son comité .

SE  Mary Beth Leonard prononçant son  discours en présence du ministre de la Communication, Manga Dembélé, du DG de la VOA et Baba Daga, DG Ortm

SE Mary Beth Leonard prononçant son discours en présence du ministre de la Communication, Manga Dembélé, du DG de la VOA et Baba Daga, DG Ortm

« C’est une grande responsabilité que les médias portent pour tous les citoyens du Mali. Le peuple a la responsabilité d’exiger de ses leaders la bonne gouvernance, en même temps qu’il a le droit d’attendre de la presse des normes élevées et un gouvernement qui protège cette liberté. C’était franchement avec tristesse que nous avons appris qu’un de vos collègues, Monsieur Boukary Daou, qui était invité, ici, ce soir a été interpellé par des gens qui dit-on s’ identifiaient à la sécurité d’Etat le même jour que son journal, Le Républicain a commenté et publié une lettre de plainte  aux avantages accordés au Capitaine Sanogo et son comité», s’est plaint la première responsable des Etats Unis d’Amérique dans notre pays. Elle a par ailleurs dit ses appréhensions du harcèlement peut être de la presse qui peut entraver le bon fonctionnement  du rôle des medias dans une démocratie, et pendant une période de la plus grande importance pour le rétablissement d’un bon fonctionnement de la démocratie malienne. Selon elle, on peut ne pas être d’accord avec quelque chose, on peut le critiquer, on peut même lancer un point de débat là-dessus, mais il faut quand même défendre son expression. En plus de son avis, cela met en question la volonté de protéger les droits énumérés dans la constitution malienne qui est très important. « Les citoyens doivent être bien informés afin de demander des comptes à leur gouvernement et  prendre les bonnes décisions par rapport à qui ils confient la gestion des ressources de leur pays et la lutte contre les menaces.  Nous espérons vous voir accorder  la liberté de mener à bien cette grande responsabilité. Tous ceux qui chercheraient à saper la sécurité et les droits des citoyens maliens craignent la liberté de la presse. Ils redoutent la liberté de pensée et de croyance et tous les autres droits garantis par la constitution du Mali et la Déclaration Universelle de Droits de l’homme », a déclaré Mary Beth Leonard. Avant de poursuivre que ces derniers redoutent ces choses parce qu’ils se rendent compte que l’avenir qu’ils comptaient imposer par la force aux Maliens ne survivrait jamais à la volonté du peuple – des gens comme vous tous présents  ici ce soir – qui sont informés, qui sont en mesure de s’exprimer librement, et qui ont très envie de la paix et de la sécurité pour le Mali.

Madiassa Kaba Diakité

 

Grave menace sur  la liberté de la presse

  • Boukary Daou, Directeur de publication toujours détenu à la SE
  • Tiébilé Drame, fondateur  du Journal, convoqué à la SE
  • Souleymane  Maïga, Secrétaire de la rédaction convoqué à la SE
  • Mme Diarra Djénéba Diarra, Directrice d’EDICOM dans le collimateur

Le Directeur du Républicain, M. Boukary Daou, arrêté le  6 mars 2013, était toujours détenu dans les locaux de la Sécurité d’Etat, lorsque nous mettons ce journal sous presse. Non content de cette détention au delà de la période légalement admise, la SE a convoqué et écouté le 8 mars 2013, Tiébilé Dramé, Président du Parti PARENA et fondateur du journal « Le Républicain ». Comme si cela ne suffisait pas,  Souleymane Maïga, secrétaire de la rédaction fut également  convoqué. Il nous revient que Mme Diarra Djénéba Diarra, la Directrice générale de « EDICOM » la société éditrice du journal  « Le Républicain » est dans leur viseur. Le siège du journal, placé sous haute surveillance, reçoit au moins deux fois par jour la visite de deux agents qui se présentent comme inspecteurs Dembélé et Ouattara. Qu’est ce qui peut expliquer cet acharnement de la SE contre le Républicain et son personnel ? En tout cas la démarche mise en place n’est ni moins ni plus qu’un harcèlement qui ne dit pas son nom. Ce qui arrive aujourd’hui au Républicain et à son Directeur de publication, doit interpeller tous les citoyens épris de justices, de liberté de la presse et surtout de respect des droits de l’homme.

La rédaction

SOURCE:  du   11 mar 2013.    

118 Réactions à Arrestation de Boukary Daou

  1. Mamadou Diabate

    Vive Capitaine Amadou Haya Sanogo ce que il fait c’est une cause noble pour notre Maliba vive la paix l’amour et lunite

  2. coco

    :wink: :wink: :wink: :wink: :wink:
    Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius s’est dit persuadé mercredi 13 mars que le gouvernement malien saurait faire respecter la presse, après l’arrestation de Boukary Daou, directeur de publication du quotidien Le Républicain, par les services de renseignement maliens, qui a suscité la protestation de la presse malienne.
    « Je suis sûr que le gouvernement malien fera ce qu’il faut pour que la presse soit respectée », a déclaré Laurent Fabius, interrogé sur la chaîne TV5-Monde sur une éventuelle intervention française pour la libération de Boukary Daou.
    ……….. »" Laurent Fabius a rappelé le principe dans toute démocratie selon lequel « partout le pouvoir militaire est soumis au pouvoir civil ». « C’est comme ça que ça fonctionne dans une République, les militaires sont soumis au pouvoir civil, c’est une condition » du bon fonctionnement d’une démocratie, a-t-il insisté.

    Dans une République ….dit Fabius …. :wink: :wink: Dans une République ….

  3. koussata

    mr Dionkouda tes dévendeur finiron a dire quil ont eu raison de toi?
    MR LE PRESIDENT TROUVE JUSTE L’ARESTATION DU JOURNALISTE DAOU,ET TROUVE QIL A PUBLIÉ UN SUJET DIVISEUR ET QUI POUVAIT DESTABILISE LES SOLDATS AU FRONT
    J’AIMERAIS POSE LA QESTION A DIONKIS,
    QUI A ATTRIBUE LES DIT,ECRIT PAR LE JOURNALISTE ?
    MR DIONKIS ENTRE LE DONNATEUR ET LE DIVULGUER,QUI EST LE DIVISEUR?
    ON DIRAIT QUE VOUS AVIEZ EUX LA CLÉ A TORPILLES LES MALIENS PÎRRE QUE LA DICTATEUR LE FAMEUX ÈTAT D’URGENCE .MR DIONKIS L’ETAT D’URGENCE DOIT ÊTRE APPLIQUE QUE SUR LA POPULATION CIVILE ?
    PARCEQUE TOI ET TES REBELLES CNDRE VIOLÉ LES MALIENS EN PLEIN JOURS ET VOUS NE VOULIEZ PAS QU’ON AS PARLE.MÊME SI LE FAMEU KAPITAINE TOURÉ NEXITE PAS VOUS DONNE LE DROIT D’ÉPARPILLÉ ENTRE VOUS LES MIÉTE BUDGET DU MALI.

  4. UN SÉNÉGALAIS MECONTENT

    JE NE COMPRENDS PAS NON PLUS LE MUTISME COUPABLE DE LA CEDEAO ET DE LA FRANCE FACE A CES AGISSEMENTS DE sanogo. PENDANT DES FILS FILS D’AFRIQUE SONT EN TRAIN DE SACRIFIER LEUR VIE POUR SAUVER LE MALI, des militaires maliens, un capitaine inculte et apatride de surcroît,n’ont rien d’autre à faire que de semer le trouve avec la complicité et l’impuissance d’un soi disant président par intérim. EN VÉRITÉ, NOUS AVONS UN CONGLOMÉRAT DE LÂCHES QUI VONT ENFONCER DAVANTAGE LE MALI D’ANTAN

  5. UN SÉNÉGALAIS MECONTENT

    Si un ambassadeur ose s’exprimer publiquement de la sorte dans un pays, c’est que ce pays n’existe plus. Le mali fait la honte des ouest africains que nous sommes. je le dis et je le répète, tant que le mali ne se séparera pas de l’apatride sanogo, il ne sera plus jamais LE MALIBA que nous connaissions et que nous chérissions tous pour sa beauté et l’intégrité morale de ses fils et de ses filles.

  6. blanche neige

    un site intéressant a visiter : koaci.com (site africain )……..on y apprend des choses interessantes :idea:

  7. Loin de prendre parti pour l’une ou l’autre partie, je pense cas même que le peuple a le droit d’être informé du pourquoi de cette affaire et ce comportement de nos gouvernants; car c’est de ça que la démocratie se nourrit: expliquer et convaincre pour instruire et éduquer.

  8. Senti

    Après 24h de Match…le résultat:
    Soldats raté de Bamako (SE): 1 – Fripouille de PRESSE 0

    On a dit PRESSE MORTE mais le SPHYNX:
    http://journallesphynxmali.com/index.php?option=com_content&view=article&id=135:edito&catid=3:newsflash
    Mis à jour (Mardi, 12 Mars 2013 15:57)
    Adama Dramé fait bande à part :( :( :(

    ["Tout le monde connaît l’histoire : le laboureur constate un soir qu’il ne reste plus rien de son champ dévasté par les intempéries; que son épouse venait de le quitter…, enfin, qu’il restait très peu de chose susceptible de le retenir encore en ce bas monde. Le laboureur, c’est bien aujourd’hui LA PRESSE malienNE qui constatent un matin, qu’ELLE n’a plus LE DÉBONNAIRE ATT, plus d’IMPUNITÉ et que le destin s’acharne particulièrement contre ELLE ; ELLE qui, par naïveté s’imaginait jusqu’à ce jour POUVOIR PARTAGER LE BUTIN AVEC LES RATES DE KATI. :-P Mais non! LE BOSS A TOUT PRIS SANS PARTAGE!] :twiste

  9. Koumba Sacko

    Nous disons et l’avions toujours dit qu’il est temps que cessent les mauvaises habitudes héritées de la démocratie bananière des tropiques du pouvoir clanique de l’impunité reine des « enfant ingrats égoïstes cupides voleurs bouffeurs impénitents des deniers publics du Mali » des lettrés mutants maliens politiques députés partis politiques sociétés civiles Hommes en armes religieux de l’ex mouvance

    Nous disons que l’on n’a besoin de sortir d1école de presse pour savoir que la liberté de la presse s’arrête là où la cohésion l’unité nationale sont mise danger et surtout en période de guerre Ainsi chaque fois qu’1journaliste mettra en danger la cohésion l’unité par ses écrits en ce temps de guerre il devra être arrêté et entendu comme cela s’est se passe partout dans le monde en période de guerre de libération

    Nous disons que ce journaliste doit être entendu et des enquêtes très sérieuses le concernant doivent être faites pour savoir ses motivations réelles de diviser l’armée en cette période cruciale de guerre et s’il est reconnu coupable il devra être sanctionné de même que ses complices au cas contraire il devra retrouver sa liberté

    Nous disons en période de guerre il est connu de tout le monde et partout dans le monde quand on aime son pays de faire l’union autour du président du gouvernement et de l’armée pour mettre hors d’état de nuire l’ennemi l’occupant

    Nous disons seuls les collabos qu’ils soient dans l’armée ou au sein de la population posent des actes contre l’union l’unité en temps de guerre ils sont en conséquence mis hors d’état de nuire partout dans le monde quelque soit leur fonction et situation sociale

    Nous disons que les ennemis sous régionaux d’Europe et d’Arabie sont dans tous leurs états devant la débandade imprévisible de leurs bras armés

    Nous disons ils n’ont pas encore baissé bras et non pas encore dit leurs derniers mots ainsi que leurs collabos

    Nous disons ils ont essayé de créer la « zizanie » entre le président chef suprême des armées et son armée en distillant sournoisement malicieusement sataniquement des soit disant exactions de l’armée sur les populations blanches du Mali et cela sans effet sans grand succès

    Nous disons ils veulent 1fois encore créer la « zizanie » entre le président chef suprêmes des armées son armée et les « jeunes gens « en utilisant malicieusement sournoisement sataniquement des « faux rapports » d’exactions de crimes de violes de mécontentements et pour atteindre leur but ils n’hésitent pas à utiliser des cupides des tarés des idiots des mécontents des collabos

    Nous leur disons que le président chef suprême des armées encore 1fois ne tombera pas dans ce « piège » Il fera corps avec son armée jusqu’à la victoire totale n’en déplaise aux oiseaux de mauvaise augure aux médias idiots bêtes haineux diviseurs mécontents collabos

    Nous disons pourtant dès le début de la guerre de libération le président chef suprême des armées et le gouvernement ont demandé à tous les maliens et maliennes d’être solidaires à leur armée et éviter tout comportement attitude et propos qui mettrait en mal la cohésion
    Nous disons s’était sans compter sur les cupides les idiots les tarés les collabos les haineux de l’ex mouvance de la démocratie bananière des tropiques du pouvoir clanique héritage qui sont dans tous leurs états contre les « jeunes gens » qui leur ont ôté le pain de la bouche et sont ainsi prêts à mettre le chaos dans le pays

    • UN SÉNÉGALAIS MECONTENT

      Je regrette, mais on ne peut pas parler de guerre de libération au Mali car ce sont des étrangers, français et surtout Tchadiens avec un lourds tribut de 30 âmes, qui libèrent le pays. Où sont les sanogo et autres soldats lâches? Non soyons sérieux. LE PLUS PETIT SOLDAT TCHADIEN, aux yeux de beaucoup d’africains, est plus valeureux que l’armée malienne. Ce sont LES SOLDATS TCHADIENS QUI TOMBENT en terre malienne LES ARMES A LA MAIN, alors qu’un petit capitaine inculte est en train de semer la zizanie dans le pays à la recherche de faveurs et de sous. Il serai plus considéré par l’Afrique s’il était le premier au front. Mais ça, il ne fera jamais par couardise.

  10. coco

    http://journallesphynxmali.com/index.php?option=com_content&view=article&id=135:edito&catid=3:newsflash
    EDITO
    Mon Dieu ! Qui est ce capitaine Touré qui provoque la trouille et la panique au sein de nos militaires tapis à Bamako et Kati ?
    A chaque fois qu’un confrère évoque son nom, il est enlevé et lynché par une horde de militaires encagoulés à bord de pick-up non immatriculé, comme ce fut le cas avec le Directeur de publication du journal « L’Indépendant », Saouti Haïdara. Ou bien il est conduit manu militari à la Sécurité d’Etat pour y subir un interrogatoire musclé de plusieurs jours, comme le Dirpub du journal «Le Républicain», Boukary Daou Quel « courage » ! Quel « courage » !.
    Décidément, ce capitaine continue à troubler le sommeil des « hommes forts» du Mali actuel. Ce Mali obligé d’appeler au secours puisque n’ayant pas d’armée pour le défendre.
    Oui, si j’étais soldat malien, je refuserai de m’en prendre aux journalistes qui ne font que leur boulot, en reproduisant une lettre ouverte qui était déjà sur la Toile mondiale.
    Si j’étais soldat malien, je refuserais de violenter une femme comme Mme la Ministre Sina Damba.
    Si j’étais soldat malien, je déclinerais toute décoration ou promotion en ces années de débâcle et de honte.
    Oui, si j’étais soldat dis-je, j’allais faire moins de bruit et partirai me battre auprès des vaillants soldats comme le colonel-major Didier Dacko, comme les colonels El Hadj Gamou, Ould Meidou et Néma Sagara, cette brave femme venue directement d’une formation pour aller casser du terroriste à Gao. J’en oublie.
    Alors que des militaires étrangers sont en train de mourir pour notre pays, dans les montagnes de Teghar ghar, sur les dunes de Kidal, comme ces vaillants combattants tchadiens, des officiers maliens sont en train d’embastiller, de torturer, de massacrer, de casser des femmes et des journalistes désarmés. Du moins qui n’ont que pour seule arme, leur plume. Certains soudards y trouvent même une certaine délectation. Quel « courage » ! Il est vrai qu’il est facile de casser du journaliste que d’aller combattre au Nord. Non ! Un vrai soldat ne se réveille jamais au son du clairon. Fût-il du peloton spécial !
    Qui de Dioncounda Traoré alias Gaston-La-Gaffe ou de Boukary Daou viole les règles de l’Etat d’urgence. ? Celui qui a offert un salaire journalier de 134 000 FCFA par jour à un putschiste (qui est loin d’être le premier de la classe) ou celui qui a informé l’opinion publique du malaise que cette capitulation en rase campagne a provoqué au sein des vaillants soldats au front, obligés de se mettre à 20 dans un pick-up pour sécuriser les zones conquises par les troupes françaises, tchadiennes et nigériennes ?
    Chacun est dans son rôle (sic). Les journalistes maliens sont dans le leur ; et celui-ci est loin d’être théâtral et loufoque ! Seulement, ils n’aiment pas la bêtise, la lâcheté et surtout pas du tout l’imbécilité.
    Adama Dramé

    • coco

      L’énigme du Sphinx
      Quelle somme contenait un sac qu’un officier supérieur des forces de défense et de sécurité, occupant un ministère de souveraineté, a fait transporter à Kati par un de ses chargés de mission et le régisseur de son ministère, pour pouvoir garder son poste lors du dernier remaniement ministériel ? Nous vous en donnons une meilleure idée : le sac était rempli de billets de banque.
      Alors, quelques indices : cet officier a connu plusieurs régimes au Mali dont celui de Moussa Traoré. Parrainé par le capitaine Sanogo pour être ministre après le coup d’Etat, il se fait peu loquace parce que lui n’entend presque rien et ne voit jamais rien. Alors, une forte récompense et un an d’abonnement gratuit au journal Le Sphinx à celui qui donnera la bonne réponse.
      http://journallesphynxmali.com/index.php?option=com_content&view=article&id=134:lenigme-du-sphinx&catid=3:newsflash

    • moussa ag

      Coco….

      Moi je respecte ces gars du sphynx….et ils posent la question fondamentale suivante … que j’ai mentionné dans un un de mes commentaires ….

      Entre celui qui donne à un vaurien lâche de putschiste et sa racaille de soldats ratés des salaires révoltants pendant que le pays est en guerre et leurs camarades d’armes risquent leur vie au front dans des conditions minables…. et celui qui ramène l’attention dessus … Toure ou Daou ….

      QUI COMPROMET LA SÉCURITÉ DES LÂCHES …????

      PAS CELUI DE L’ÉTAT MAIS CELUI DES LÂCHES … ????

      GAFFES …???? VRAIMENT…????

      En tout cas KONA a résolu beaucoup de chose et DJONKISS le sait ….

      On verra bien …

      UNE CHOSE EST SÛRE … C’EST TRÈS DIFFICILE POUR UN PUTSCHISTE QUI N’A PAS PU ÊTRE PRESIDENT … DE SE FAIRE PETIT … ILS NE TE LAISSERONT PAS ….

      SANOGO NE PEUT PAS RESTER …SANOGO NE PEUT PAS QUITTER …

      Moussa Ag,…

    • Senti

      COCO nous a invité à vister ce lien: http://journallesphynxmali.com/index.php?option=com_content&view=article&id=135:edito&catid=3:newsflash

      J’y ai été!
      Premier constat:
      Adama Dramé
      Mis à jour (Mardi, 12 Mars 2013 15:57)
      Donc, Monsieur Dramé qui bêlait PRESSE MORTE sur RFI, avant hier, n’a pas respecté SON MOT D’ORDRE.

      « Les journalistes maliens sont dans le leur ; et celui-ci est loin d’être théâtral et loufoque ! Seulement, ils n’aiment pas la bêtise, la lâcheté et surtout pas du tout l’imbécilité.« 
      Je pense que monsieur Dramé doit d’abord demandé à ses concitoyens quelle idée ils font des journalistes.
      Moi, je pense que les journalistes forment la plus grande légion d’IMBÉCILE au Mali, et passent loin devant les apprentis SOTRAMA!

      Enfin, je me demande pourquoi COCO fait de la promotion pour son AMI DRAME alors que se denier à décrété PRESSE MORTE?
      Vend il aussi du SPHINX SOUS LE MANTEAU?

    • la paix

      Merci coco! vs avez tt dit c comme si vs lisser dans me pansés et pourtant on se connait mm pas merci! :cry: