Lamine Tiécoura n’est plus : Le sacerdoce fait journaliste

11
Lamine Tiecoura Coulibaly
Feu Lamine Tiécoura Coulibaly

Le décès à 57 ans de Lamine Tiécoura Coulibaly, enlevé à l’affection de tous le 23 avril dernier à l’Hôpital du Mali, à la suite d’une maladie de courte durée, est une perte immense pour l’ORTM, tant l’homme aura brillé à la fois par ses qualités professionnelles et humaines.

A l’ère du journalisme d’affaires triomphant, où certains de ses confrères roulent carrosse, ou 4×4 si vous voulez, édifiant, au passage, des immeubles à tour de bras, lui il était tout fier de sillonner les rues de Bamako en chevauchant sa vieille «Camico», dont il avait hérité à la faveur de son passage au journal Le Républicain.

Car, il faut le dire, c’est par le privé qu’il est entré dans la presse. Précisément au Républicain, où il fit ses premières armes après sa formation en journalisme au CESTI de Dakar et une maîtrise en Histoire et Géographie délivrée par l’Ecole normale supérieure (ENSup).

Ne dit-on pas que le journaliste est l’historien du moment? Pour ce qui le concerne, Lamine Tiécoura Coulibaly était à la fois journaliste et historien. Pour Lamine Tiécoura, pétri dans les valeurs bamanan de Ségou, le métier était avant tout un sacerdoce et la meilleure des richesses était celle de l’esprit.

Ces formations l’ont nanti d’un background très solide, où rigueur rimait avec professionnalisme. Personnellement, nous avons eu la chance de prendre la mesure de ses grandes qualités professionnelles à l’occasion d’un concours organisé à l’intention des journalistes maliens (Nuit de la Presse), dont nous faisions partie du jury. Lamine Tiécoura Coulibaly remporta le prix destiné à la radio.

Boulimique du savoir, habité par un irrépressible désir d’innover et de se rendre utile à la communauté, Lamine Tiécoura Coulibaly, une fois à l’ORTM, se fera remarquer par sa grande disponibilité et sa conscience professionnelle aiguë.

Parmi ses innovations, on retiendra les émissions «A l’écoute de l’école» et «Les cahiers d’hier». Auparavant, il avait vaillamment repris le flambeau de la Revue de la presse à la télé (le journal des journaux), léguée par Abdrahamane Sacko.

A côté de ces qualités professionnelles, Lamine Tiécoura possédait d’indéniables qualités humaines. La modestie et l’humilité étaient les traits dominants de son caractère. Ses cadets à l’ORTM n’ont de cesse de témoigner de son sens de l’entraide professionnelle.

Cerise sur le gâteau, il était d’une politesse exquise. Pour la petite histoire, Lamine Tiécoura n’appelait jamais ses ainés par leurs prénoms. C’était toujours à travers le respectueux «Kôrô» qu’il s’adressait à eux. La jeune génération devrait beaucoup s’inspirer de lui.

Que son âme repose en paix! Que Dieu le tout-puissant l’accueille dans son céleste paradis!

Yaya Sidibé    

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. Tout homme un jour retournera auprès des siens. Un être doublé d’humanité et de savoir vivre ira certes pour de bon mais ne laissera jamais un grand vide de son absence parce que ses œuvres continueront à profiter aux autres. Que puisse Allah le tout puissant et le très miséricordieux t’accueillir dans son vaste royaume. Dors en paix grand frère.

  2. Grand frère tu étais humble modeste et très respectueux. Tu avais les sens très élevé du professionnalisme de l’innovation et de l’éthique.
    Tu étais un journaliste non partisan qui donnait toujours des informations fondées.
    Dors en paix grand frère. On ne t’oubliera jamais et on ne cessera jamais de prier pour toi.

    Moussa Malick DIALLO

  3. Mes condoleances sinceres a sa famille et proches. Que son ame se repose en paix eternelle par la Grace d’Allah le misercordieux.

  4. « la mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ; on a beau la prier, la cruelle qu’elle est se bouche les oreilles et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane où le chaume le couvre est sujet à ses lois, et la garde qui veille aux barrières du Louvre n’en défend point nos rois. De murmurer contre elle et perdre patience il est mal à propos ; vouloir ce que dieu veut est la seule science qui nous met en repos. » Fin de citation. François de Malherbe.
    Pour de tel cas nous réciterons :
    Une fois ” FATHIA= l’ouverture ou le prologue
    Au nom de dieu, clément et miséricordieux,
    1. Louange à Dieu, Seigneur des créatures,
    2. Le très clément, le miséricordieux,
    3. Maître du jour de la rétribution,
    4. C’est toi que nous adorons, et c’est toi dont nous implorons, le
    secours,
    5. Guide-nous dans le droit chemin,
    6. Non le chemin de ceux qui ont encouru ta colère, non plus le chemin
    des égarés. Amen.

    Et 11 fois ” AL-‘IKHLAS = La foi Pure et Exclusive; Sourate 112, 4 versets
    Prononciation

    Bismil-lahir-rahmanir-rahimi
    1. Qhoul houwal-lâhou Ahadoun
    2. Allâhouç-çamadou
    3. Lam yalid wa lam-yoûlad
    4. Wa lam-yakoum lahou kouf-an Ahadoun.

    Traduction en Français
    Au nom de dieu, clément et miséricordieux,
    1. dis, lui Allah est unique,
    2. dieu, l’absolu,
    3. il n’engendre pas, il n’est pas engendré,
    4. et nul n’est égal à lui “. Fin de citation.
    Amen.

Comments are closed.