Lancement de la deuxième chaine de télévision en abrégé TM2 : Place à la libération de l’audiovisuel

0
4

La deuxième chaîne de télévision malienne ou TM2 a été lancée le 31 décembre par le président malien Amadou Toumani Touré, dans les locaux de l’ORTM. On va donc vers la libération du secteur de l’audiovisuel au Mali.

Le lancement de la TM2 qui couvre un rayon de 100 à 120 kilomètres, est historique selon le président Amadou Toumani Touré. Ce lancement intervient 28 ans après celui de la première à savoir l’ORTM (Office de radiodiffusion et télévision du Mali).

En sa qualité de premier invité de TM2, le président Touré a évoqué le pourquoi de la date choisie: "le 31 décembre, c’est d’abord une étape extrêmement importante. C’est aussi pour lancer à la fois sur les deux chaines un message extrêmement important, le message à la nation du président de la république".

Outre le lancement, le président Touré a remis un équipement d’une valeur de plus 2,5 milliards de francs CFA.

A noter que TM2 diffuse en émetteur TNT (télévision numérique terrestre), ce qui fait la fierté du président malien, selon qui son pays n’a pas attendu 2015, année du passage au tout numérique de tous les pays africains.

Pour sa part, le directeur général de l’ORTM, M. Bally Idrissa Sissoko a donné l’assurance que tout sera mis en œuvre pour répondre aux besoins des téléspectateurs.

M. Sissoko a indiqué que TM2 est une chaîne qui va être différente de la première en ce sens qu’elle viendra en complément à la première. Ce, avec les programmes de divertissement, d’éducation, d’information, de sensibilisation, en direction des jeunes et femmes en priorité, a ajouté le Dg de l’ORTM.

De l’avis du responsable technique de TM2, elle a un émetteur d’une hauteur de 900 mètres, considéré comme le plus haut en Afrique. L’ouverture de cette deuxième chaine publique était l’un des préalables à l’ouverture de l’audio visuel aux acteurs privés.

 

Mali: Perspectives macroéconomiques jugées favorables

Le Fmi juge favorables les perspectives macroéconomiques à moyen terme du Mali, mais estime aussi qu’elle « présentent toutefois des risques baissiers ».

La croissance du Produit intérieur brut (Pib) réel de ce pays devrait ressortir à plus de 5 %, grâce aux performances des filières agricole et aurifère. Le Mali va doper sa production aurifère avec la mise en service de deux nouveaux sites miniers en 2012-2013, mais celle-ci connaîtra une baisse en 2014, prévient le Fmi.

Le taux d’inflation moyen devrait rester inférieur à l’objectif de convergence de l’Uemoa (3 %) si les conditions pluviométriques demeurent favorables. Le solde global de la balance des paiements devrait ressortir excédentaire sur la période 2012-2014, à la faveur de l’accroissement de la production d’or.

Cependant, il y a des risques baissiers liés principalement au secteur agricole très vulnérables aux conditions climatiques défavorables.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.