Mali: l’avocat du journaliste Boukary Daou se dit optimiste

12
Le journaliste Boukary Daou (G) pose avec le capitaine Sanogo (D) après une interview. AFP
Le journaliste Boukary Daou (G) pose avec le capitaine Sanogo (D) après une interview.
AFP

Arrêté le 6 mars à Bamako pour avoir publié dans le quotidien Le Républicain une lettre ouverte de soldats contre le capitaine Sanogo, le journaliste Boukary Daou a été transféré jeudi des services de la sécurité d’Etat à la brigade d’investigation judiciaire. Alors que les journalistes maliens ont décidé de lever leur mouvement « presse morte » tout en restant vigilants, les avocats de l’intéressé ont pu voir leur client ce vendredi 15 mars.

Maître Cheick Oumar Konaré

Avocat du journaliste Boukary Daou

Il y a un progrès dans le dossier. Nous quittons une zone d’opacité totale – la sécurité d’Etat, nous n’avions même pas accès à notre client – pour une zone un peu plus clair : la brigade d’investigation judiciaire, qui relève des services officiels de la justice.

Par RFI

PARTAGER

12 COMMENTAIRES

  1. RÉFLÉCHISSONS COMMENT AIDER NOS BRAVES SOLDATS QUI SONT AU FRONT ET SONT ENTRAIN DE SE BATTRE POUR NOUS. EN RÉALITÉ LA SITUATION N’A PAS CHANGE DEPUIS LE COUP D’ETAT, CERTES QUELQUES ELÉMENTS DE KATI COMME SANOGO SONT ENTRAIN DE TIRER DU PROFIT PERSONNEL MAIS CEUX QUI VEULENT QUE TOUS LES MALIENS TIRENT PROFIT ET QUI SONT AU FRONT SONT LAISSES A LEUR PROPRE COMPTE. ON CONTINUE DE NOUS MENTIR MAIS RIEN N’EST FAIT. QU’ATTEND LE MINISTRE DE L’ECONOMIE POUR DÉPENSER AU PROFIT DES SOLDATS QUI SONT AU FRONT? QU’ATTEND IL POUR PAYEZ CERTAINS PRIMES ANNONCES ET QUE NOS SOLDATS AU FRONT N’ONT PAS TOUCHE JUSQUE LA UN CENTIME. LES GENTS ONT CONTRIBUE POUR AIDER LES MILITAIRES AU FRONT ET NON POUR QUE D’AUTRES APATRIDES S’ENRICHISSENT SUR LE DOT DES PAUVRES MALIENS COMME L’ONT FAIT CERTAINS APATRIDES LES 20 DERNIÈRES ANNÉES. DIEU EST NOTRE SEUL ESPOIR, QUE POURRISSENT EN ENFER TOUT MALIEN QUI ESSAYE DE VOLER LE DENIER PUBLIQUE, QU’IL SOIT MILITAIRE, POLITICIEN, FONCTIONNAIRE, OPÉRATEUR ECONOMIQUE, ETC. AMEN.

  2. le reste du monde ne comprend ou refuse de comprendre a été dit dans un message de blaise du burkina, au mali, il n’y a pas de leader politique; sinon, comment comprendre l’ascension de la june au mali. dioncounda ne gere rien.
    je m interroge toujours sur la communauté internationale qui a investi tant d’efforts et des moyens au mali pour assister impuissante à faire le menage pour le depart total de la junte de la sphere administrative et politique. c’est le prix à payer sinon cette guerre produira l’effet contraire.
    dioncounda ne maitrise rien.
    il faut la france fasse preuve de vigilance.
    chasser les islamistes et laissser junte dans cette position de force, reviendrait à faire toute cette guerre pour rien.
    la france doit exiger et obtenir de dioncounda la mise à l’ecart total et defintif de la junte des rouages de l administration et de la politique. elle oublie quand un an, la junte a procedé au changement de toute l’administration malien. avec junte, il n’y aura d’election transp

  3. quelle histoire honteuse pour le Mali ! voilà un pouvoir pantin – animé par une racaille de poli-tocards au service d’un minable bidasse – qui met absolument tout en Å“uvre pour révolter chaque jour tout citoyen épris de justice, sans que cela ne fasse le moindre émois… tout cela, au nom d’un fallacieux prétexte d’État d’urgence et au nez et à la barbe d’une société civile muette et insensible, certainement plus préoccupée à rogner sa part d’un indécent gâteau… qu’à se battre contre l’injustice. pourtant, tout ce beau monde était si loquace hier seulement à défendre les exactions ignobles et injustifiables d’une maudite bande de grivetons ratés. et cela, au nom du patriotisme, dit-on… quel opprobre national !

    • Rebel:

      Vos armes sont de plus en plus acérées de jour en jour. Il est vrai qu’on a la rage au coeur de voir le pays qui s’appelait “Mali” sombrer ainsi dans le chaos, emporté par une bande de bidasses illettrés qui l’entraînent avec eux en enfer….

      Un pays où le coup de force devient un moyen d’alternance acceptable

      Un pays où “l’armée”, non-contente de se montrer incapable aux yeux du monde entier de défendre son territoire, n’a pas honte de se livrer aux plus horribles exactions envers des vieillards innocents:
      http://www.maliweb.net/news/video/2013/02/25/article,130003.html

  4. Il est grand temps que la presse malienne comprenne que l’armée n’a pas une structuration identique à celle des civiles. Il y a une chaine de commandement qu’il faut respecter et par conséquent des méthodes de communications bien propres à elle. Pour éviter toute mutinerie, ou désorganisation pleine et totale de l’armée il faut éviter de publier les lettres ouvertes au nom de la démocratie, car la démocratie c’est aussi le respect de la discipline militaire!!!

    • Certains journalistes maliens (opportunistes) n’ont appris que faire révolter la population sur le compte des politiques.
      L’image de SANOGO A Amadou au près de Boukary est provocatrice.
      Je conseille aux lecteurs de faire attention a ce que la presse malienne raconte car la plus part de leurs écrits sont du genre à faire le mal à un individu et non de faire une analyse journalistique.
      D’ailleurs ces « journalistes » rares sont ceux qui ont fait une école de journalisme.

    • mr, vous parlez de chaine de commandement lors que c’est un capitaine qui dirige l’armée là où il y a au moins 60 générux.
      le mali n’a pas de classe politique, n’a pas d’armée, n’a pas d’état, c’est triste, mais c’est la réalité.

Comments are closed.