Pour une sortie de crise : Les médias maliens sont à pied d’œuvre

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Visiblement, la crise qui secoue le Mali semble ne pas être l’affaire que des seules hautes autorités qui  cherchent des approches à travers des actions de mobilisations et de sensibilisation en vue d’apporter des solutions pour une sortie de crise sans compromission.

Des Maliens regardent des Une de journaux à Bamako © AFP

C’est dans ce sens que le Bloc d’intervention populaire et pacifique pour la réunification entière du Mali s’est investi dans la recherche de solutions. Pour ce faire, le Bloc, qui est composé d’hommes de medias (entre autres), en collaboration avec, le Haut conseil islamique (HCIM), le Réseau des communicateurs traditionnels pour le développement (RECOTRADE) et bénéficiant du soutien du Chérif de Nioro, Mohamed Ould Cheichnè Haïdara dit Bouyé, a décidé d’organiser une marche pacifique pour apporter des solutions pratiques aux difficultés qui affectent le pays. Selon les membres du Bloc, il est temps de démontrer que la crise malienne est avant tout le problème des Maliens qui peuvent, en un moment de leur histoire, manquer de moyens financiers et d’armes pour protéger leur patrie, mais auront toujours une dose suffisante de foi, de dignité et de courage pour défendre le Mali.  Cette opération dite « Faso ko » veut être en première ligne des initiatives en matière d’implication des citoyens dans les processus de libération et de développement du Mali.

Les objectifs de cette opération sont, entre autres, la libération du Nord du Mali et le soutien à l’armée nationale. L’opération « Faso ko » au Mali, en collaboration avec le HCIM et le Haut conseil des Maliens de l’extérieur (HCME), organisera des journées d’actions : « la participation des représentants de toutes les régions du Mali auxquels nous donnerons des moyens de déplacement sur les trajets qui mènent vers les régions occupées ; des communications de sensibilisation ; la marche pacifique vers l’idéal commun de paix qui est la libération, sans arme, des régions occupées ; les manifestants rencontreront des notables, des jeunes et des occupants à Gao où sera orientée la première marche pacifique de réunification nationale avant la fin de ce mois de décembre 2012 ». Précisons que les activités de la réunification et la sécurisation du Mali seront organisées par RISDA-Mali, le Regroupement international pour la solidarité, la démocratie et le développement en Afrique au Mali, AJADUR, l’Association des journalistes et animateurs pour la démocratie, l’unité et la République, l’ADJ-Mali, l’association Devoir de journalistes du Mali…

Serge Lath

SOURCE:  du   15 déc 2012.