Présentation de vœux du nouvel an de la presse au président de la République : Outiller les journalistes pour relever le défi de la couverture médiatique des élections

0
0

La salle des banquets de Koulouba a abrité hier la traditionnelle présentation de vœux de la presse au président de la République Amadou Toumani Touré. Lors de cette rencontre, les différents intervenants ont souhaité la formation des journalistes pour une meilleure couverture médiatique des échéances électorales à venir.

C’est le représentant du Comité national de l’égal accès aux media d’Etat, Abdoulaye Sidibé qui a pris la parole premier. Après avoir souligné quelques grandes réalisations faites par le président de la République, il a évoqué que pour les futurs scrutins si importants pour l’avenir de la démocratie au Mali, le Comité national de l’égal accès aux média d’Etat jouera pleinement son rôle.

Dans cette perspective, il a affirmé que sa structure a sollicité l’OIF (dont ATT est le président de la Commission nationale) le financement de deux séminaires au Mali, visant le renforcement des capacités des ressources humaines. Le premier séminaire portera sur l’accroissement des compétences des journalistes maliens en vue de la couverture des échéances électorales à venir. Le second, sur l’accès équitable des différentes forces politiques aux media publics et privés, écrits et audiovisuels.

Par ailleurs, Abdoulaye Sidibé a indiqué : "au Comité national de l’égal accès aux média d’Etat, à la pratique, nous avons pris conscience des lacunes et insuffisances des textes régissant à ce jour notre institution".

C’est pourquoi, il a salué le projet de création d’un nouvel organe chargé de l’audiovisuel en remplacement du Comité national de l’égal accès aux média d’Etat, et du Conseil supérieur de la communication, création prévue dans la loi votée par l’Assemblée nationale dans la perspective du référendum.

Pour sa part, la présidente du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mme Togola Marie Jacqueline Nana a, tout d’abord, félicité le gouvernement, pour avoir accepté d’inscrire au budget des élections, la réhabilitation de la cabine monitoring du Conseil supérieur de la communication. Un outil qui va permettre de recevoir les signaux audiovisuels de 16 radios, de toutes les chaines de télévisions, de les enregistrer 24 /24 heures et de les archiver pendant 90 jours.

Aux dires, la présidente du CSC, le logiciel de comptage de ce monitoring est conçu pour assurer le contrôle exact du temps de parole en période électorale, ce qui revient à dire qu’elle pourra servir aux deux organes de régulation de la communication au Mali. Toujours selon elle, la couverture médiatique des différentes élections, référendum, présidentielles, législatives sera un défi majeur, un test de maturité pour la presse malienne et pour les instances de régulation de la communication. 

Raison pour laquelle, Mme Togola Marie Jacqueline Nana d’affirmer qu’il est donc fondamental que les hommes de média mesurent leur responsabilité dans la réussite des élections à venir et évitent d’être ceux par qui le malheur arrive. C’est pourquoi elle dira que la formation et sensibilisation figurent en bonne place dans le programme d’activités du Conseil supérieur de la communication pour les élections à venir.

Pour terminer, elle a prié que le Tout-puissant  préserve le Mali et fasse que les efforts conjugués de toutes les parties concernées permettent de trouver des solutions durables aux épineux problèmes de l’école malienne et de l’insécurité au Nord-Mali.

Le président de la Maison de la presse, Makan Koné a déclaré : "Des signaux et des sonnettes d’alarme sont tirés pour attirer l’attention sur les conditions d’organisation des élections générales à venir. Sans véritablement prendre pour argent comptant tout ce qui est dit, écrit à ce sujet, les hommes de presse et de média que nous sommes ne saurons être insensibles à cette ambiance générale. La bonne organisation des élections est le gage d’une avancée démocratique qui devra se consolider dans notre pays. Sur ce plan, nous sommes aussi bien au Mali qu’en Afrique exposés à ce que nous appelons le défi institutionnel. Le vote devient dans notre continent une cause de mortalité. Désigner son dirigeant donne la mort en Afrique et de la manière la plus violente". A ce sujet, en vue de permettre à la presse de jouer son rôle et de le jouer pleinement, Makan Koné a souhaité qu’elle dispose de moyens exceptionnels – en cette année électorale – qui lui permettront de couvrir professionnellement les élections à venir et être pleinement associé à l’organisation de ces échéances.  

Il a conclu : "L’actualité, Monsieur le Président – en Afrique et particulièrement dans notre pays – en cette année 2012, c’est aussi la Coupe d’Afrique des Nations de football. Mes confrères sportifs, à travers l’Association des journalistes sportifs du Mali, souhaitent soutenir nos Aigles jusqu’au bout, les accompagner à la victoire finale, Inch’Allah, et sollicitent – bien entendu – pour ce faire, votre soutien et celui de l’ensemble de votre gouvernement". 

Bandiougou DIABATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.