Semaine nationale de la liberté de la presse (SENLIP) : Des Diplômes de reconnaissance délivrés au Directeur de L’Indépendant, Saouti Labass Haïdara et au regretté Mamadou Lamine Doumbia

0
Saouti Labass Haïdara, Directeur de publication de L'Indépendant
Saouti Labass Haïdara, Directeur de publication de L’Indépendant

C’était le dimanche 3 mai dernier au CICB, lors d’un dîner de gala organisé par la Maison de la presse dans le cadre des festivités de la Semaine nationale de la liberté de la presse  (SENL). L’événement a réuni dans une atmosphère festive et conviviable les ministres en charge de la communication, Dr Choguel Kokala Maïga, de l’Enseignement supérieur, Me Mountaga Tall, du parrain de la Semaine, Mahamane Hamèye Cissé, directeur de publication du Scorpion, Dramane Aliou Koné, président de la Maison de la Presse, plusieurs directeurs d’organes de presse ainsi que des amis de la presse récompensés par des diplômes de reconnaissance.

Au cours de cette cérémonie, une série de distinctions honorifiques ont été décernées aux doyens de la presse “en reconnaissance des services rendus” à la profession. Parmi les heureux récipiendaires, des sommités de la presse en activité ou à la retraite. Parmi ceux-ci, on peut citer Gaoussou Drabo, Aïssata Cissé, Massiré Yattassaye, Diomanssi Bomboté, Mamadou Diarra, Mamadou Kaloga et Saouti Labass Haïdara. Le Directeur du groupe SOMAPRESSE a, en outre, reçu une autre attestation récompensant à titre posthume Mamadou Lamine Doumbia, journaliste à L’Indépendant et animateur de la rubrique “La Roue Libre” tant appréciée des lecteurs du journal. Notre regretté confrère Baba Dagamaïssa s’est vu délivrer également à titre posthume un diplôme de reconnaissance.

Semaine nationale de la liberté de la presse Il y a également des “amis de la presse” tels que le doyen Amadou Seydou Traoré dit Amadou Djicoroni, Mme Sy Kadiatou Sow, Me Mountaga Tall, Ali Nouhoum Diallo, Me Lamissa Bengaly qui ont reçu des distinctions.

Après une série d’interventions qui ont mis l’accent sur l’importance de la soirée, le rôle de la presse dans l’établissement d’une démocratie, la réconciliation et la paix au Mali, les heureux récipiendaires ont unanimement porté leur choix sur El Hadj Saouti Labass Haïdara, directeur du Groupe SOMAPRESSE, éditeur du quotidien L’Indépendant et de Bamako Hebdo, pour remercier les organisateurs pour cette heureuse initiative.

Semaine nationale de la liberté de la presse Je pense qu’il y avait un vide qui a commencé à être comblé ce soir et il faut en remercier ceux qui ont initié cette soirée.  C’est une excellente chose pour notre profession. Cela montre que les journalistes que nous sommes commencent à s’organiser et à accorder à leur profession la valeur qu’elle devrait avoir. Je voudrais dire merci à tous ceux qui sont derrière cette initiative, merci à mon jeune frère Mahamane Hamèye Cissé, parrain de la Semaine, merci à notre consœur  Ramata Diaouré pour sa brillante prestation. Je souhaite que des soirées de ce genre se renouvellent et se multiplient pour magnifier notre profession, pour la valoriser et lui donner la place qu’elle mérite dans la société démocratique que nous sommes en train de construire“, a dit Saouti Labass Haïdara.

Auparavant, le ministre Choguel Kokala Maïga avait affirmé qu’au moment où notre pays était divisé, ce sont les journalistes qui informaient la population de ce qui se passe à Gao, à Kidal et à Menaka. Pour lui, avec l’insécurité et la violence qui prennent corps dans plusieurs pays, il est important que les gouvernements se donnent les moyens de créer les conditions de travail pour les journalistes.

Puisqu’une population bien informée est une population responsable. Sans information, sans communication, tout ce que les gouvernements font ne sera pas connu“, a dit Dr Choguel Kokala Maïga. Il a longuement félicité les organisateurs et le public qui a massivement fait le déplacement avant d’inviter la presse à accompagner le gouvernement du Mali dans la mise en œuvre de l’accord acquis à Alger. “Dans la perspective de ce qui se dessine  dans notre pays, dans quelques jours, c’est-à-dire la signature de l’accord de paix et de la réconciliation issu du processus d’Alger, il est important que la presse aide le gouvernement, puisqu’il y a des citoyens qui s’interrogent sur la nécessité de signer cet accord“, a-t-il insisté.

Semaine nationale de la liberté de la presse Le ministre de l’Economie numérique, de l’information et de la communication, porte-parole du gouvernement, a demandé à la Maison de la presse de faire de cette Semaine une institution pour qu’elle joue tout son rôle. “ En ce qui nous concerne, nous allons jouer notre rôle pour que cela soit pérennisé “, a conclu le ministre.

L’accompagnement de la presse dans l’établissement d’une démocratie et un Mali uni et fort ne fera pas défaut, a fait savoir le parrain de cette première édition, Mahamane Hamèye Cissé. Toutefois, celui-ci a attiré l’attention du gouvernement sur les menaces, les harcèlements dont sont victimes les journalistes depuis 2012. “ Jamais notre pays n’a connu autant de menace et de violence à l’égard des journalistes. De 2012 à maintenant, nous avons dénombré plus de 60 harcèlements de violence “, a-t-il déclaré.

Rendez-vous est pris pour l’édition 2016 qui, on l’espère, aura plus d’éclat.

 

Liste des Récipiendaires Amis de la presse

– Mme Sy Kadiatou Sow

– Ali Nouhoum Diallo

– Me Mountaga Tall

– Me Lamissa Bengaly

– Amadou Seydou Traoré dit Amadou Djicoroni

Les partenaires

– UNESCO

– USAID

– L’APBF

– Coopération Française

– Orange Mali

 

Doyens à la retraite ou en activité

– Gaoussou Drabo

– Aïssata Cissé

– Massiré Yattassaye

– Diomassy Bomoté

– Mamadou Diarra

– Mamadou Kaloga

– Saouti Labass Haïdara

Reconnaissance à titre posthume

– Baba Dagamaïssa

– Mamadou Lamine Doumbia

– Mamadou Bocar Coulibaly

PARTAGER