Séminaire des journalistes et officiels de la presse à Beijing : Après les débats, place aux voyages d’étude sur le terrain

1

Trente sept journalistes de vingt deux  pays  suivent depuis le 11 novembre  à Pékin ( Beijing ), un séminaire d’information sur les réalités sociopolitiques, culturelles et sur les médias de la République populaire de Chine. Après les débats et les visites touristiques dans l’arrondissement de Beijing, les séminaristes ont entamé les voyages d’études dans différentes provinces.

Notre consoeur Clarisse NJIKAM posant avec ses collègues journalistes venus des autres pays

Pendant plusieurs jours, les séminaristes se sont abreuvés aux réalités chinoises portant sur des domaines liés à la connaissance du pays et aux mesures et valeurs  économiques, financières, culturelles, scientifiques, touristiques, artisanales, géographiques, historiques,  organisationnelles, administratives de la Chine moderne.

Une moisson fructueuse et instructive qui est une véritable source d’inspiration pour nos dirigeants. En effet le séminaire des officiels de la presse et des journalistes qui se tient à Beijing, a offert l’opportunité aux séminaristes de visiter les sites culturels et touristiques en long et en large.

La première étape s’est déroulée à la cité interdite, ” Forbidden City “, le musée du palais des empereurs chinois. C’est un espace splendide, avec des décoration peintes sur ces merveilles architecturales royales, avec des trésors magnifiques. C’était le Palais impérial des vingt-quatre empereurs durant les dynasties Ming et Qing. Il fut construit pendant 14 ans sous le règne de l’empereur Chengzu de la dynastie Ming (1368-1644). C’est un site en  forme rectangulaire, cité parmi les plus grands  Palais du monde, avec 74 hectares, entouré de 52 mètres de  fossé et un mur de 10 mètres de haut pour plus de 8 700 chambres.

La 2ème étape fut le village culturel du thé, qualifié de la plus belle campagne de la Chine. Ici  les journalistes ont découvert une cité qui se modernise et développe un éco-tourisme qui allie la beauté à la valorisation et à la protection de l’environnement. C’est aussi un lieu spécifique du pays car c’est un véritable producteur de thé

L’artisanat au cœur de la culture chinoise a offert aux visiteurs une gamme variée de produits locaux dont la qualité est d’une esthétique originale.

Ensuite, la visite s’est poursuivie dans le District de Huairou, situé à 45km de Beijing. Les séminaristes ont passé trois jours dans cette capitale dite de la ” Grande muraille “ de Chine (6300 Km). Avec des téléphériques et glissières facilitant le déplacement. La visite s’est limitée à la partie de la périphérie de Beijing. Un monstre rampant qu’est cette grande muraille qui défie le temps depuis trois millénaires.

Dans l’après midi, un tour a été effectué au  “Temple Bouddhiste” un lieu touristique par excellence qui conserve tout son lustre d’antan. Le bouddhisme est l’une des trois grandes religions de la Chine, pratiqué par plus de la moitié de la population. Tous ces vestiges du passé, restaurés et bien conservés démontrent à la face du monde que la Chine est une nation forte, puissante et éternelle.

Le 21 novembre fut l’étape de la province de Hebei. Les séminaristes ont eu l’occasion de visiter le quotidien local  ” Tangshan Daily “, ainsi que la Radio télévision Tangshan. Le  directeur général de ” Tangshan Daily “ M. Hu Keping expliquera que le journal est subventionné en partie par le parti communiste chinois (PCC). Il est à préciser que  chaque province a sa radio et  sa télévision régionale, diffusant dans tout le pays.

La rédaction du quotidien est composée d’une quarantaine de journalistes, chacun exerçant  dans un domaine bien précis. “tiangshan Daily “ tire à  180 mille exemplaires par jour et se vend à 1 yuan, moins de cent Fcfa. Le responsable de l’imprimerie M. Yao Mei  a expliqué que l’imprimerie de ” Tangshan Daily ” est équipée du matériel dernier cri. Il a par ailleurs présenté une imprimante capable d’effectuer  4 mille tirages par heure. En tout cas cette série de visites a  permis aux participants de comprendre les vertus qui ont fait de la Chine la deuxième économie mondiale.                    

Clarisse NJIKAM  Envoyée  spéciale  en Chine

PARTAGER

1 commentaire

  1. j’ai du mal à comprendre : un journaliste malien ne peut pas aller jusqu’à Tombouctou pour rapporter ce qu’il y voit faute de moyens . Mais il y a de l’argent pour aller en séminaire à Pékin 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.