URTEL : la responsabilité des promoteurs des radios privées est interpellée

9

Suite à la diffusion sur les antennes de certaines Radios de la place des propos verbaux violents qui ont fait les échos dans la capitale, les membres du Bureau de l’Union des radiodiffusions et télévisions libres du Mali (URTEL) ont tenu, le jeudi 30 juin 2016, une rencontre d’échange avec les propriétaires et les responsables des Radios. C’était dans son siège à Hamdalaye sous la présidence du Président de l’URTEL, Bandiougou Danté.

Pendant 3 heures de nuit clos tendu, le Président en exercice de l’Union des radiodiffusions et télévisions libres du Mali (URTEL), Bandiougou Danté est sorti à annoncer à la presse que le but de rencontre était d’échanger sur la situation des propos verbaux violents qui ont été diffusés sur les antennes de certaines radios de la place entre les deux individus. « Nous n’avons pas de vocation à siéger pour dire qui a la raison où qui a le tort mais pour nous c’est la Radio qui les a diffusés qui a tort » a-t-il signalé. Nous voulons, dit-il, que les autorités compétentes prennent leur responsabilité face à cette situation. Et de dire que « Nous assistons à la création des Radios partout n’importe quand et comment que font ce métier sans respecter la déontologie ». Nous, nous pouvons canaliser les 350 radios qui sont affiliées à notre Union. « D’ailleurs nous faisons appel à celles qui ne sont pas dans notre de venir nous joindre pour bien assainir ce secteur », a-t-il souhaité.

En effet, cette rencontre a été aboutie à l’élaboration d’une résolution dont la contenue est ceci : « Analyse et discussion sur la situation, de la dérive verbale sur certaines radios de la place nous nous élevons contre cette attitude qui ni honore nullement notre métier ; Qui jure avec notre éthique et déontologie, nous condamnons dans les termes les plus fermes ces agissements déshonorant à notre métier protestations vigoureusement contre cette pratique qui salit notre profession. Rappelle aux directeurs de ses différentes radios leurs sens de responsabilité et les invite à la mesure et à la modération et insiste sur le respect des textes et lois en vigueur en matière de radio. Nous présentons nos sincères excuses à l’auditoire et les remercions pour leur indulgence ».

Seydou Karamoko KONÉ

PARTAGER

9 COMMENTAIRES

  1. Le flambeau. C’est quel journal, et quels sortes de journalistes? C’est vraiment bidon votre article, si on peut l’appeler article. Du n’importe quoi, ce journaliste. Un vrai con.

  2. 😯 😯 😯 😯 😯 😯 😯 Seydou Karamoko KONÉ, t’as la guele de bois ou bien t’a vole ton DEF 😯 😯 😯 😯 :shock:. Meme si le Francais n’est pas ta langue,, fais-toi relire par quelqu’un de plus….

  3. Quel massacre que ce texte de ce soit disant journaliste. Honte éternelle au journal qui publie de telle souillure.

  4. "3 heures de nuit clos tendu" ; "est sorti à annoncer" ; "d’échanger sur la situation des propos" ; "rencontre a été aboutie à" ; "la contenue" ; "qui ni honore nullement" ; "notre métier protestations vigoureusement contre" SEPT ABERATIONS POUR UN SI PETIT ARTICLE, QUEL DOMAGE!!!!!!!!!!!

  5. "3 heures de nuit clos tendu" ; "est sorti à annoncer" ; "d’échanger sur la situation des propos" ; "rencontre a été aboutie à" ; "la contenue" ; "qui ni honore nullement" ; "notre métier protestations vigoureusement contre" SEPT ABERATIONS POUR UN SI PETIT ARTICLE, QUEL DOMAGE!!!!!!!!!!!

  6. Le contenu de cet article n'encourage nullement sa lecture tant il est denudé de toute cohérence syntaxique et grammaticale, je suis désolé qu'au Mali tout diplômé à la recherche d'emploi devient subitement "journaliste". Chers Dirpub (Directeurs de publication) relisez les articles de vos "agents journalistes" avant de les publier. Merci.

  7. Comment peut-on donner tant d’importantes aux propos de deux fils de vauriens comme Ras BATH et Bandiougou DOUMBIA ?

Comments are closed.