Chu du Point G : Le personnel menace de décréter une grève de 48 heures à partir du 20 mars

1
1

Le comité syndical du CHU du Point-G menace de décréter  une  grève de 48 heures le 20 mars prochain reconductible si  jamais ses doléances ne sont pas satisfaites.
En plus de leur traditionnelle revendication relative à l’amélioration des conditions de vie et de travail, les syndicalistes exigent le respect de la loi hospitalière et de la convention hospitalo-universitaire dans la nomination des chefs de service. D’autres points non moins négligeables figurent en bonne place des revendications  du syndicat. Il s’agit du paiement des arriérés des primes de responsabilité et leur paiement mensuel régulier et, à terme échu, l’augmentation des primes de gardes de 3 000 FCFA pour les jours ordinaires et de 6 000 FCFA pour les jours les jours non ouvrables, la séparation des services de radiologie imagerie médicale et de la médecine nucléaire ainsi que la création d’un service des urgences médico-chirurgicales  figurent parmi ces doléances.
Déjà la commission de conciliation est à pied d’œuvre pour trouver un terrain d’entente entre le département de tutelle et les grévistes. Espérons que les négociations aboutissent pour un dénouement heureux des nombreux points de blocage.
        Ramata TEMBELY

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Kassin<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4307</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt
Quand la démocratie accouche d’un régime de généraux vauriens Un pays s’en sort par la qualité de ses ressources humaines et non pas seulement par ses ressources naturelles. En érigeant en mode de gouvernance la médiocrité, l’impunité, le manque de culture du résultat, le clientélisme, le Grin mania, l’injustice, le manque de sérieux et le mensonge, le régime moribond des généraux vauriens a reçu à mettre la corruption, le vol, la dépravation des mœurs, l’incivisme parmi les premières valeurs et pratiques de la société malienne. Le résultat se passe de tout commentaire pour une fois je vais laisser l’armée et la guerre du nord en paix.  Mes compatriotes s’en occupent suffisamment et j’ai suffisamment parlé sur le sujet pour mériter mon “repli stratégique”. L’enseignement supérieur public agonise et enchaine des années sans que certains étudiants puissent être  évalués sinon  suivre des cours. Aux grèves à répétition s’ajoute le manque de planification sérieuse pour accueillir une armée de jeunes bacheliers (amphi bombés, gestion calamiteuse des effectifs, magouille de toute sorte, violence physique et notes financièrement et/ou sexuellement transmissibles). L’enseignement supérieur privé est le nid d’un laisser aller suicidaire.  Dans ces conditions, le milieu scolaire et universitaire ne peuvent  nullement pas produire… Lire la suite »
wpDiscuz