Commerce des produits périmés : La DNCC cravate les opérateurs malveillants

0

Commerce des produits périmés :  La DNCC cravate les opérateurs malveillantsDes produits estimés à plus de 40 millions de F CFA dont la date péremption est largement dépassée, ont été incinérés, mardi dernier, à Kati, par la direction nationale du commerce et de la concurrence.

 

Accompagné par ses collaborateurs, le directeur national du commerce et de la concurrence, Modibo Kéita, a procédé, mardi 14 octobre, à l’incinération d’une importante quantité des produits de première nécessité dont les dates de péremption sont dépassées.

Cette opération, dira-t-il, rentre dans le cadre de la protection des populations. Composés 285 packs de cubes Maggi, 20 cartons de thé, de centaines de bidons d’huile et autres, la valeur totale des produits estimés à plus de 40 millions de F CFA.

“Les équipes de la DNCC ont saisi dans les quartiers et marchés de Bamako une quantité importante de produits dont les dates de péremption sont largement dépassées. Tous ces produits peuvent créer un problème de santé à la population. Des consommateurs de ces produits peuvent s’attendre à des conséquences graves”, a-t-il expliqué.

Il a ajouté que cette opération est la 3e du genre pour la DNCC. “Ce combat sera mené dans le temps, conformément aux missions du gouvernement. Parce qu’il a manifesté sa ferme volonté à en découdre avec la consommation des produits périmés. Et c’est vrai parce que le consommateur a droit à la protection”, a-t-il rappelé.

Selon le directeur général, de fortes amendes ont été infligées aux auteurs qui peuvent se retrouver devant les tribunaux. “Nous continuons à inviter les commerçants à la raison pour préserver la santé des populations. Malgré la libéralisation du commerce, il doit y avoir la morale et l’éthique dans les affaires. Les opérateurs économiques doivent éviter des situations du genre qui nuisent à la santé des citoyens. Nous demandons aux consommateurs d’être plus vigilants, parce qu’il arrive des fois que des opérateurs falsifient les dates”, a-t-il déploré.

Bréhima Sogoba

PARTAGER