Concertation et échanges avec les acteurs de la décentralisation : Sur les modalités de transfert des ressources financières

0
0

La salle des conférences de l’Institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP) a abrité du 30 au 31 janvier 2012, un atelier de concertation et d’échanges avec les acteurs de la décentralisation. Les réflexions durant ces deux jours ont été portées sur les  modalités de mobilisation des ressources budgétaires transférées aux collectivités dans la loi des finances 2012.

 

Pour le Représentant dela CADD M.Mamadou Basseri Diallo, le Ministère dela Santéa inscrit   aux noms  des collectivités territoriales, dans le budget d’Etat de l’année en cour, un ensemble de lignes budgétaires liées au transfert des compétences. De ces transferts, il s’agit entre autres du salaire des agents sur fonds de l’initiative PPTE, la lutte contre la vente illicite des médicaments, la lutte contre la  maladie etc. Ainsi,  l’organisation  du  présent  atelier  a permis de faire le point sur  cette première expérience   et surtout sa  mise  à la disposition à temps au niveau des structures  de santé.

Représentant Mme le Ministre dela Santéà cette rencontre, le Secrétaire Générale, le Pr Mamadou Souncalo Traoré  a fait savoir que l’organisation du présent atelier vient au bon moment. En effet, il a offert   l’opportunité aux acteurs de la décentralisation d’échanger sur les difficultés et contraintes du terrain et d’identifier des solutions opérationnelles appropriées.  A titre de rappel, le Secrétaire Général du Département dela Santédira que la décision pris par l’Etat du partage de ses prérogatives avec d’autres acteurs dont les collectivités territoriales est l’une  des recommandations formulées  lors de la conférence nationale du 25 février 1992. Pour  cela, la loi 95-034 du 12 avril 1995, modifiée, portant  sur le code des collectivités territoriales évoque dans son article  14  : «  le conseil communal délibère sur la politique de création et de gestion des équipements collectifs, notamment dans le domaine des dispensaires, maternités, hygiène publique, assainissement et centres de santé communautaires ».

Toujours, dans la même démarche, le gouvernement a adopté en 2002 le décret no 02-314/P-RM fixant les détails des compétences transférées de l’Etat aux collectivités territoriales au  niveau  commune et cercle en matière de santé. Ce qui a permis de poser plusieurs actes tels que la création de la cellule d’appui à la décentralisation et à la déconcentration et sa dotation en personnel. A  cet acte, s’ajoutent la réalisation d’une recherche action sur la décentralisation en matière de santé en partenariat avecla SNV, l’adoption d’un modèle de convention de gestion de type d’assistance mutuelle entre les communes et les ASACO, la signature et la mise en œuvre d’une convention   de gestion des fonds de l’appui budgétaire sectoriel avec l’ANICT etc.

Diakalia M Dembélé

 

Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose

Le budget 2012, en hausse de 997 949 000 F CFA

Au  mardi 7 février 2012, le Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose (CRLD) a tenu la 6ème session ordinaire de son Conseil d’Administration.  Les travaux de cette session se sont déroulés sous la présidence du Secrétaire Général du Ministère de la Santé Pr Mamadou Souncalo  Traoré dans la salle des conférences du centre.

La présente session a permis d’examiner les documents de rapport  financier de 2011 et surtout d’arrêter le projet de budget 2012. Si en 2011, les prévisions budgétaires étaient de995 777 000 FCFA, elles  ont connu une légère augmentation de997 949 000 FCFA, soit 0,25%.  Après avoir constaté une réduction des montants alloués pour la prise en charge du personnel EPA, le Directeur Général du Centre, Pr Dapa Diallo pense qu’un apport additionnel est nécessaire afin de supporter ce poste budgétaire.  Dans la même logique, il y a eu une augmentation significative du budget alloué à la recherche.  Ainsi, « les objectifs de recherche seront atteints toute fois que si  la recherche est soutenue par un système de gestion et de comptabilité performant » de l’avis du Directeur Général. Ensuite, il faut accompagner le Crld, en mettant à la disposition de l’Agence comptable, un personnel à la hauteur de ses taches a-t-il rappelé sous forme  de demande aux autorités compétentes.  S’exprimant en termes de perspectives, le Pr Dapa Diallo a soutenu  que « le Centre  de Recherche et de Lutte contrela Drépanocytoserestera fidèle à son engagement afin d’améliorer significativement l’espérance et la qualité de vie de tous les drépanocytaires au Mali ». Il a ajouté par ces mots en guise de conclusion : «  les objectifs fixés pour l’année 2012 sont à la mesure de ses ambitions et pourraient être atteints avec l’appui institutionnel espéré ». Cependant, vu la multiplication des activités, du Centre, il faut un effectif de personnel important, permettant de corriger l’inadéquation permanente entre les besoins en personnel du Crld et les missions qui lui sont assignées.

Pour le Secrétaire Général du Département en charge dela Santé, le Crld  a fortement contribué à l’amélioration de la qualité et de l’espérance de vie des nombreux drépanocytaires au Mali durant deux ans. Cette contribution a été  rendue effective par la recherche, la formation des professionnels de la santé, l’information des malades et des familles le dépistage, les soins et le suivi médical des drépanocytaires. Le Représentant du Ministre a aussi exprimé les félicitations de son  Département par rapport à la décoration du Directeur Général du Centre au Grade de Chevalier dela Légiond’Honneur de France ainsi que celle de son Adjoint comme Chevalier de l’Ordre dela Santédu Mali.

Diakalia M Dembélé

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.