Consommation de la chicha : Un phénomène de mode qui nuit gravement à la santé

0

La pratique qu’on voyait sous d’autres cieux dans les films ou dans les clips s’est invitée au Mali ces dernières années surtout dans les milieux jeunes. En boites de nuit, à la maison, dans les grins, la consommation de la chicha est en train de prendre de l’ampleur. Alors que cela n’est pas sans conséquences sur la santé. Du moins, si l’on en croit certains médecins-pneumologues avec qui, nous avons abordé le sujet.

En effet, la consommation de la chicha est devenue une pratique très populaire de nos jours surtout chez les jeunes, filles comme garçons.  Selon une source digne de foi,  à  Bamako, un jeune sur deux aurait déjà  tenté l’expérience. Et nombreux sont les jeunes qui considèrent la chicha comme étant moins offensive et dangereuse que la cigarette.

Pour Karim Traoré,  étudiant en Marketing âgé de 23 ans, la chicha éloigne de la cigarette. C’est pourquoi lui, il en consomme très souvent à la maison et au grin avec ses amis. C’est le même discours chez un de ses amis aussi accro à la chicha qui dit en consommer au moins deux à trois fois par jour.

Mais contrairement à ce que pensent ces jeunes qui estiment que la chicha est moins dangereuse que la cigarette, voici ce qu’en disent des médecins-pneumologues.

Dr Hamidou Diallo, pneumologue est on ne peut plus clair là-dessus. « Quand on fume la chicha, on inhale beaucoup plus de fumée qu’avec la cigarette. Car elle contient beaucoup plus de tabac qu’une cigarette et les séances de pipe à eau peuvent durer plusieurs heures. ». Selon lui, le volume d’une bouffée de chicha est plus de 20 fois supérieur à celui d’une cigarette. Et 40 bouffées d’une seule chicha intoxiquent autant que deux paquets de cigarette. C’est pourquoi, il dira que fumer la chicha est aussi néfaste pour la  santé que le fait de fumer une  cigarette ordinaire.

Dr  Ly Aminata Keita enfoncera le clou. Selon elle, la chicha est composée de 25% de  tabac  mis dans un petit réservoir et recouvert de papier-aluminium troué, associé à un mélange de mélasse d’arome de fruit. Et le tout brulé au charbon.

« Il est vrai que la fumée est filtrée par l’eau, mais cela retient à peine la moitié des substances nocives  qui vont pénétrer le plus profondément dans les poumons et faire de plus gros dégâts. », explique-t-elle. Avant d’ajouter que la fumée de la chicha contient également du monoxyde de carbone, des métaux et des substances cancérigènes à cause de la fumée issue de la combustion du charbon utilisé.

« La consommation de la chicha en groupe favorise aussi la transmission de maladies contagieuses  comme la tuberculose, l’hépatite, entre autres qui peuvent se transmettre par la salive », a-t-elle souligné.

Mais pour les consommateurs avec qui nous avons échangé, la consommation de la chicha leur évite de fumer la cigarette jugée plus nocive pour la santé.

En Syrie, une étude  sur les personnes qui fument uniquement des cigarettes et d’autres qui n’utilisent que la chicha n’a pas trouvé une différence significative dans leur exposition à des substances cancérigènes. Car la teneur en tabac des produits fumés en pipe à eau varie.  L’étude a prouvé que la combustion des substances aromatiques entraîne aussi la création de composés mauvais pour la santé comme du goudron.

Par ailleurs révèle l’étude, le fonctionnement de la chicha fait que les personnes qui l’utilisent inhalent aussi la fumée du charbon posé sur le tabac ainsi que celui de l’aluminium qui les sépare. Ainsi, les personnes qui sont près des fumeurs de chicha sont contaminées de deux manières: soit par  la fumée qui se dégage directement du charbon, soit par  l’air expiré par les fumeurs.

Souleymane Birama Minta

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here