Coopération sanitaire : Le Mali, L’IAPC et le Nouveau-Brunswick signent un protocole

0
0

L’Institut d’administration publique du Canada (IAPC), le Mali à travers le Ministère de la Santé, et le Gouvernement du Nouveau-Brunswick et Réseau de santé Vitalité (ci-après dénommé « le Nouveau-Brunswick») ont signé un protocole d’entente ou une entente de partenariat les engageant à un échange de leur expertise technique, leurs connaissances et leur expérience sur diverses questions liées à la gouvernance. C’était le jeudi 1er Mars au département de la Santé, sous la présidence de Madame Diallo Madeleine Ba, Ministre de la Santé du Mali.

 

Pour d’atteindre ses objectifs, les signataires de ce projet conviennent d’utiliser le Programme pour la gouvernance démocratique à titre de mécanisme d’établissement de partenariat stratégique et d’entreprendre un projet de partenariat qui fournira de l’assistance technique et partagera des connaissances avec les participants au programme afin d’atteindre.

 

Il s’agit d’accroître le bien-être des citoyens des pays en développement en contribuant au redressement et à la croissance socioéconomiques jusqu’à 5 % ; et d’accroître la capacité individuelle et institutionnelle des ministères et organismes du secteur public et des associations afin de contribuer au redressement et à la croissance socioéconomiques et de répondre aux priorités socioéconomiques, telles que la croissance économique et la sécurité alimentaire, afin de permettre aux femmes et aux enfants d’atteindre leur plein potentiel.

 

Les signataires de ce protocole d’entente ou de cette entente de partenariat, se sont engagés conjointement à soutenir un projet de partenariat, à y participer, à collaborer, et à partager leurs connaissances, leurs modèles, leurs outils, leurs expériences, leurs leçons apprises, leurs innovations et leurs pratiques exemplaires. Car ils sont conscients que ces objectifs seront atteints grâce à un projet de partenariat axé sur l’amélioration des compétences et des connaissances des participants au programme et à la capacité institutionnelle de ministères et organismes du secteur public, d’associations et d’instituts de formation choisis.

 

L’IAPC, le Mali et le Nouveau-Brunswick visent à optimiser l’efficacité du projet de partenariat et le mettra en œuvre conformément au programme et au descriptif du projet Mali-Nouveau-Brunswick.

 

Les engagements

 

Le Mali et le Nouveau-Brunswick seront responsables de la réussite de la gestion et de la mise en œuvre d’activités du projet de partenariat. À cette fin, les partenaires devront exécuter entre autres les tâches suivantes : désigner une équipe de base qui dotera les postes de chef d’équipe, de coordonnateur d’équipe, d’agent de coordination des rapports entre les genres et d’autres membres, au besoin; veiller à ce que le projet de partenariat soit axé sur leurs priorités gouvernementales ou organisationnelles et les priorités de l’aide publique au développement du Canada; élaborer le descriptif du projet ou des plans de travail à l’aide du cadre de responsabilisation et de gestion axé sur les résultats, en collaboration avec leur partenaire canadien ou international respectif et l’IAPC;  déterminer les membres de leur équipe et les participants à la mission qui possèdent la combinaison de connaissances, d’expertise et de compétences nécessaire à la mise en œuvre efficace du projet de partenariat, et veiller à ce qu’ils soient libérés de leurs tâches sans perte de rémunération ou d’avantages pendant toute la durée de leur affectation; veiller à ce que les membres de leur équipe participent activement à la réalisation d’évaluations des besoins du projet de partenariat, à la planification, à la mise en œuvre, à l’encadrement et à l’évaluation d’activités du projet de partenariat, et à la préparation de rapports et de renseignements périodiques pour l’IAPC et son équipe de partenariat à l’aide d’un cadre de responsabilisation et de gestion axé sur les résultats; veiller à ce que le document du projet de partenariat ou les plans de travail suivent le processus d’approbation requis, conformément à leurs compétences respectives et à l’IAPC, et avant leur mise en œuvre.

 

Ce projet de partenariat et ce protocole d’entente ou cette entente de partenariat sont complémentaires aux autres initiatives et ententes qui pourraient exister entre le Mali et le Nouveau-Brunswick et entre les initiatives et les ententes que le pays du Mali pourrait avoir avec d’autres donateurs.

 

Il faut rappeler que de 2004 à 2007, plusieurs échanges se sont effectués dans ce sens. Le présent protocole viendra renforcer les acquis, c’est-à-dire officialiser les partenariats entre les deux parties.

 

Il rappeler que le présent protocole d’entente ou la présente entente de partenariat demeurera en vigueur pendant toute la durée du programme. Sa résiliation nécessitera un avis écrit de six mois aux parties non résilientes.

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.