Fonctionnement des hôpitaux : Visite nocturne du ministre de la Santé au Point G et à Gabriel Touré

12

Visite ministre de la Santé, Ousmane Koné

Le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, Ousmane Koné lors de sa visite  à Gabriel Touré et au Point G
Le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, Ousmane Koné lors de sa visite à Gabriel Touré et au Point G

Pour toucher du doigt les réalités dans les structures de santé, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique ne se contente plus des circuits ordinaires. Dans la nuit de lundi 7 à mardi 8 juillet 2014, le ministre Ousmane Koné a surpris plus d’un agent des hôpitaux Gabriel Touré et Point G par une visite de terrain nocturne.

 

Il était 23 h le lundi 7 juillet 2014 lorsqu’un véhicule ministériel s’est immobilisé dans la cours du CHU Gabriel Touré devant le service des urgences. Qui peut bien être l’occupant de ce véhicule officiel à cette heure tardive de la soirée, s’interrogeaient les agents de garde et accompagnateurs de patients. Il a fallu la présence du directeur général de l’hôpital, Dr. Kassoum Sanogo, à l’accueil pour que les uns et les autres comprennent de quoi il s’agissait : une visite inopinée du chef du département de la Santé et de l’Hygiène publique.

Cette visite avait une double signification : vérifier l’efficacité de la garde et encourager le personnel de garde.

 

En compagnie de son chef de cabinet, Dr. Moussa Guindo, de son conseiller chargé des hôpitaux, Dr. Mamadou Namory, et du chargé de communication, Markatié Daou, le ministre  a entamé sa visite à 23 h par le service des urgences.

 

En plus des constats, il a procédé à un contrôle des effectifs des agents de garde et de leurs moyens d’action. Des échanges avec les agents rencontrés, les problèmes évoqués sont minimes.

 

Au service de réanimation, des problèmes ont été signalés. Il s’agit de l’insuffisance de scopes et de l’insuffisance de lits. Au service de la neurologie les problèmes de consommables ont été signalés. Au service de l’ORL, seuls quelques problèmes d’étanchéité ont été signalés.

 

A la pédiatrie, le problème soulevé a pour nom l’insuffisance de lits.

Cette visite du ministre inopinée nocturne du ministre aura été une surprise agréable et pour le ministre et pour les agents de garde. Le chef du département était heureux de constater que l’ensemble des équipes de garde était au grand complet dans les services. Mieux, elles étaient pour la majeure partie des cas, au travail.

 

 

Bonnes gardes

Pour les agents de garde, cette visite nocturne d’encouragement du ministre ne fait que les galvaniser au travail malgré quelques difficultés au nombre desquelles on peut citer la rupture de stock de consommables dans certains services et souvent à la pharmacie. Selon le directeur de l’hôpital, les ruptures des stocks d’intrants et de consommables sont liés à un blocage de signature des marchés de fourniture.

 

Le ministre a dit avoir pris bonne note de l’ensemble des problèmes évoqués.

C’est à zéro heure 21 que la délégation ministérielle est arrivée à l’hôpital du Point G où elle a été accueillie et dirigée par le surveillant général Ousmane Maïga. Là-bas, les difficultés sont moindres qu’à Gabriel Touré. L’hôpital ne connait pas les ruptures de stocks d’intrants et de consommables. Au service des urgences, la direction a mis en place une méthode pour éviter l’engorgement dans certains services comme les urgences. C’est pourquoi les cas de neurochirurgies sont envoyés à Gabriel Touré ou à l’Hôpital du Mali.

 

Aux urgences, à la chirurgie B, à l’Unité A d’hémodialyse, à l’urologie, le ministre était fier de trouver l’effectif nécessaire pour une garde. Cette équipe est composée d’un médecin, un interne, un CES, et les rotateurs…

 

Dans tous ces services rien n’entame l’engagement des agents à offrir les soins de qualité aux patients.

 

Aux termes de cette visite, le ministre a noté les préoccupations et entend de les résoudre par ordre de priorité. C’est ainsi qu’il souhaite voir renforcer les stocks de médicaments au niveau de la pharmacie. Il a été demandé à la gérante de tenir une liste de besoins non satisfaits afin de mettre en place les produits généralement en rupture.

 

A la fin de la tournée à 1 h 18, le ministre a eu la certitude que les hôpitaux ne sont pas déserts la nuit. Ce qui fut un autre motif de fierté pour le ministre Ousmane Koné qui reste à l’écoute de ses agents et du public pour mettre à niveau les structures sanitaires capables de répondre aux besoins. Pour les agents, cette visite d’encouragement du ministre de la Santé intervient quelques mois après avoir doté ces  deux hôpitaux de Bamako

d’équipements médicaux de qualité.

 

CC/MSHHP  

PARTAGER

12 COMMENTAIRES

  1. Arrêtons avec ces politiques de la "MÉDIOCRITÉ" qui a amené le Mali au bord du gouffre. Vous n'avez pas besoin de vous rendre à l'hôpital la nuit pour conster les problèmes qui gisent à longueur de journée dans les hôpitaux.

  2. Oh!!! Dommage pour le Mali, c'est toujours la politique du "FAISANT SEMBLANT", Le Ministre de la santé n'a pas besoin de se cacher pour se rendre dans les hopitaux (visites nocturne).
    IL CONNAIT BIEN LES DEFAILLANCES DANS LES HOPITAUX.
    Arrêtez SVP de nous faire de la misère avec LA MEDIOCRITE.

  3. Je trouve noble et novatrice cette volonté du ministre de la santé qui est vraiment compétent et rigoureux si on le laisse la main libre. Il peut changer ce secteur mais souvent la politique freine les bonnes volontés. Que ça ne soit pas le cas pour notre ministre.

  4. Je vois autrement cette visite. Elle a un caractère pédagogique, désormais les travailleurs savent que le ministre peut débarquer à tout moment. En conséquence ils se mettront à la disposition des malades. Surtout aussi la visite permet de motiver les travailleurs qui passent la nuit au travail, loin de leurs conjoint (e).
    Que le ministre renforce le caractère inopiné de sa prochaine visite dans ces hôpitaux ou dans d’autres.

  5. Ceux qui s’étonnent de la présence d’un DG d’hôpital à 23h ne connaissent pas le fonctionnement d e nos structures hospitalières. Un DG peut rester jusqu’à 4h du matin si la situation ne lui exigent. J’en connais un à Bamako qui ne rentre chez lui avant 23h.
    Qui dit le contraire ?

  6. Un DG à 23 heures à l’hôpital. De qui se moque t-on? Parlons dans ce cas de visite préparée.

  7. Un DG de l’hopital qui recoit le Ministre à 23 heures?Celait veut dire q”uil a été informé à l’avance ce qui enleverait tout caractère inopiné à la visite.
    On a l’impression d’avoir un article commandé.

Comments are closed.