Grève illimitée du personnel de la Santé : Une guerre de tranchée sur fond de jalousie

0

Aujourd’hui,  le Mali traverse l’un des moments les plus difficiles de son histoire. Une période fortement ébranlée par la recrudescence des revendications syndicales qui donnent lieu à des grèves illimitées et compromettantes pour le pays. Selon les constats, la majeure partie de la population n’arrive pas à admettre le cas  des agents  de la santé. Une situation très délicate qui risque de gangrener le pays. Déjà, des cas de décès, faute de soins, sont signalés dans des hôpitaux.

Après la grève illimitée  des magistrats,  ce fut le tour  des  agents de la santé. Depuis plus d’une semaine, ils n’arrivent pas à avoir un terrain d’entente avec l’État malien. Tous les deux bords restent sur sa position. Au point que les négociations se sont terminées en queue de poisson. Toute chose qui  aggrave la crise et enfonce le Mali davantage. À l’heure actuelle, le Mali se trouve en proie au déséquilibre et a besoin de secours.

Certes, la réclamation des droits est légale, mais en tant que bon patriote, il  faut souvent  tenir compte de la situation du pays. En effet,  la crise  que le Mali traverse, doit servir de leçons pour tout le peuple malien. Cependant, la mise en œuvre de l’accord issu du processus d’Alger, devrait être une priorité avant tout. Reconnaissant bien le rôle capital qu’ils jouent pour la santé publique, ce comportement audacieux des agents de la santé risque à jamais de mettre  plusieurs vies en danger et dans l’incertitude.

« La  santé n’a pas de prix » dit-on. Dans cette logique, il est très difficile de mesurer l’impact de la grève des agents de la santé sur la société.

Guerre  en défaveur de  la population

Au Mali,  l’été est  la   période de l’année ou plusieurs maladies se déclarent. Et si cela est le moment propice pour les agents  de la santé d’interrompre les soins de santé au profit de leurs droits, il y a un pas à ne pas franchir. En faisant le tour dans les structures sanitaires, on constate déjà que  cette grève a entraîné beaucoup de dégâts, pour ne pas dire des pertes en vies humaines. De surcroît, les patients souffrent le Martyre. Dans les hôpitaux, rien ne marche, tout repose sur  un service minimum qui n’intervient qu’en cas d’urgence. Ce comportement audacieux  prouve à suffisance que  le personnel de la santé n’a plus d’amour pour la patrie. À plus forte raison pour  les citoyens. Ce qui relève plutôt d’un jeu d’intérêt.  Le développement du Mali  n’est entravé que  par  les conséquences néfastes  de  l’intérêt d’une poignée d’agents de la fonction publique. Et ce qui est regrettable, c’est que  personne ne  se sacrifie pour l’intérêt supérieur de la nation. visiblement,  cette grève illimitée des syndicats de la santé en est la parfaite illustration.

 Une guerre d’intérêts égoïstes

Les  magistrats sont sortis victorieux à l’issue du bras de fer qui leur opposait à l’État. Par conséquent, ils ont eu une satisfaction auprès des autorités malienne. En outre,  depuis l’échec des négociations  avec les conciliateurs de l’État,  les agents de la santé agissent méthodiquement   par des  grèves  illimitées. Du jamais vu au Mali dans le milieu sanitaire. Plus d’une semaine, ils persistent, sans mesurer les dangers qu’ils font peser sur  la vie des populations.

« Comparaison n’est pas raison ». Cependant, en adoptant, la même stratégie que les magistrats, les syndicats  de la santé trouvent qu’ils gagneront à se faire entendre. Et c’est justement dans cette dynamique qu’ils signent et persistent  dans l’espoir que leurs doléances seront intégralement  satisfaites. De toute façon,  ils ont intérêt à mettre de l’eau dans leur vin et chercher des moyens pour sauver le Mali que d’être engagés dans un bras de fer avec l’État. Mieux vaut tard que jamais.

Adama Coulibaly

Source : Nouveau Réveil

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here