Grève illimitée des syndicats de la santé : Le mot d’ordre respecté sur l’étendue du territoire

0
Gabriel Touré

En grève illimitée depuis une semaine, le Syndicat national de la santé, de l’action et de la promotion de la famille (SNS-AS-PF) et la Fédération des syndicats de la santé et de l’action sociale (FESYSAM) ont vraiment décidé d’aller jusqu’au bout.  Une telle démarche leur permettra d’obtenir gain de cause pensent-ils. « Tant que l’Etat n’aura pas satisfaire leurs revendication, par rapport à l’augmentation demandée à la prime, ils ne céderont à aucune compromission, ont-ils estimé.

Au moment ou nous mettons sous presse, nous avons sillonné quelques  hôpitaux et centres de  santé de  la capitale. Nous avons constaté en général que le mot d’ordre a été respecté à la lettre par les camarades professionnels du secteur de la santé. Mais, ayant à l’esprit le souci de la santé du prochain, certains ont été désignés au niveau de chaque structure sanitaire pour assurer le service minium.

A chaque journée, les responsables syndicaux de ces deux associations font une évaluation. Il est à souligner, que leur appel a été entendu, par une adhésion commune de tous les travailleurs dudit secteur. Ce qu’explique dans l’ensemble, la grève a été suivie dans tout le pays. Les informations ont été rapportées par des équipes qui sillonnent les différentes structures, afin de venir rendre compte.

Pour les grévistes, le point qui fait aujourd’hui l’objet de divorce entre le gouvernement et leurs associations syndicales, n’est pas à négocier. Signalons que les syndicats de la santé ont demandé à l’Etat, une augmentation de leur prime  à hauteur de 100 000F CFA. Le gouvernement, à travers le ministère de la Fonction publique et de Relations avec les institutions s’était engagé à satisfaire cette doléance, par  l’apposition d’une signature d’entente entre les associations syndicales. Mais, au grand mécontentement desdites associations, le gouvernement propose une augmentation de 25% sur le taux actuel, soit 25 000F CFA, ajoutés à l’existent.

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here