La Canam et les pharmacies conventionnées : Pour le renforcement du partenariat

1
Canam
Canam

En vue de permettre une bonne mise en œuvre de l’assurance maladie obligatoire, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie sous la houlette du ministre du ministre du travail et des actions humanitaire et  sociales Hamadoun Konaté a initié une rencontre avec les officines de pharmacies conventionnées du district de Bamako et de Kati. C’était le mardi dernier à la maison des ainés, l’objectif était de discuter sur la convention afin d’améliorer le dispositif de l’A M O.  

 

La rencontré a enregistré la présence de la directrice de la Caisse Malienne de la Sécurité Sociale Oumou Louis Dicko, du directeur de la CANAM, Luc AnKoundio,du président de l’ordre des pharmaciens du Mali et du directeur général de l’INPS M. Diallo. Cette rencontre intervient a un moment ou le partenariat entre la CANAM et les pharmacies conventionnées à l’AMO fait face à des difficultés pour sa mise en œuvre. C’est pour trouver des voies et moyens que le ministre du travail et des actions humanitaires et sociales a voulu organiser cette rencontre capitale en convoquant les pharmaciens pour discuter afin de mettre sur le rail le dispositif de l’AMO. Selon lui les pharmacies conventionnées constituent des éléments importants pour la bonne marche de l’AMO.  A  cet effet, le ministre donnera  des informations sur les pharmacies conventionnées.

 

 

 

D’après lui plus 300 officines de pharmacies conventionnées avec une  des prestations de : 260 soit 78,79%. A l’en croire vu des difficultés rencontrées certaines avaient suspendu leurs ou arrête leurs prestations. Avant d’ajouter que le montant total alloué aux organismes gestionnaire à savoir la CMSS et l’INPS s’élève à 7 478 561 520 FCFA dont 4 683 065 680 pour  les charges techniques et 2 795 495 849 au titre du fonctionnement. Au cours de la rencontre les pharmaciens des pharmacies conventionnées ont évoquées beaucoup dans la mise en œuvre de l’AMO notamment : le retard dans le payement des factures, la non notification des ordres de virement, la non notification des rejets des feuilles de soins et des motifs de leur rejet. Dans le but de favoriser le retour des pharmacies qui avaient arrêté leurs prestations, un certain nombre de mesures ont été préconisées  pour améliorer l’AMO. Parmi, celles ci on peut citer entre autres : la déconcentration des payements ; notification systématique des ordres de virement ainsi que des rejets des feuilles de soins, assortis des motifs des rejets ; un accompagnement pour la fidélisation des officines.

 

 

 

Dans son intervention le président de l’ordre des pharmaciens montrera que sa structure a le devoir d’accompagner l’AMO. Il souligne aussi que l’ordre des pharmaciens à vocation la santé publique, toutes actions qui rentrent dans ce cadre seront soutenus par l’ordre.

 

 

 

Ousmane Cissé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

Comments are closed.