La vente illicite des médicaments par terre : Comment arrêter le fléau

0
10

Les vendeurs de médicament ambulants, communément appelés ” Yala Yala  fourra “ au Mali, sont une espèce en voie de multiplication dans nos marchés, nos quartiers  et partout à  travers Bamako. Il faut signaler que ces vendeurs de médicament illicites ont des clients dans toutes les couches de la société: vieux, jeunes, hommes  et femmes, cadres ou pas, font appel volontiers à ces “pharmaciens” qui n’ont aucune qualification  pour soigner leur mal.

Pour mieux comprendre ce phénomène  nous nous sommes rendus au fief de ce commerce qui se trouve devant l’immeuble Mafa Haidara au grand marché de Bamako. Afin de demander l’avis des consommateurs,  des vendeurs et vendeuses; car il faut signaler qu’aujourd’hui  les femmes pratiquent plus  cette activité.

Mr Samaké  Adama, qui est vendeur grossiste depuis plus de 10 ans, pense que “c’est un travail comme tous les autres, et puis les clients viennent de leur grée sinon ils peuvent aller à la pharmacie. Ces médicaments guérissent les maladies comme ceux de la pharmacie, mais  c’est le lieu de vente qui les différencie”. Quant à Mme Safiatou qui vend en détail, elle met en avant le pouvoir d’achat : ” les médicaments qui se vendent à la pharmacie ne sont  pas accessibles pour certaines personnes, donc ils préfèrent acheter ces médicaments qui moins chers”.

Pour Mr Coulibaly, qui est un  consommateur,  ” quand on peut  guérir sa maladie avec  un médicament qui  ne  coûte que 250FCFA chez les Yala yala,  pourquoi dépenser 1500 FCFA pour ce même médicament à la pharmacie ?Il affirme qu’il y a même plusieurs pharmaciens  qui viennent acheter ces médicaments pour ensuite les revendre à des prix plus élevés.

Dans tous les cas, il faut signaler que ces médicaments peuvent guérir nos maladies à court terme, mais à long terme, ils peuvent aussi entrainer d’autres maladies, car ces médicament sont généralement exportés  de l’inde, du Nigeria  et sont pour la plupart exposés au soleil, à la poussière. Surtout, on ne sait pas dans quelle  condition ils sont préparés et avec quoi ils sont faits.

Un conseil pour les consommateurs de ces médicaments : il faut qu’ils prennent soin de leur santé, car elle est ce qu’il y a de plus précieux au monde.

A.Sangho

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.