LUTTE CONTRE LE PALUDISME: L’AMDP s’engage au côté des femmes

0
L’alliance pour les meilleures pratiques pour le développement (AMDP) en collaboration avec ses partenaires a procédé la semaine dernière à la distribution gratuite de moustiquaires imprégnées aux femmes enceintes et aux enfants.
 
L’ONG AMDP a compris la stratégie du gouvernement dans la lutte contre le paludisme. Il s’agit de « faire reculer le paludisme ». Pour ce faire, cette ONG avec l’appui de la société Mali Minéral Ressources à distribuer dans certains centres de santé de Bamako des moustiquaires, imprégnées aux femmes enceintes et aux enfants de 0 à 11 ans. En effet, 1000 moustiquaires ont été distribuées dans les CSCOM de Lassa et Daoudabougou. Il s’agissait d’une première phase de distribution.
Pour la 2è phase 1000 autres seront distribuées à d’autres. Mali Minéral ressources est une société de l’Angleterre connue dans la recherche de minerais autre que l’or.
Cette société travaille avec d’autres compagnies comme CAMEC (central Africain Mining exploration) et Mali Mining House (MMH).
Le Directeur des deux sociétés Chris Parry n’a pas manqué d’expliquer leur motivation. Selon lui, leur présence au Mali date de six mois et ils sont au début de la recherche de minerais autre que l’or. Ils ont vite compris que le mal de l’Afrique subsaharienne reste le paludisme a-t-il dit.
Le Directeur n’a pas manqué de révéler la situation épidémiologique du paludisme dans le monde et en Afrique. Selon lui, il y a 1,5 millions de décès dans le monde dont 90 % en Afrique. L’Afrique ainsi perd 12 milliards pour la lutte contre le paludisme a-t-il indiqué. Et, en croissance économique, le continent perd 1,3 % de sa croissance à cause de cette maladie. Les femmes et les enfants sont les plus affectés. Il dira que leur présence ne saurait être de chercher seulement le profit et ne pas penser aux populations. Alors, l’aide aux enfants et aux femmes est de nature à préparer l’avenir. C’est pourquoi, ils ont accepté d’appuyer cette ONG (AMDP) qui a pour président Djigui Keita dont l’objectif est d’aider cette couche vulnérable dans ce volet. Les autorités qui y étaient présents (le représentant du Gouverneur, la Directrice Régionale de la Santé, le DR Sankaré qui est le point focal de lutte contre le paludisme) n’ont pas manqué de saluer l’ONG AMDP et ces partenaires.
Le Chef de cabinet du gouverneur de Bamako Alaye Tességué a fait le bilan de la situation épidémiologique du paludisme en Afrique et du Mali. Il a montré du doigt combien cette maladie affecte nos populations.
Et, a-t-il indiqué, le Mali se trouve parmi les pays les plus touchés (25 % d’enfants de 0 à 5 ans 50 % des ennemies chez les femmes 153 000 cas recensés 20 cas de décès en CII, CV et CIV). Selon lui, cette distribution gratuite est donc un acte de solidarité. La Directrice Régionale Fanta Siby et le DR Sankaré ont mis en exergue la politique entreprise par le gouvernement dans la lutte contre le paludisme. Selon eux, le fond PPTE et le Fonds Néerlandais ont permis l’année dernière de faire bénéficier Bamako de 51 000 moustiquaires. Cela n’a pu couvrir que 15 % de la demande exprimée qui était de 333 000 moustiquaires pour les femmes enceintes et les enfants de 0 à5 ans. Cette année ont – ils indiqué, l’Etat a donné plus de 60 000 moustiquaires. Cela a permis de couvrir 30 % des besoins.
Pour eux, il existe des directives nationales et régionales. Seul sur ordre du Ministre de la Santé, les moustiquaires peuvent être distribuées pour des cas exceptionnels.
Ils diront que l’objectif recherché par le gouvernement est d’atteindre 60 % des femmes et des enfants. Pour ce faire, des plans ont été élaborés dans les communes. Il s’agit d’un plan intégrateur conforme aux dispositions d’Abuja lors de la Conférence des chefs d’Etat. Quant au Dr Sankaré, il dira que le rôle des ONG est un appoint pour l’Etat d’autant que leur rôle est d’inciter les populations à aller vers les techniciens.
C’est dans ce sens que les ONG appuient les professionnels de la santé. Pour le moment trois stratégies ont été retenues dans la lutte contre le paludisme selon le Dr Sankaré. La déserbation (détruire les gîtes, les larves), la sensibilisation avec la distribution de moustiquaires, le traitement à travers l’arthemesinine (CTA).
Fadio SANOGO

PARTAGER