Lutte contre le sida: La marionnette pour briser la glace

0
Vingt et cinq ans après l’apparition des premiers cas de sida, l’épidémie n’est toujours pas enrayée. Déclaré grande cause nationale dans plusieurs pays, le sida est à nouveau sur le devant de la scène politique, médiatique et citoyenne. Pour mieux en parler, la troupe Teriya de Vicoria et de Gabija DIAWARA expérimentent avec succès le recours à la marionnette.
 
La troupe de spectacles Teriya en collaboration avec le Secrétariat exécutif du haut conseil national de lutte contre le sida, la Fondation Stromme et Starcom ont présenté ce mardi l’avant-première du spectacle théâtre sur la prévention du sida. C’était à Djiélibougou à la résidence DIAWARA en présence de Jean LUC de l’Onusida, Anastasia SOGODOGO de la fondation Stromme et de nombreux invités. Ce théâtre sera présenté dans les régions de Gao et de Tombouctou.
Ecrit par Mahamane TOURE, il s’agit d’un théâtre marionnette fait d’objets personnifiés mus par des manipulateurs. Il retrace l’histoire d’un jeune guide touristique influencé par l’argent facile et les plaisirs de la vie. Il rencontre Aïssa chez un antiquaire infâme et grotesque qui use et abuse de sa situation et exploite la misère de la jeune effile et de sa faille longtemps abandonnée par ses parents démunis. Pour la première fois amoureux, Ayouba se mettra à la cherche de Aïssa avec à ses trousses Garcias, une touriste à la recherche de sensation fortes et exotiques, et Fatama, une fille aux mœurs légères et opportunistes dans cette folle course à l’argent, aux plaisirs et à la mort. L’amour arrivera-t-il à temps ? Tel es l’énigme.
Les personnages ont l’avantage du dialogue passif, de la gesticulation, de l’adaptation cultuelle, psychologique et linguistique. Le style utilisé est indirect, démocratique et populaire. Le spectacle a été bien reçu par les populations, notamment à Banamba, Kayes, Sadiola et Mopti.
Un pont s’établit entre la source vocale et le sujet animé. L’élément distinctif entre le théâtre de marionnettes et les autres expressions théâtrales réside dans la division entre le personnage parlant et la source physique de la parole. Le théâtre de marionnettes est donc un art théâtral avec ceci que le trait principal et fondamental qui le distingue du théâtre d’acteur vivant est que le sujet parlant et agissant bénéficie de sources d’énergie articulatoire et motrice qui lui sont extérieures et qui ne lui sont que prêtées." L’esprit humain adhère pleinement au monde de la convention théâtrale, admettant sans critique un nouveau système qui parle au public sans tabou.
Le sida a fait plus de 25 millions de morts dans le monde depuis sa première détection en 1981 et 40 millions de personnes vivent aujourd’hui avec le virus HIV à l’origine de la maladie, selon l’Onusida. La lutte contre la pandémie progresse grâce aux efforts de financement et d’accès au traitement, mais la prévention reste insuffisante dans de nombreux pays. Environ 80 % des personnes tuées par le sida dans le monde sont des Africains (2,2 millions de morts en 2001). Les pays les plus touchés ont vu leur espérance de vie chuter de moitié pour tomber autour de 30 ans. En Afrique, les manifestations de la marionnette restent encore fortement liées aux rites et rituels. On constate que les liens que les hommes entretiennent avec les marionnettes sont très forts.
Cependant, les maladies infectieuses tuent davantage que les guerres et les catastrophes naturelles. Elles sont responsables d’environ 15 millions de morts chaque année, soit plus d’un quart des décès dans le monde. Cinq maladies sont à elles seules responsables de 80 % des morts : les infections respiratoires – pneumonie, grippe (3,9 millions de décès par an), le sida (2,9 millions), les maladies diarrhéiques (1,9 million), la tuberculose (1,6 million) et le paludisme (1,1 million). Des maladies comme la rougeole et la coqueluche tuent chaque année des centaines de milliers d’enfants. Le nombre de morts n’est pas le seul indicateur des ravages causés par les maladies infectieuses. Ainsi des dizaines de millions de personnes infectées souffrent-elles de problèmes de croissance, de retard mental ou de cécité.

Par Ibrahim SANGALA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER