Médecins Cubains au Mali : Ces blouses qui défiaient la mort

4 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Ils étaient au nombre de 127 médecins (toutes spécialités confondues), infirmiers et autres spécialistes de la Santé qui œuvraient en silence aux côtés des nôtres, afin de sauver des vies humaines sur l’ensemble du territoire malien.

Ils, ce sont ces coopérants cubains, dispersés à travers les structures sanitaires du pays et qui y contribuaient efficacement au développement de la médecine.

Hélas, de nos jours, ils sont seulement au nombre de 18, à cause de l’insécurité régnant dans les régions nord du pays, mais aussi, parce que le gouvernement malien dit ne plus être à même d’assurer leur prise en charge.

De Kayes à Kidal en passant par toutes les autres régions du Mali, il y était, ce personnel sanitaire cubain.

Objectif de sa présence dans notre pays : apporter son expérience, son savoir faire (dans le cadre de la médecine) au peuple malien et renforcer par cet élan, les rapports historiques de fraternité et de solidarité entre Cuba et le Mali.

Certes, la coopération (Cubano-Malienne) dans le domaine de la médecine est très vielle, mais, elle n’aura jamais été aussi dense et fructueuse qu’à partir de 1998.

Et, d’année en année, elle a été boostée, au point d’atteindre une étape exceptionnelle. Pour le bonheur de nos populations.

En effet, depuis, ce sont plus d’une centaine de spécialistes Cubains qui apportaient à nos populations (et dans des localités les plus reculées) leur assistance.

Adeptes inconditionnels du serment d’hypocrate, désintéressés et ayant comme seul objectif de satisfaire leur passion pour l’humanitaire, ils (hommes et femmes) étaient, partout… à Koro, Yorosso, Nianfounké, Goudam, Ansongo etc…

Et, nombre d’entre eux sont spécialistes en médecine générale intégrale.

A notre que, par médecine générale intégrale, il faut entendre des hommes et des femmes capables de faire face avec professionnalisme, aux cas de pédiatrie, ginycologie, dermatologie et tant d’autres qui font l’objet de beaucoup de sollicitations au Mali.

Ils auront aussi, les médecins cubains, été d’un grand apport dans certains domaines comme l’ORL [NDLR : Oto-Richno-Larygonogie], (la neurochirurgie, la chirurgie pédiatrique cardiologie, épidémiologie, médecine clinique, thérapie intensive, anesthésie, etc…) qui s’effectuaient avec de très bons résultats, notamment à l’hôpital Gabriel Touré et au Luxembourg.

Par rapport à l’ORL par exemple, les cas étaient traités avec succès à Kayes où, il y avait malheureusement beaucoup d’accidentés, notamment des motocyclistes. Par ailleurs, parmi les médecins cubains il y avait des spécialistes en traumatologie comme, c’était le cas à l’hôpital de Kati où ils sont arrivés à sauver des vies (généralement d’accidentés) et même de leur » éviter de perdre l’usage de leurs pieds, bras etc…

Il y avait aussi au Mali, 12 ophtalmologues, de grands professionnels travaillant au nouveau centre ophtalmologique du Mali dans le cadre de l’opération « miracle ».

Cela, afin de donner la chance au maximum de maliens, de retrouver la vue, et par conséquent la « vie ».

Hélas, tout cela est désormais fini. Et pour cause, depuis septembre 2011, le gouvernement malien avait décidé de réduire le nombre de ces médecins, « faute de moyens ». Quand bien même, ceux-ci en réalité ne bénéficiaient que du minimum pour vivre. Leur mission au Mali ne se situant que dans le cadre de la solidarité de Cuba avec le Mali et tant d’autres pays à travers le monde.

 Boubacar SANKARE

 

SOURCE:  du   30 nov 2012.    

4 Réactions à Médecins Cubains au Mali : Ces blouses qui défiaient la mort

  1. tienimango

    les dirigeants maliens sont tous des corrompus au lieu de payer ces bon medecins cubain pour assister les pauvres ils preferent detourner l,argent a leur prpre compte…

  2. MERCI FRERES CUBAINS, MEDECINS

  3. le scientifique

    merci aux cubains , pour leur partage de savoir faire , théorique aussi bien que pratique .
    vive la coopération Cuba-Mali.
    vive la medecine , vive la science et vive la culture de la raison .

  4. bougobali

    Mr Sankaré renseignez vs bien avan d publier, allez y sur le terrain pr vs rendre compte d l impact reel d ces medecin