Mortalité maternelle : Cas de Sabalibougou Le Docteur Kouyaté propose les ressources humaines, une arme fatale de lutte contre la mortalité infantile

0
1





Le mercredi 29 novembre dernier suite à une rencontre à l’Association de Santé Communautaire de Sabalibougou (ASACOSA) une solution concrète et logique a été proposée par le Docteur Yacouba Mamadou Kouyaté pour éradiquer la mortalité infantile. Sabalibougou bien qu’étant un quartier populaire est un des plus pauvres secteurs de la commune V, avec un taux élevé de natalité, il enregistre également un nombre élevé de femmes qui ne font pas de suivi prénatal.


 Les unes n’ont pas le temps, d’autres n’ont pas les moyens mais le vrai problème est ceux qui n’ont pas de médecin pour leur suivi dû à un manque de ressources humaines dans certains de nos CSCOM et même dans les hôpitaux ; tandis qu’il n’ y a pas mal de gynécologues en chômage. Selon le Docteur Kouyaté : « malgré les efforts de l’état, il reste beaucoup à faire pour lutter contre la mortalité infantile et néo-natale qui engendre un affaiblissement psychologique qui peut détruire la vie de la mère et stopper nôtre démographie. Ce qui peut être un facteur de sous développement. Sachant qu’il y a des endroits n’ont couverts par des agents de santé à l’intérieur et des CSCOM tenus par des matrones, il est claire qu’un recrutement massif pour doter ces structures de toutes les compétences en ressources humaines et leur prise en charge, réduira le taux de mortalité tout en tenant compte de la promotion de l’emploi. C’est certes un chemin difficile, mais à cœur vaillant rien d’impossible ».

ALBADIA H DICKO

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.