Première victime d’Ebola au Mali: les pays voisins inquiets

11
Première victime d'Ebola au Mali: les pays voisins inquiets
L’hôpital de Kayes, au Mali, où la première victime d’Ebola au Mali avait été soignée.
REUTERS/Stringer

Une trentaine de spécialistes français de la sécurité civile sont attendus ce dimanche en Guinée. Ils viennent pendant neuf semaines former 200 personnes qui seront chargées d’appuyer les personnels de santé qui luttent contre Ebola. Selon le dernier décompte de l’OMS, plus de 10 000 personnes ont été affectées par le virus. Près de 5 000 y ont succombé.

Depuis quelques jours, les radars de l’Organisation mondiale de la Santé se focalisent sur le Mali. Le pays, jusque-là épargné, a connu un premier cas mortel vendredi : une fillette de 2 ans venue par la route de Guinée avec sa grand-mère.

Les autorités sanitaires maliennes ont placé en quarantaine plus de 50 personnes, dont une dizaine à Bamako, qui ont pu être en contact avec la fillette lors de son périple. La situation au Mali est qualifiée « d’urgence » par l’OMS qui a acheminé par avion une tonne de matériel médical en provenance du Liberia.

Psychose

Le voisin mauritanien scrute aussi ce qui se passe au Mali avec inquiétude. La Mauritanie filtre de manière draconienne les entrées et renforce ses contrôles sanitaires à la frontière. Une fermeture de facto déplore-t-on de l’autre côté.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s’est exprimé pour rappeler que son pays garderait sa frontière avec la Guinée ouverte.

C’est d’ailleurs de la Guinée qu’est arrivé jeudi à New York un médecin américain contaminé, immédiatement placé en isolement. Les Etats de New York et du New Jersey ont d’ailleurs décrété des quarantaines obligatoires pour tous les voyageurs en provenance d’Afrique ayant été en contact avec des malades d’Ebola. Face à la psychose qui monte aux Etats-Unis, Barack Obama multiplie les gestes et les appels destinés à rassurer, comme il l’a fait vendredi en serrant dans ses bras l’une des infirmières guéries…….Lire la suite de l’article sur rfi.fr

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. pauvre mali, si le sénégal et la côte d’ivoire décident de fermer leurs frontière avec le mali? Vu l’importance de ces 2 pays avc le mali

  2. La décision du président IBK de maintenir la frontière avec la Guinée ouverte est une décision sage et courageuse. J'espère seulement que par la même occasion, il donnera carte blanche au ministre KONE et a son équipe car sous nos cieux, les puissants cherchent toujours a se soustraire de la discipline publique. Il ne sert a rien de s'affoler, c'est avec la tête froide qu'il faut aborder le sujet et Mr KONE a prouvé qu'il est l'homme de la situation. Bravo, et soutenons tous son équipe pour que le Mali sorte la tête haute de cette situation! Good wishes from New York.

  3. Les equietudes sont tout a fait justifiees, mais il n’y a raison de paniquer. L’ebola sera vaincu comme les autres epidemies.
    @ Kassin, mon cher bientot ladji se mettra droit et bien droit dans ses bottes, sinon il connaitra les consequences.

  4. Baromètre Kassin mensuel des menaces sur la nation malienne: octobre 2014

    1. Menace numéro 1: le régime IBK

    Ce régime gourmand et menteur a ouvert toutes mes vannes de la méga corruption dans un pays extrêmement fragile financièrement et dont les institutions de la république ne sont pas stables.

    En procédant ainsi le régime IBK hypothèque l’avenir de 15 millions de maliens et sape leur relation avec le reste du monde ce qui n’aide pas ce pays pauvre à résoudre aucun problème socio économique qu’il connaît actuellement avec acuité.

    2. Menace numéro 2: Ebola

    La fièvre hémorragique a fait son entrée fracassante dans un pays où les structures sanitaires sont précaires et l’hygiène publique est approximative voire inexistante.

    Les facteurs de propagation de la maladie reste nombreux: frontières, poreuses, mauvaises ou insuffisantes sensibilisations des populations, insuffisance d’équipements des services sanitaires, vie en communauté dans des conditions d’hygiène précaires, etc.

    Il est urgent que l’OMS et la communauté internationale aide le pays à redoubler d’effort pour faire face à la maladie sinon le pire n’est pas à éviter.

    3. Menace Numéro trois: le Mnla

    L’opportuniste mouvement mythomane étend de plus en plus ses relais diplomatiques et égratigne des partenaires de part le monde autour de son farfelu projet de fédéralisme au Mali au moment où le régime IBK qui est dans une logique de dévolution monarchique du pouvoir affaiblit de jour en jour les institutions démocratiques du pays y compris son armée et sa justice.

    Si les négociations politiques piétinent à Alger et ne donnent pour l’instant aucune chance aux desseins malsains du Mnla et de ses soutiens internationaux, l’organisation alliée des terroristes du nord du Mali pourra continuer à tenir la dragée haute au pouvoir de Bamako tant qu’il n’y aura pas une armée malienne digne capable de lui combattre par les armes.

    La meilleure défense actuelle des populations du nord du pays suite à la défaillance de l’armée malienne reste les milices ethniques d’auto défense dont le GATIA de Gamou est devenu le porte étendard.

    L’armée française qui veut augmenter sa présence au nord du Mali (subitement) au moment même ou le Mnla est en difficulté sur le terrain face au GATIA fera mieux de ne pas s’y immiscer dans ce conflit communautaire naissant si elle ne voudrait pas se retrouver dans un bourbier.

    4. Menace numéro quatre: le terrorisme islamiste.

    La société malienne fortement islamisée restera un terreau fertile à l’islamisme radical tant que les politiques publiques favorisent la grande pauvreté dans le pays.

    Les terroristes islamistes du nord du pays même affaiblis peuvent avoir des relais dangereux jusqu’à Bamako même si pour l’instant le discours des principaux imams du sud du pays reste modéré et déconnecté des agissements des islamistes du nord.

    Il faut un vrai travail de sensibilisation/formation pour conserver l’islam modéré du sud du pays et couper l’herbe sous les pieds des terroristes islamistes et nordistes.

    5. Menace Numéro cinq: l’injustice

    La boiteuse justice malienne qui laisse faire les riches et les rebelles du nord toutes les dérives inimaginables et traque les faibles et sans voix, est une vraie bombe à retardement dans un pays à population jeune vivant dans des conditions précaires.

    La justice du pays doit fonctionner au même titre pour tous les citoyens maliens pour dire la loi et rien que la loi quel que soit le justiciable sinon elle cultive les graines d’une explosion sociale future dans le pays.

    Salute!

  5. quand on voit la nullité des dirigeants maliens et des médecins du meme pays ,il y a de quoi se faire du souci , rien qu’à l’idée de savoir que les hôpitaux de Bamako sont des mouroir 😥 😥 😥

    • quand on voit qu’une simple villageoise malienne a pu se faire embarquer par un vieux briscard français, …. faire cocu 😛
      Je ne peux qu’être fier d’être malien
      😀 😀

      • On va t’appeler chaque fois qu’il va deconner, car tu sais comment le manÅ“uvrer 😀 😀 😀

  6. HONTE aux leaders maliens. Le GOUVERNEMENT du Mali est compose des im be ciles REUNIS . A commencer par i b k, le ministre de la sante, cellui de l’administration territoriale SONT des c o ns , I m b e c i l , il FAUT être idiot pr refuser de fermer SES frontiere avec la guinee. Notre GOUVERNEMENt voulais que’Ebola arrive AU MALI pour avoir plus de FONDS d’aide et detourner CES fonds pr les biens PRIVES . C’EST d’hommage que LE MALI n’as Jamais eu de leaders qui se SOUCIS du bien de Ce PAUVRE MALI . Ils sont tous la pr leur prospres interets ET non cellui du Mali. La Mauritanie a immediatement fermer ses frontieres avec le MALI depuis l’annonce du 1 er cas, d’ebola au MALI la Mauritanie a des leaders DIGNE de Ce nons. J’ai HONTE d’être malienne, JE regrete d’être MALIENNE a causes de nos DIRIGEANTS Co nards.

  7. je pense fermer les frontieres c’est la seule solution pour le moment. Par ce que ces difficile de maintenir cette maladie mortelle. il faut envoyer des aides a ces pays et fermer les frontieres jusqu’ au que les choses s’arrangent.tous les pays limitrophes doivent fermer leur frontieres avec les pays touchees si non sa sera plus difficile pour l’Ouest d’aider meme 3 pays le monde n’arrive pas a faire quelque choses et si toute l’Afrique est en flame qu’est ce que nous allons faire ? Pleurer et contre a tendre la main pour toujours. Honte au leader africains.

Comments are closed.