Le président de la République hier à Kourémalé : En première ligne contre Ebola

10

Le président de la République hier à Kourémalé : En première ligne contre EbolaLe chef de l’Etat s’est dit confiant dans le dispositif mis en place et a invité à la plus grande vigilance. La négligence ne doit plus avoir de place
Le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta entend donner un tempo agressif à la lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola. Mais il ne s’agit pas de tout remettre en cause mais plutôt de constater les insuffisances du dispositif de prévention, en vue les corriger et aussi de rassurer nos compatriotes sur les capacités réelles de notre pays à organiser une riposte efficace.
C’est dans la peau d’un « soldat anti-Ebola » que le chef de l’Etat, accompagné de membres du gouvernement dont le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Ousmane Koné, s’est rendu à hier dans l’après-midi à Kourémalé pour apprécier le dispositif de prévention.
Kourémalé est un village frontalier avec la Guinée sérieusement contaminée et d’où le virus a pénétré chez nous. Les risques de propagation du virus à partir de cette localité sont  donc bien réels. Ce  constat est partagé par les autorités sanitaires qui s’emploient à renforcer le dispositif de contrôle, au niveau de la frontière.
La vigilance doit être donc de mise à ce niveau pour qu’aucun voyageur en provenance de la Guinée n’échappe au contrôle. Le président de la République a ordonné d’y veiller. « Personne ne doit échapper au contrôle, quels que soient sa qualité et son âge. Pas même les bébés ». Ce message a été bien passé au niveau des cordons sanitaires installés dans la localité.
Au cordon sanitaire basé au niveau  des douanes, Ibrahim Boubacar Keïta a donné l’exemple en se lavant les mains au savon avant de les passer au gel. Il se soumettra aussi à la prise de température à l’aide d’un thermomètre infrarouge qui afficha 36.3 degré, sous le regard curieux de jeunes Guinéens massés de l’autre côté de la frontière.
Le président de la République s’est ensuite rendu au centre de santé communautaire (Cscom) de la localité pour apprécier les efforts de lutte et encourager les équipes médicales. Il a donné des conseils pratiques aux agents de santé avant de les  assurer de l’accompagnement de l’Etat. Là aussi, il observera les mêmes mesures élémentaires d’hygiène, notamment le lavage des mains au savon.
Au deuxième cordon sanitaire, basé au niveau du poste de contrôle de la police, les mots clés du message  présidentiel ont été  « vigilance », « rigueur » et « détermination ».
En d’autres mots, il ne faut pas baisser les bras et surtout ne commettre aucune négligence. Si l’on veut arrêter la transmission du virus Ebola, il faut rester extrêmement vigilant. Si chacun dans son segment, agit avec efficacité, rigueur et détermination, nous pouvons stopper le virus Ebola.
Par ailleurs, le président de la République a fait part de sa confiance dans le dispositif mis en place. « Pour l’instant ce que j’ai vu me rassure. Nous devons montrer à la face du monde que nous sommes sérieux dans la lutte contre le virus Ebola et aucun effort ne sera épargné », a précisé le chef de l’Etat.
Il est revenu sur le premier cas de contamination enregistré dans notre pays et l’épisode malheureux de l’imam guinéen qui a été l’origine de la récontamination de notre pays. « Il y a eu un manque de rigueur quelque part. Cela sera connu et les voies de droit y répondront », a martelé le président Ibrahim Boubacar Keïta.
Il faut rappeler que la région ouest-africaine connaît pour la première fois une flambée de fièvre hémorragique à virus Ebola partie de la Guinée il y a près de 9 mois. Cette redoutable épidémie a entraîné la mort de plus de 5160 personnes selon les dernières statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a expliqué que notre pays a enregistré à la suite de sa récontamination à partir de l’imam guinéen, admis en hospitalisation à la polyclinique Pasteur, 4 cas confirmés de fièvre hémorragique à virus Ebola dont 3 décès. Le médecin de la polyclinique Pasteur, contaminé aussi en soignant le malade guinéen est pour l’instant en vie.
Ousmane Koné a  également souligné que de nombreuses personnes sont aujourd’hui en confinement pour éviter les risques de propagation du virus dans notre pays. A la suite du premier cas de contamination de notre pays, 108 personnes avaient été mises en isolement pendant 21 jours avant d’être déclarées indemnes de la maladie.
La visite du président de la République à Kourémalé atteste de la détermination des plus hautes autorités de se mettre en première ligne du combat contre Ebola. Il faut absolument mettre en œuvre des stratégies efficaces de prévention, en vue de briser la chaîne de transmission. Et cela passe par la mobilisation de tous.

B. DOUMBIA

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. “That’s -13 degrees Celsius to my inerinattonal readers. Yeah, my blog has readers in other countries. It’s no big deal…”Thanks for clarifying. I was wondering, indeed.Greets from Germany. I love your blog and I’m busy advertising you here.

  2. Franchement IBK est un véritable clown….. ‘Il ne doit plus avoir de place pour la négligence …..’ Il reconnait bien qu’en fait c’est l’inconscience de son régime qui nous a conduit dans ce nnieme problème . C’est au peuple de choisir …….dans tous les cas ou on avance ou on disparait…..

    IBK n’est pas homme a la hauteur des défis actuels….. Il est atteint d’une sénilité avancée et se comporte comme un enfant gâteux qui a enfin trouve son jouet…. malhreuseument dans son cas son jouet est le peuple du Mali qu’il humilie chaque jour…

  3. Ibk ne peut pas fermer la frontiere avec la guinee parcequ”il s”est k son regime est faible et k les choses peuvent degenerees a tt moment. Sebenikoro est proche de kouremale, il lui suffirai juste detaler dans ce sens en cas de coup d”Etat 🙂 🙂

  4. ben j accuse pas la clinique mais le pauvre con de présidente qu’ on a par son laxisme a ne pas boucler nos frontières comme le Sénégal et la cote d ivoire il n est pas soucier de son peuple de son sentiment personnel pour montre qu il a joli cœur voila le resultat

  5. pas fou IBK , il a mis un pantalon de peur qu’un virus ne se glisse sous sa jupe habituelle 😆 😆 😆 😆 😆

  6. IBK pense t’il qu’il est a un carnaval ou koi ? regardez son chapeau. au aurai di un clown

    • Ibk président
      “regardez son chapeau. au aurai di un clown”

      Normal: Ibk a beaucoup regardé la télé dans vie! Or, personne ne peut le contester, Zorro avait un chapeau, tous les grands cow-boys au far west avaient des chapeaux, et ….tous les pontes de la mafia (Al Capone et autres) portaient aussi des chapeaux! Alors… :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

      Comme la seule et unique “politique” d’Ibk se limite à une mise en scène de sa propre personne, je trouve ça normal! 🙄 🙄 🙄

      Le chapeau d’Ibk, ici, ça doit être pour impressionner le virus… Ceci dit, à bien y réfléchir, je crois me souvenir que les CLOWNS portent aussi des chapeaux!…

      A vérifier! 8)

      • Alors Commencons par audits du boss du ministere de la sante et le boss de la clinique pasteur. Le reste suivra tres rapidement.
        Premierement Dr. ben Baba, vous et votre clinique est et a ete l’ennemi numero 1 du Mali. Votre clinique doit meme etre fermee et reprimendee et vous incluant vos subalternes immediats doivent etre arretes et condamnes a mort. Pourquoi je m’explique:
        1- Comment des l’arrivee de ce patient vous aviez fait des analyses appropiees et meme en tant que medecin presumer que le maldade vient de la Guinee en prenant des mesures appropiees a l’avance.
        2- comment ce fait il qu’un de vos clients malade d’ebola a pu etre deliberement sorti de vorte clinique sans aviser les autorites et la population toute entiere.
        3- comment voua aviez autorite tout en sachant que le deces guineen etati atteint d’ebole et laisser le mort sortir de votre clinique pour allerfaire des rituels dans une mosquee a Djikoroni en contaminant d’autres personnes.
        Je purrais en dire d’autres mais je me reserve a ces 3 points.
        Aussi la responsabilite du gouvernement, le ministere de la sante dans ce cas ici en n’ayant agir. Honnetement je ne comprends pas vos actes, peut encore et toujours pour l’argent a mettant la vie de vos employers en jeux et de lapopulation malienne, vous meritez d’etre pendu avec vos complices.
        En faisant l’analyse la faute principale vient de vous, de votre clinique, pas forcement le ministere de la sante ou le gouvernement sauf si vous etes complices entre vous memes pour sacrifier des milliers de vies humaines a cause de toutes les mer-des dont l’etat et le gouvernement essayent de s’en sortir. Donc les surfacturations et malversations vont etre oublie par le peuple avec cette autre crise d’ebola. Copmment comprendre qu’un client malade venant de la guinee avec sa famille vous n’aviez pas pris des mesures necessaires a l’avance soi disant que le patient s’etati pointe a votre clinique pour des problemes reinaux aparament? comment??? l’etat et gouvernement de mer-de, irresponsables, laxistes et insouciants comme vous et votre clinique. Vous ne meritez que la peine capitale.En plus de tous les nouveaux qui se declarent de jour en jour et cet encu-le de PM et son ministre encu-le de la communication nous parlent de ne pas ceder a la panique. Combien de lieux ou d’endroits a Bamako sont en cause maintenant avec meme la region de Segou etc…si ces infos sont verifiees.
        Toutes ces malheurs que vous veniez de nous tomber sur la tete ne sont pour de l’argent facile, de la cachete, de prendre le risque de contaminer votre propre population, des magouilles etc…
        Maintenant vous, vous meme en temps Dg de la clinique et vos complices, le gouvernement et l;etat biensur, sont des ennemis du Mali a abattre. Chere population ne laisser cette situation comme cela sans descendre laes rues, certes il y a des risques mais il faut se faire justice sinon ni notre l;etat ni notre gouvernement le fera. C’est le Mali non, j’espere qu'[il y aura des coupables a sanctionner severenement. Sinon ca sera encore une le peuple demuni qui sera le plus grand perdant.

  7. ” La négligence ne doit plus avoir de place”

    “P.L.U.S avoir de place”, après 1 ANNEE d’épidémie à nos portes, ça s’appelle de L’INCONSCIENCE… “P.A.S avoir de place”, ça s’appelle être adulte et responsable mais c’était AVANT qu’il fallait y penser… 😥 😥 😥 😥 😥 😥

    ” les mots clés du message présidentiel ont été « vigilance », « rigueur » et « détermination ».”
    Ah bon?… Mais jusqu’ici pourtant, et il y a encore 15 jours à peine, le mot-clé était DIATIGUYA! 😯 😯 😯 8-O…

Comments are closed.