Repositionnement de la planification familiale en Afrique de l’Ouest : Le projet CS4FP pour renforcer la capacité des OSC

0
Le coordinateur du projet CS4PF, Dr Mactar Diallo
Le coordinateur du projet CS4PF, Dr Mactar Diallo

Le Projet de renforcement de l’engagement de la Société Civile pour la planification familiale en Afrique de l’Ouest est mis en Å“uvre par IntraHealth international Mali grâce à l’apport financier de la Fondation William et Flora Hewlett. Intitulée en anglais CS4FP, la première phase du projet qui a duré de 2011 à 2014 a déjà permis de renforcer la capacité des organisations de la société civile à mieux s’organiser dans les pays comme le  Bénin, le Mali et le  Sénégal. Selon le Coordinateur du Civil Society for family planing (CS4FP), Dr Moctar Diallo, la deuxième phase qui a été lancée en 2015 s’étend au Niger et au Burkina Faso. D’après lui, la mise en Å“uvre du projet a aidé les organisations de la société civile en matière de planification familiale à mieux s’organiser en groupes tout en les dotant de modalités de fonctionnement. A l’en croire, le projet a aussi, dans la même veine, contribué à renforcer le partenariat entre les coalitions et les autres parties prenantes nationales. Et cela, a-t-il fait remarquer, dans le seul but d’aider le gouvernement à rendre compte de leurs engagements en matière de programmation et de politiques en faveur de la planification familiale. Et mieux, grâce au projet, la société civile est devenue un partenaire incontournable du gouvernement et des partenaires techniques et financiers en matière de la planification familiale.

CS4PF, dans sa mise en Å“uvre a, aussi mis un focus sur l’engagement des jeunes Ambassadeurs. De même que sur leurs participations pour les questions de planification familiale. ” En plus de cela, nous avons une coalition d’une cinquantaine de membres, dont nous avons renforcé leur capacité en termes d’utilisations des médias sociaux et des nouvelles technologies de l’information et de la communication à travers les jeunes ambassadeurs “, a-t-il dit. S’y ajoutent la création des fora de discussions au sein de la coalition au Mali. Toutes choses qui à ses dires ont permis aux membres d’avoir une plateforme d’échanges autour des questions spécifiques liées à l’atteinte des objectifs du plan d’action national du repositionnement de la planification familiale. A ce titre, il s’agit de voir comment ces OSC peuvent fournir des efforts supplémentaires pour que la prévalence contraceptive puisse passer de 10 à 15% le plus rapidement possible.

Le but final du projet, a affirmé le coordonnateur, est de permettre aux organisations de la société civile des neuf pays du Partenariat de Ouagadougou de  mieux s’organiser et se structurer en coalitions ou en réseaux et d’être dotées de secrétariats fonctionnels capables d’assumer un plus grand leadership dans le processus de mise en Å“uvre opérationnelle des programmes nationaux de planification familiale d’ici 2020.

Ramata TEMBELY

PARTAGER