Santé de la reproduction : L’Unafem joue sa partition

0

Dans l’optique de pouvoir bien jouer son rôle de leaders féminins, dans l’application de la planification familiale et les autres mesures de la santé de reproduction,  l’Union nationale des associations des femmes musulmanes au Mali en partenariat avec le Projet Health Policy Plus, organise pour trois jours, un atelier de formation, des femmes religieuses musulmanes en planification familiale.  La cérémonie d’ouverture des travaux qui a eu lieu mardi au siège de l’organisation, était présidée par le maire de la commune IV du district Adama Bérété, en présence du coordinateur du Projet HP+ Dr Seydou Traoré et la présidente du bureau exécutif de l’Unafem, Mme Diakité Kadia Togola.

Durant les trois jours, les participantes seront formées dans les mesures et les techniques d’utilisations de la planification familiale, le rôle et l’importance de cette pratique dans la vie d’une famille ; les conséquences des naissances sans contrôle ; les conditions d’amélioration de la santé dans les familles et ses impacts dans les dépenses quotidiennes. Ces femmes leaders seront formées pour dispenser ces notions dans les démembrements d’associations, dans les familles, afin de sensibiliser toutes les femmes à pratiquer ces mesures de santé de la reproduction aux bénéfices des foyers.

Cette formation est initiée par le projet Heath Policy Plus, un programme de  l’USAID, chargé de la plaidoirie et intervenant dans le domaine de la santé de la femme et de l’enfant. Elle consiste à renforcer les capacités des femmes musulmanes des avantages de la pratique de la planification familiale.

Pour Mme Fatima Tall, représentante de la direction nationale de la Santé,   l’initiative est fortement appréciée au niveau de sa structure et qu’elle ne peut que remercier les initiateurs.

Pour la présidente de l’Unafem, Mme Diakité Kadia Togola, une des préoccupations de son organisation, est la promotion de la femme musulmane et de l’enfant de leur santé,  bref de l’épanouissement de la famille toute entière. Sans la santé, c’est denrée si précieuse, rien n’est assuré a indiqué Mme Diakité Kadia Togola.  «  C’est en cela que la santé apparaît comme l’instrument incontournable du développement qu’il soit économique social, culturel et même physique. Comment une femme toujours pétrie d’angoisse et d’anxiété peut-elle se développer harmonieusement ? » A-t-elle analysé la situation.

La présidente de l’Unafem Mme Diakité Kadia Togola a édifié les participantes du contexte du planning familial dont certains ont tendance à confondre avec l’arrêt des naissances qui se trouve condamné par la religion. Quant au maire de la commune IV, Adama Bérété, a aussi salué les initiateurs, avant d’exhorter les participantes  à plus d’assiduité pour que les différents thèmes abordés au cours de l’atelier puissent servir au quotidien.

Health Policy Plus (HP+) est un projet financé à hauteur de 185 millions de dollars par l’USAID pour une durée de cinq ans, attribué à Palladium (antérieurement Futures Group) le 28 août 2015. Le mandat de HP+ est de renforcer et faire avancer les priorités de planification familiale et santé reproductive (PF/SR), de VIH et de santé maternelle aux niveaux mondial, national et décentralisé.

Le projet met également en œuvre des stratégies créatives pour accélérer le rythme du travail politique de HP+. HP+ contribue à l’amélioration de l’environnement favorable à travers : une compréhension plus nuancée des facteurs politiques, sociaux et économiques qui influencent la santé ;  des partenariats durables avec le secteur public, la société civile et le secteur privé pour créer un cercle vertueux de mobilisation ;  une plus grande appropriation du secteur de la santé qui intègre l’économie, la justice et d’autres secteurs pour soutenir des systèmes de santé résilients ;  des informations plus transparentes, utilisables et accessibles pour les politiques, les exécutants et les citoyens ; et  un programme plus rigoureux pour documenter, apprendre et partager des expériences à travers le suivi, l’évaluation et l’apprentissage.

Dramane Siaka

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here