VIH/SIDA au Mali : 600 malades du VIH/Sida dans la nature au Nord

0

Lors de la rencontre servant d’espace à  l’élaboration du  Cadre stratégique national de lutte contre le Sida(CNS), organisée par le Haut Conseil National de lutte contre le Sida(HCNLS) le 19 septembre 2012 à l’hôtel Radisson Blu de Bamako, Malik Sène, le secrétaire général du HCNLS, a  tiré la sonnette d’alarme sur les risques d’infection dûs à l’occupation des régions Nord.

Malik Sène, le secrétaire général du HCNLS

Lors de la rencontre du HCNLS avec les différents acteurs de la lutte contre le VIH/Sida et les partenaires techniques  et financiers, le secrétaire général du HCLS a tiré la sonnette d’alarme sur le cas des malades du Sida dans les régions Nord de notre pays. Selon Malik Sène, 600 malades sous traitement dans le Nord du Mali sont actuellement dans la nature.

Les régions Nord de notre pays sont sous occupation depuis presque 7 mois de groupes rebelles intégristes qui considèrent le Sida  comme une maladie honteuse et un  péché condamné par l’islam. Les conséquences de la  crise dans les zones occupées ont été une  destruction importante des services de santé ;  une dispersion du personnel de santé ainsi que la  destruction de plusieurs millions de médicaments et de réactifs à  l’attention des personnes infectées ou affectées de la maladie.  Chose qui risque, aux dires du secrétaire général du HCNLS, d’occasionner des ruptures de traitement et entraîner des complications ou un changement de ligne thérapeutique. Le  risque d’infection est augmenté dans ces régions avec les viols et autres violences pouvant  augmenter le taux de séroprévalence dans les lieux d’insécurité. Outre cette crainte,  Malik Sène pense aux  menaces   d’infections pour les militaires et les populations  avec les perspectives de libération militaire du Nord du Mali avec ou sans les forces externes de la CEDEAO. En effet, les déplacements des saisonniers, des personnes de ces régions victimes vers les zones de carrefours,  les travailleuses de sexe  sont des personnes qui  risqueraient de propager le virus si elles sont atteintes. Car il existe toujours des risques de nouvelles infections consécutives aux viols, violences et abus de toutes sortes qui accompagnent ce genre d’intervention. Notre pays, dans sa lutte contre le VIH/Sida, peut être fier de son bilan, a ajouté le SG du HCNLS lors de la rencontre.

Le  cadre de l’élaboration de stratégie nationale de lutte contre le sida pour la période  2013-2017 va permettre aux différents intervenants de tirer des leçons des actions passées et de corriger les insuffisances pour mieux réorienter les  efforts afin d’avoir 0 cas de décès du Sida. Acteurs intervenant dans la lutte contre le VIH/Sida et partenaires techniques et financiers vont, à travers la rencontre, mieux s’informer sur l’état d’avancement du processus de planification stratégique dans notre pays pour une période de 5ans. Mais ils vont également s’engager  davantage dans le combat contre le VIH/Sida. Ils devront  élaborer le cadre institutionnel pour assurer la mise en œuvre, en prenant en compte  le contexte actuel de notre pays.  Pour la coordinatrice par intérim d’OnuSida, Dr Chakkar Yamiwa, il est essentiel que les stratégies de lutte soient adaptées aux besoins et réalités nationaux,  comme l’a recommandé la déclaration politique adoptée à New York. Elle a assuré que les partenaires techniques continuent d’apporter leurs  financements dans les secteurs sensibles et cela malgré le coup de force du 22mars jusqu’à nos jours. Mais pour le secrétaire général du HCNLS, il est important de mettre en place un Fonds National pouvant prendre en charge les besoins des malades même en cas de rupture de financement extérieur.

Khadydiatou Sanogo

PARTAGER