Journée d’information de l’Agence nationale d’assistance médicale : Pour une meilleure prise en charge des risques de maladie

0
0

Dans le but d’informer l’opinion sur le mode de fonctionnement du régime d’assistance médicale (RAMED) qui est sous sa tutelle, l’Agence nationale d’assistance médicale (ANAM) dirigé par Mme Zourèye Fadimata Maïga,  a organisé, le lundi 19 décembre, une journée d’information sur la structure à travers le régime.

Face à la faiblesse de la couverture des risques sociaux notamment de la maladie, plusieurs fois dénoncée par une grande partie de la population, le gouvernement du Mali a adopté une politique de protection et d’assistance médicale.

Les axes principaux de cette politique sont, entre autres, l’extension du champ d’application matériel et personnel de la sécurité sociale, dont la mise en place de l’assurance maladie, le développement de la mutualité et d’autres mécanismes de protection sociale basés sur la solidarité et enfin le développement de l’aide et l’action sociale dont la mise en place du fonds d’assistance médicale constitue  une stratégie.

A travers ce programme, il s’agit, en effet, de mettre en place des procédures permettant d’étendre les champs matériels et personnels de la sécurité  sociale en vue d’offrir une couverture sanitaire, avec des approches diverses aux citoyens afin d’aboutir à une protection sociale universelle.

 

L’objectif visé par ce régime est d’assurer la prise en charge médicale des personnes indigentes sans aucune contribution de celles-ci, le budget étant réparti entre l’Etat pour 65% et les collectivités territoriales pour 35%. 

 

Selon le Secrétaire général du ministère du développement social, Amadou Rouamba, les personnes éligibles à ce régime doivent être couvertes sans  discrimination aucune due à l’âge, au sexe, à leurs antécédents pathologiques ou leurs zones de résidence.

Il a précisé que pour bénéficier des prestations du RAMED, la personne reconnue indigente et ses ayants droits doivent être affiliés et déclarés audit régime.

Cette politique, estime t-il, "est un véritable défi pour notre pays, car il permet l’instauration d’un partenariat entre l’Etat et les collectivités territoriales dans l’intérêt des couches démunies". Le directeur national de la protection sociale et de l’économie solidaire, Ankoundio Luc Togo, dans sa présentation sur les orientations et avancées dans la mise  en œuvre, a parlé de la déclaration de politique nationale de la protection sociale, du champ de protection sociale au sens de la déclaration de politique, des outils, limites et leçons tirées de la mise en œuvre de la protection sociale.

 

Il a indiqué que dans le domaine de la mutualité et autres formes d’organisations basées sur la solidarité, la couverture de la population est passé de 0,4% en 2004 à 2,8% en 2010 pour la santé, même si le rythme d’accroissement reste en deçà des besoins.   

 

La directrice de l’ANAM, Mme Zourèye Fadimata Maïga, a expliqué aux journalistes que tous les indigents détenteurs de cartes sont pris en charge par le RAMED, même ceux qui ne sont pas dans les normes. La prise en charge est d’abord effectuée, les formalités administratives suivront.

 

                    Fatoumata Mah Thiam KONE


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.