Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 42

Discussion: Aaah les femmes....

  1. #1
    Membre Senior Avatar de kareem74
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    au bout du nez de celui qui me lit...
    Messages
    2015

    Aaah les femmes....

    On ne peut jamais finir de connaitre la femme...
    lisez plutot:

    http://www.lefigaro.fr/international/2010/01/21/01003-20100121ARTFIG00537-l-ex-mari-d-ingrid-betancourt-tente-de-se-reconstruire-.php
    Répondre à un imbé-cile, c'est l'instruire. Facta, non verba

    Il ne faut jamais gifler un sourd car il perd la moitié du plaisir ; il sent la gifle mais ne l'entend malheureusement pas.
    .

  2. #2
    Membre Senior Avatar de Aissa
    Date d'inscription
    septembre 2006
    Localisation
    paris
    Messages
    1797

    Re : Aaah les femmes....

    Citation Posté par kareem74 Voir le message
    On ne peut jamais finir de connaitre la femme...
    lisez plutot:
    http://www.lefigaro.fr/international/2010/01/21/01003-20100121ARTFIG00537-l-ex-mari-d-ingrid-betancourt-tente-de-se-reconstruire-.php
    koro je n'arrive pas a ouvrir ton lien
    Admire la personne qui te critique car prisonnière de sa propre jalousie elle ne fait que t'admirer .

  3. #3

    Re : Aaah les femmes....

    Citation Posté par Aissa Voir le message
    koro je n'arrive pas a ouvrir ton lien
    Eh oui tu n'es pas la seule bellissima Aissa j'ai l'essaye +sieurs fois sans succes.

  4. #4

    Re : Aaah les femmes....

    COPIER LE LIEN ET LE COLLER DANS LA BARRE L'ADRESSE .

    l'article est intéressant

  5. #5
    Modérateur Avatar de cricri
    Date d'inscription
    août 2007
    Localisation
    Bamako
    Messages
    2478

    Re : Aaah les femmes....

    Citation Posté par rose Voir le message
    COPIER LE LIEN ET LE COLLER DANS LA BARRE L'ADRESSE .

    l'article est intéressant
    En toute réalité, il n'est jamais agréable de vous des personnes qui s'aiment se separer un jour.

    L'histoire est triste et "bizzarde" - Mais je trouve qu'il ya quelquechose d'intrigant dans cette histoire. Le mari de cette femme aurait-il profiter de cette affaire pour se rendre plus populaire - et que sa femme (Ingride) aurait appris ? le mari aurait-il mis cette situation à profit pour atteindre des sommités ? ou alors, aurait-elle decouvert quelque chose de mauvais sur son mari lors de sa retention ? toutes choses qui excitent à lire ce fammeux livre. Est-il "trouvable" à Bamako?
    « Faisons attention, les mots savent de nous ce que nous ignorons d’eux »

  6. #6
    Membre Senior Avatar de famaden
    Date d'inscription
    avril 2009
    Localisation
    bama niaré, souvent paname
    Messages
    3195

    Re : Aaah les femmes....

    Citation Posté par rose Voir le message
    COPIER LE LIEN ET LE COLLER DANS LA BARRE L'ADRESSE .

    l'article est intéressant
    souvent femme varie;bien fol qui s'y fie !!!
    cet homme souffre le martyre
    j'ai la larme à l'oeil
    zski dit nous comment gerer un chagrin d'amour!

  7. #7

    Re : Aaah les femmes....

    L'ex-mari d'Ingrid Betancourt s'épanche


    Patrick Bèle
    25/01/2010 | Mise à jour : 16:56 | Commentaires 62 | Ajouter à ma sélection (javascript:void(0)

    Juan Carlos Lecompte, en 2008 à Sao Paulo. « Elle a remerciéla terre entière, je ne l'ai jamais entendu prononcer mon nom », s'étonne-t-il encore aujourd'hui. Crédits photo : ASSOCIATED PRESS
    Le second mari d'Ingrid Betancourt vient d'écrire un livre. Depuis que sa femme l'a quitté, quelques heures après sa libération, il cherche à comprendre.

    La dernière fois que Juan Carlos Lecompte a rencontré sa femme, c'était le 3 juillet 2008, sur le tarmac de l'aéroport militaire de Catam, à Bogota. Elle montait dans un avion affrété par l'État français à destination de Paris. Les caméras du monde entier étaient braquées sur eux depuis une vingtaine d'heures. Depuis qu'Ingrid Betancourt était descendue d'un avion militaire colombien en provenance de San José de Guaviare. Elle venait d'être libérée, après plus de six ans (2 321 jours) de détention dans la jungle (http://www.lefigaro.fr/international/ingrid-betancourt.php), par les Forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc). «Elle m'a tapoté la joue et, moi, je l'ai pris pour une claque», explique-t-il dans son livre Ingrid et moi. Pendant la captivité de son épouse, Juan Carlos pensait son histoire avec elle suspendue, en attente de sa libération. Mais sa libération a, en fait, marqué la fin de leur histoire commune.

    Une demi-heure de tête-à-tête


    «Quand Ingrid sera libérée (http://www.lefigaro.fr/international/2008/07/05/01003-20080705ARTFIG00307-betancourt-une-video-de-la-liberation.php), sa réaction va te surprendre», l'avait prévenu sa psychologue. La surprise fut de taille : il fut «plaqué» devant des millions de téléspectateurs. «J'ai soulagé Ingrid de son sac pour me donner une contenance. Les caméras se détachent alors de moi et s'enfoncent avec elle dans la foule. Je reste seul avec son sac, comme un bon copain dans une surboum» , raconte-t-il. Sa mère, ayant vu les images à la télévision, l'appelle sur son portable, en pleurs. Elle a senti qu'il y avait un problème. Il tente, sans succès, de la rassurer. Elle a vu et tout compris. Lui, pas encore. Il passera vingt-huit heures ainsi à suivre Ingrid, pendant lesquelles elle répondra à des dizaines d'interviews. «Elle a remercié la terre entière, je ne l'ai jamais entendu prononcer mon nom», s'étonne-t-il encore aujourd'hui. Il finit par obtenir une demi-heure de tête-à-tête avec elle dans l'appartement de sa belle-mère pendant que cette dernière prend une douche.


    «Elle m'a tapoté la joue et, moi, je l'ai pris pour une claque», explique Juan Carlos Lecompte dans son livre. Crédits photo : ASSOCIATED PRESS

    «Nous n'avons, dit-il, pas échangé le moindre ****** ni le moindre geste d'affection.» Elle lui annonce qu'elle veut rentrer en France, où vivent ses enfants, Mélanie et Lorenzo. «Je n'ai pas été surpris, j'étais prêt à la suivre n'importe où… Je lui ai dit que je devais juste passer prendre mon passeport et quelques affaires pour les accompagner.» Ingrid le coupe net et lui précise ses intentions : «Non, je préfère que tu restes ici pour que je puisse passer du temps avec les enfants.» Elle lui recommande même de partir à Carthagène, où vit sa mère, «comme cela, tu n'auras pas à parler aux journalistes», précise-t-elle. «À peine sortie de captivité, Ingrid songeait déjà à contrôler son image… Elle ne voulait surtout pas que je livre mes impressions aux médias», commente-t-il.
    Depuis, il n'a plus jamais revu Ingrid. Il vit aujourd'hui à Bogota et tente de reprendre ses activités de publicitaire. Mais, explique-t-il, «c'est difficile de repartir de zéro». Il s'interroge toujours sur les raisons de ce coup de massue, reçu alors qu'il espérait le bonheur de retrouvailles extraordinaires après six ans de séparation forcée. «Vous vous rendez compte, je n'ai pas eu une heure d'intimité avec elle depuis sa libération. C'est quand même incroyable», confie-t-il. Un an et demi après, il est encore sonné, groggy, par ce qu'il a vécu comme une humiliation publique : «Vous connaissez beaucoup de maris, vous, obligés de googleliser leur femme pour savoir ce qu'elle devient ?»

    «Régler cette histoire de divorce»


    Amer, Juan Carlos évoque son «combat» pendant les six années de détention d'Ingrid. À l'époque, il recevait les journalistes dans l'appartement de sa femme, devenu une espèce de sanctuaire à la gloire d'Ingrid. Il aimait montrer sa brosse à dent, qui n'avait pas bougé, tout comme son peignoir, qu'elle avait accroché dans la salle de bain. L'appartement était rempli de photos et d'objets qui évoquaient les années heureuses qu'ils avaient partagées pendant six ans. «Je consacrais tout mon temps à la lutte pour sa libération. J'ai arrêté de travailler. Plus rien ne comptait d'autre que ce combat», évoque-t-il, presque nostalgique, même si les remarques de sa belle-mère, Yolanda, étaient rarement encourageantes et agréables.
    Il appréciait ses rencontres avec la presse du monde entier, les hautes instances diplomatiques et politiques. Rendez-vous auxquels s'associaient de nombreux artistes, comme Renaud. Il rappelle «l'opération Villepin» de juillet 2003, et comment il a exprimé ses doutes à l'ambassadeur de France à Bogota de l'époque, Daniel Parfait. Il est parti pour la jungle en vue d'un échange de prisonniers prévu par les Farc. Mais l'opération n'a pas abouti. «C'était un piège du président colombien, Alvaro Uribe, dénonce-t-il. Les services secrets colombiens avaient intercepté des conversations téléphoniques que nous avions avec un représentant des Farc en Équateur, et il a organisé cela pour tout faire capoter.»
    Il a organisé des largages en avion - au-dessus de la forêt colombienne - de photos des enfants d'Ingrid. Aucune d'elles n'est parvenue jusqu'à elle pendant sa captivité. «Cela coûtait cher. Au début j'ai survolé le Sud, puis mes renseignements se sont affinés, et je suis parti plus pour l'Est, où il y avait plus de chances qu'elle se trouve.» Lors du dernier vol dans la région de San José de Guaviare, Juan Carlos était accompagné par notre confrère du Figaro, Renaud Girard.
    Non, vraiment, il ne comprend toujours pas cette brutale rupture avec Ingrid, sans explication, sans échange. Et la froideur qui a suivi. Il évoque le dernier coup de fil qu'Ingrid lui a passé. Il était en train d'enterrer son père, mort début janvier 2009. Il n'a pas répondu. Il se rappelle le message qu'elle a laissé : «J'essaie de te joindre depuis plusieurs jours pour régler cette histoire de divorce. Signe rapidement, s'il te plaît. Je sais que ton père est mort, mais la vie continue.» «Il y a un mois, j'ai croisé une femme dans la rue, raconte-t-il. Elle m'a reconnu et m'a dit qu'elle aimerait rencontrer un homme qui la défende comme j'ai défendu Ingrid.»
    Non, décidément, Juan Carlos n'a pas compris ce qui lui était arrivé sur le tarmac de l'aéroport de Catam, à Bogota, le 2 juillet 2008.
    Ingrid et moi. Une liberté douce-amère, Éditions Alphée-Jean-Paul Bertrand.
    ???

  8. #8
    Membre Senior Avatar de Tidiane
    Date d'inscription
    mars 2007
    Localisation
    Point G, Bamako
    Messages
    5424

    Re : Aaah les femmes....

    «Vous vous rendez compte, je n'ai pas eu une heure d'intimité avec elle depuis sa libération. C'est quand même incroyable», confie-t-il. Un an et demi après, il est encore sonné, groggy, par ce qu'il a vécu comme une humiliation publique : «Vous connaissez beaucoup de maris, vous, obligés de googleliser leur femme pour savoir ce qu'elle devient ?»
    Salaam,
    tout est ici, tout se resume en ces lignes. C'est incroyable, inimaginable mais malgré mon statut de phallo (et fier de l'être), j'attends la reponse de Ingrid. Chacun de nous a vu les images en direct à l'aéroport, mais comme tjrs, l'on se dit que des choses vont se passer sans les cameras. Esperons que ingrid se prononce car le mec ne veut qu'une chose: comprendre le pourquoi?

    Lu pour vous
    "Certaines femmes profitent des points de notre éthique pour arnaquer les hommes. En effet, dans notre société, les hommes s’empressent à prêter main forte aux dames de façon générale. L’école des bonnes manières voudrait que les hommes allègent les femmes des lourdes charges. Ce qui amène des femmes à abuser à longueur de journée des mains secourables. Par exemple, lorsqu’ un homme vous prête main forte pour vous soulager de vos courses, il est mieux de décliner son offre lorsque vous savez que le trajet qui vous reste à parcourir est loin de sa destination. Parfois des femmes, à la vue d’un voisin ou d’un collègue, font semblant d’acheter un objet et obligent le monsieur par galanterie à lui payer cela....
    ... Beaucoup de s½urs vivent de manière exagérée sur le dos de leurs frères. Des s½urs font chanter leurs frères qui par crainte d’une malédiction se plient en quatre pour elles. "

    Source: Khadydiatou Sanogo (une femme) du Republicain
    " N'entretiens pas l'espoir de ce qui ne peut être espéré "

  9. #9
    Membre Senior Avatar de kareem74
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    au bout du nez de celui qui me lit...
    Messages
    2015

    Re : Aaah les femmes....

    Citation Posté par Aissa Voir le message
    koro je n'arrive pas a ouvrir ton lien
    Dadee l'a copié pour toi plus haut...
    au passage, grand merci à toi Dadee!
    Répondre à un imbé-cile, c'est l'instruire. Facta, non verba

    Il ne faut jamais gifler un sourd car il perd la moitié du plaisir ; il sent la gifle mais ne l'entend malheureusement pas.
    .

  10. #10
    Membre Senior Avatar de kareem74
    Date d'inscription
    janvier 2006
    Localisation
    au bout du nez de celui qui me lit...
    Messages
    2015

    Re : Aaah les femmes....

    Citation Posté par cricri Voir le message
    ...s je trouve qu'il ya quelquechose d'intrigant dans cette histoire. Le mari de cette femme aurait-il profiter de cette affaire pour se rendre plus populaire - et que sa femme (Ingride) aurait appris ? le mari aurait-il mis cette situation à profit pour atteindre des sommités ? ou alors, aurait-elle decouvert quelque chose de mauvais sur son mari lors de sa retention ?
    je repondrai non à tes questions!!
    je pense plutot qu'il s'agit d'une particularité personnelle de cette dame. lisez plutot ceci:

    http://www.purepeople.com/article/ingrid-betancourt-elle-s-est-planquee-mais-elle-se-fait-encore-tailler_a26366/1

    (PLEASE FAITES DU COPIER COLLER DANS LA BARRE D'ADRESSES)
    Répondre à un imbé-cile, c'est l'instruire. Facta, non verba

    Il ne faut jamais gifler un sourd car il perd la moitié du plaisir ; il sent la gifle mais ne l'entend malheureusement pas.
    .

Thread Information

Users Browsing this Thread

Il y a actuellement 1 utilisateurs connectés. (0 membre(s) et 1 invité(s)

Discussions similaires

  1. entre femmes
    By tita in forum Famille, Coutumes, & Traditions
    Réponses: 93
    Dernier message: 11/11/2010, 17h16
  2. 24 heures pour les femmes
    By NASKO in forum Politique & Société
    Réponses: 12
    Dernier message: 29/06/2010, 08h12
  3. qui sont ces femmes ?
    By paulite in forum Politique & Société
    Réponses: 11
    Dernier message: 29/05/2009, 09h35
  4. Un Nigerian a 86 femmes et 170 enfants
    By Amazone in forum Famille, Coutumes, & Traditions
    Réponses: 27
    Dernier message: 19/09/2008, 22h29

Bookmarks

Bookmarks

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •