À l’occasion de la célébration du Maouloud devant des milliers de fidèles Chérif Ousmane Madani Haïdara réclame l’arrêt de la violence au Nord-Mali

0
8
Modibo Sidibé (g) et Mountaga Tall (D) lors du Maouloud

“Nous sommes des frères, nous devons le rester. Rien ne doit entamer l’amour que nous nourrissons les uns pour les autres. Apprenons à être justes, humbles et solidaires entre nous”. Ainsi s’exprimait Chérif Ousmane Madani Haïdara. Le guide spirituel de l’Ançardine a mis à profit cette soirée de réjouissance de la communauté musulmane pour  inviter l’ensemble des Maliens à la paix et à la cohésion sociale. C’était en présence de milliers de fidèles ainsi que des personnalités de premier plan dont l’ancien premier ministre Modibo Sidibé, Mountaga Tall et des élus de la nation. Ils se sont tous inscrits dans le sens du retour de la paix au Mali.

Dans la nuit du vendredi 3 au samedi 4 février, des milliers de fidèles musulmans se sont donné rendez-vous au stade du 26 mars plein comme un œuf pour la célébration du Maouloud marquant la naissance du prophète Mohamed (Paix et Salut sur Lui). Ils sont venus de plusieurs localités du Mali, d’une vingtaine de pays africains mais aussi de la France, de l’Italie, de l’Espagne pour ne citer que ceux-là. Pour accueillir ce beau monde et faciliter son orientation à travers le stade du 26 mars, l’Etat s’est associé aux organisateurs par la mobilisation des éléments des forces de sécurité (police, garde et gendarmerie nationales). Sans oublier ceux de la protection civile, de la Croix-Rouge et du personnel soignant.

La question sécuritaire dans notre pays, surtout celle du nord, fut largement abordée au cours de cette soirée de prière. Ce fut tout d’abord l’érudit Adama Yalcouyé, connu sous l’appellation de soufi Adama qui prit, le premier, la parole pour inviter les fidèles et, au-delà, les Maliens, à beaucoup plus de retenue. Il profitera de l’occasion pour solliciter de Chérif Ousmane Madani Haïdara des prières pour apaiser les esprits et orienter les fidèles sur le droit chemin. Il sera suivi du porte-parole des familles fondatrices de Bamako. Celui-ci formula le vœu de voir la paix s’installer définitivement sur l’ensemble du pays.
Maitre Mountaga Tall, parlant au nom de la pléiade de députés présents, fera savoir que le pays traverse un certain nombre de difficultés que seule la prière peut aider à  conjurer. Il ajoute :”Chérif Ousmane Madani Haïdara, vous êtes un chérif, donc descendant du prophète, aidez nous avec vos collègues à circonscrire ces problèmes. Nous ne doutons pas que Dieu accède à vos prières. Nous avons besoin de la paix”.
L’ancien premier ministre Modibo Sidibé, dans son intervention, dira : ” Je n’ai qu’une seule préoccupation à savoir le retour de la paix au Mali. Je vous demande de prier pour que les armes se taisent et que les Maliens se retrouvent comme des frères et sœurs. Je suis convaincu que là où nous nous trouvons, Dieu exauce nos prières. Nous ne pouvons pas trouver une tribune meilleure que celle célébrant la naissance du prophète pour implorer la clémence d’Allah pour notre pays”.
Le Guide spirituel de l’association Ançardine, Chérif Ousmane Madani Haïdara, a tout d’abord rendu grâce à Allah le miséricordieux pour avoir permis que ce jour soit. Ensuite, il a salué la mémoire des 36 personnes tuées lors du Maouloud de l’année dernière  suite à une bousculade survenue au stade Modibo Kéïta.  “Dieu seul peut tout.  La communauté musulmane s’était mobilisée à la grande mosquée le vendredi dernier. On a prié pour la paix dans notre pays. C’est encore une fois de plus le lieu pour nous d’appeler tout un chacun à déposer les armes. Nous sommes des frères et nous devons le rester. Rien ne doit entamer l’amour que nous avons les uns pour les autres” a déclaré Chérif Ousmane Madani Haïdara.
Le prêcheur a mis l’accent sur les travers de la société et les nombreux problèmes qui sont en train d’empoisonner les rapports entre des concitoyens et entre des frères. Il fera savoir que la corruption gangrène au Mali, l’injustice et la méchanceté ont conquis les cœurs et les esprits. Et que face à ce fléau, il n’y a que la foi pour nous sauver. Le prophète Mahomet, rappelle t-il, est une noble et sublime créature, il est le prophète de la miséricorde dont l’œuvre est venue accomplir la prophétie. Il doit nous servir de source d’inspiration, a expliqué le prêcheur. Son message  berce les cœurs et éclaire l’humanité. Quoi qu’il nous ait quittés, il reste avec nous à travers un être immuable, le Coran. Mohamed (Paix et Salut sur Lui) précise le prêcheur, a cultivé le bien et nous a exhorté à l’étendre autour de nous à travers la miséricorde, la justice et la solidarité. Son action a été d’exhorter les justes à persévérer et les personnes égarées à faire violence sur elles-mêmes pour changer.
Aux autorités et à toutes celles qui sont imbues d’un quelconque pouvoir, le prêcheur leur a demandé de ne pas trop en abuser. Et que chacun prenne ses responsabilités. Aux magistrats investis de la responsabilité de trancher les litiges entre concitoyens, il les exhorte à faire preuve d’équité et de transparence.
S’agissant de l’insécurité à Bamako, Chérif Ousmane Madani Haïdara dira que c’est la conséquence de la déviance morale que notre société a subie ces derniers temps. Bamako, déplore t-il, n’est plus ce havre de paix, jadis envié par tous.  Cela doit changer mais à condition que chacun prenne ses responsabilités   et à tous les niveaux.
Auparavant, Adama Diawara, président de l’Ançardine et Siaka Doumbia de la section Ançardine du Mali, avait salué les fidèles pour leur mobilisation pour la cause du prophète.
Abdoulaye DIARRA

El hadj Bandjougou Doumbia exhorte les Maliens à la cohésion nationale
Le Maouloud, célébration de la naissance du Prophète Mohamed (SAW), constitue pour toute la communauté islamique un moment unique. Célébré chaque année, il rappelle le souvenir d’une naissance qui a marqué une nouvelle ère d’espérance pour le monde musulman. C’est pour célébrer cet homme exceptionnel et multidimensionnel que la Umma Islamique, de concert avec l’association Nouredine, s’est  fait le devoir de célébrer le Maouloud qui marque le jour de sa naissance.
Au Mali, des érudits comme El Hadj Bandjougou Doumbia et bien d’autres entreprirent de donner à cet événement toute sa solennité pour rendre gloire à Dieu, l’implorer et demander son pardon. La célébration de Maouloud de cette année s’est déroulée dans un contexte difficile. Il est marqué par une crise qui secoue actuellement le Mali. Les leaders des communautés religieuses du Mali affichent, sans réserve, leur détermination à jouer le rôle qui est le leur dans le processus de réconciliation dans le pays. C’est ainsi que face à la situation, le guide spirituel de Nouredine, El Hadj Bandjougou Doumbia, lors de la célébration du Maouloud 2012, a prié pour la paix et la réconciliation au Mali. Pour lui, les musulmans doivent faire des prières dans le but d’accompagner les actions de redressement du pays par une réconciliation vraie. “Cette réconciliation passe par la repentance qui requiert l’humilité, le pardon et la justice” a estimé le leader de Nouredine, promettant l’engagement “total” de ses coreligionnaires dans la recherche de “la réconciliation vraie, seul gage d’une paix durable et irréversible”.
Il a encouragé toutes les communautés religieuses à suivre cet exemple qui, selon lui, fera beaucoup de bien au Mali. ”Si de telles prières étaient organisées partout au Mali par les croyants de toutes les obédiences religieuses, la violence serait désamorcée dans les cœurs des hommes”, a-t-il indiqué. Il a exhorté les Maliens à faire en sorte que de telles images de barbaries ne se répètent plus jamais dans notre pays.
Avant de les inviter au pardon et au repentir. Car d’après El Hadj Bandiougou Doumbia, la réconciliation vraie, celle que nous recherchons, ne sera effective qu’à ce prix. ”Faire preuve d’humilité ne fera que nous grandir et nous permettre de nous accepter mutuellement afin de construire une paix durable dont notre nation a besoin pour aller de l’avant. Nous devons le faire pour Dieu” a-t-il conseillé.
Par ailleurs, El Hadj Bandjougou Doumbia a invité la population à éviter les actes de vandalisme et préserver les biens de l’Etat. ”Nous ne faisons que du mal en détruisant les biens du pays” a-t-il conclu.
Bandiougou DIABATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.