A Nara : Attention à la présence d’une soixantaine de prêcheurs « dou’at » étrangers dans la ville

6

Le dimanche dernier, un groupe d’islamistes d’une soixantaine de personnes venant de la Mauritanie sont arrivés à Nara. « Après les trois mosquées de la ville, ces prêcheurs ambulants faisaient des sensibilisations dans le marché et les rues », rapporte un habitant de la ville.

Les prêcheurs « dou’at » venant de la Mauritanie et d’autres pays sont actuellement, éparpillés à travers les localités frontalières des territoires du Mali occupés par les bandits rebelles.  La ville de Nara a ainsi reçu une soixantaine de prêcheurs « dou’at » venant de la Mauritanie et composé de  « peaux noires et blanches », comme on dit. « Après les frappes de certains de ces prétendus prêcheurs dans la localité de Diabali, une soixantaine de ces islamistes ont signé leur présence dans notre ville le dimanche dernier… Ils logent dans les trois mosquées de la ville et font  des prêches avant de s’éparpiller dans la ville, même au marché, pour sensibiliser les populations au profit de leur secte… », a précisé un habitant de la localité joint au téléphone, mais qui a requis l’anonymat. La même source informe que les populations de Nara ne  coopèrent pas avec ces islamistes venus  d’ailleurs.  Aussi pousseraient-elles des  murmures qui confinent à la révolte.

Cette situation est donc en train de prendre actuellement de l’ampleur dans le pays, surtout à un moment où des rebelles de tout acabit occupent une partie du territoire national et où l’affaire concernant les 16 prêcheurs (mauritaniens et maliens) abattus par inadvertance vers le poste de Diabali par l’armée malienne  reste encore non élucidée. Au fait, pourquoi ces islamistes se sont-ils retrouvés dans cette zone frontalière (déclarée « rouge ») des zones occupées par d’autres islamistes, djihadistes, intégristes et terroristes ? Existerait-il des relations entre ces prêcheurs et les bandits armés du Nord ?  Quel qu’il en soit, la présence  de ces prêcheurs « dou’at » n’est pas pour tranquilliser la majeure partie des populations maliennes, surtout que,  contrairement au passé, ces prêcheurs « dou’at » étrangers se font de plus en plus nombreux et fréquents au Mali en cette période très critique que traverse le pays. C’est donc le lieu de lancer : attention à Nara où le danger nous guette !

Oumar Diakité

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Tuer tout ce qui bouge n’est pas la solution mais il faut dire que ces islamistes sont vraiment inconscients. Que viennent-ils faire dans un pays qui vit une crise aussi grave que le Mali et provoquée par leurs congénères !!! Restons vigilants.
    N’oublions pas ce qui se disait à Bamako il y a quelques semaines, je cite :
    ALERTE DANGER
    LE MUJAO DANS NOS MOSQUEES
    Des prêcheurs mauritaniens vont de mosquée en mosquée. Dans chaque mosquée avec la bienveillance de l’imam ils font un prêche en arabe qui est traduit aux fidèles et dans lequel ils expliquent qu’ils sont là pour apporter la foi véridique et à la fin ils demandent aux assistants qui seraient d’accord pour les suivre, dans ces prêches et cette voie, de lever le doigt.
    Dans la mosquée où j’étais, à ATTbougou, les gens ont protesté et incriminé l’imam en déclarant haut et fort que eux n’ont pas besoin d’étrangers qui leur apportent la religion vraie car ils la pratiquent déjà. Ils ont interpellé les prêcheurs mauritaniens en leur reprochant d’abandonner leurs familles dans leur pays pour venir inutilement faire des sermons à des musulmans comme eux.
    Finalement les doigts qui se sont levés n’étaient que ceux des accompagnateurs de ces racoleurs du MUJAO. L’heure est grave. Comment en sachant ce qui s’est passé dans le Nord de notre pays, peut-on faciliter la tâche à ces faux prêcheurs et fauteurs de troubles ?
    Nos autorités religieuses devraient interdire à tout étranger d’intervenir dans nos mosquées. Leurs prêches nous suffisent. Encore moins autoriser la propagande et la distribution de tracts religieux visant à faire des adeptes de ces extrémistes.
    Réveillons-nous… Nous avons trop sommeillé et voilà qu’au réveil nous nous trouvons face à des scènes de ce genre, dans la capitale même. Ajoutez à cela l’existence d’un nouveau ministère des Affaires religieuses et la présence de deux membres du HCI dans le Comité d’organisation des concertations nationales – alors qu’il n’y a même pas un seul représentant de la plupart des regroupements politiques – et vous pouvez entrevoir ce qui nous pend au nez : la naissance d’un parti politique islamiste et la fin de notre République laïque et de notre démocratie déjà chancelante.
    Que nos Pères fondateurs de la Nation Malienne puissent nous servir encore de modèles pour chasser ces fantômes de la barbarie et préserver la liberté de notre pays dans l’honneur et la dignité de nos valeurs traditionnelles et la tolérance de l’Islam de nos pères.

  2. IL Y A URGENCE ET IL N’Y A AUCUN DOUTE que ce sont les éclaireurs de MUJAO et AN SARDIN, ils sont là POUR PRÉPARER LA POPULATION A UNE ÉVENTUELLE OCCUPATION DE LA VILLE PAR CES ISLAMISTES.qu’es-ce qu’un prêcheur étranger vient chercher dans UN PAYS EN GUERRE, SURTOUT DANS LES ZONES DE LA LIGNE DE FRONT. Il faut rapidement les interpeller et enquêter sur leurs réelles motivations.

  3. Avec regret pour les morts, je dis bravo à l’armée malienne. Il faut arreter toute infiltration sur le territoire national par tous les moyens possibles et le contexte actuel l’exige. L’armee ivoirienne a dressé des points de controle partout sur leur territoire et toute leur frontiere. Aucun pays serieux ne laisse encourager une telle pratique de libre circulation des personnes et de leurs biens si ce n’est que le Mali dont les dirigeants n’ont rien compris dans le langage diplomatique. Nous devons cesser de croire que ce sont les autres qui vont venir construire chez nous. Les dirigeants du jour au mali ne sont pas loin de ceux qui ont ete chassés du pouvoir . Les pays voisins nous manipulent a toute occasion pour servir leurs interets strategiques et personne parmi nos dirigeants n’a compris cela. A contrario, le peuple du mali est resté toujours tres sensible aux difficultés de ses voisins sans exception. En tout etat de cause, nous sommes victimes de nos actes depuis l’independance a ce jour. Il est temps de revoir le preambule de notre constutition et et de corriger l’hymne national pour enlever la part reservee a l’unité africaine. Nous ne devons plus accepter dans nos actes de ceder ou de mourrir pour la cause africaine.

  4. Nos forces de l’ordre doivent les empecher de progresser vers l’interieur du pays.
    c’est une manière d’infiltration progressive. les gens peuvent faire la difference entre les hommes de DIEU les assassins et les bandits
    la communauté musulmane du pays doit analyser la situation

  5. Compte tenu de la situation du pays, on doit impérativement demander à tous les mouvements islamistes pacifistes de surseoir à leurs activités regroupants plusieurs personnes et ils repredront après nettoyage et critères

  6. Vous voyez de quoi sont capables nos journalistes ??? Cette affaire de Diabali est arrivée comme ça, que de la suspicion, du coup comment les militaires vont réagir face à de telles informations ??? L’armée est bien présente dans cette zone et contrôle tout ça !! 👿

Comments are closed.