CONTRE LA FAIM: Les ambassadeurs de la FAO sur le front

0
Les gouvernements à eux seuls ne peuvent éradiquer la faim. Passionnée par ce qu’elle fait pour rompre le cercle vicieux de la famine et de la sous-alimentation chronique, Dee Dee Bridgewater, une des chanteuses de jazz les plus célèbres, a, au cours d’une conférence de presse dimanche à la Maison de la presse, renouvelé son engagement à user de son influence à travers la réalisation d’un disque de jazz fusionné à la musique malienne en faveur de la lutte contre la faim et la malnutrition.
 
« Je tiens à attirer l’attention sur l’espoir qui règne dans le monde entier », répondait en 1999 au Sénégal la chanteuse de jazz Dee Dee Bridgwater à un public qui lui demandait pourquoi elle avait accepté de devenir un des premiers ambassadeurs de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Depuis, Mme Bridgewater n’a cessé de défendre la cause des personnes démunies et sous-alimentées dans le monde et de se battre ouvertement pour l’assistance aux pays en développement.
En visite dans notre pays pour la deuxième fois, l’ambassadrice de bonne volonté de la FAO, qui a animé hier une conférence de presse à la Maison de la presse, reste fidèle à sa vision. Elle était accompagnée pour la circonstance de la représentante de la FAO au Mali, Mme Mariam Mahamat Nour.
La conférencière a fait savoir que son rêve est de faire une liaison entre le jazz et la musique malienne. Selon elle, pour la réalisation de ce projet, Oumou Sangaré, l’une des chanteuses les plus adulées du Mali et ambassadrice de la FAO a donné son accord pour la réalisation de l’album qui sera conçu sur la base des chansons traditionnelles de Ségou à l’effet de véhiculer des messages forts pour sensibiliser les uns et les autres sur le problème crucial de la faim.
« J’ignore le nombre de disques à mon actif. Je ne suis pas un artiste qui fait des disques pour avoir de l’argent mais pour m’exprimer, améliorer ma réputation en Amérique et dans le reste du monde. Pour moi, le plus important c’est de laisser une trace de ma vie artistique. Je suis une femme de cœur et d’action qui vient en Afrique pour retrouver ses racines. Je sais que la musique malienne est une musique très recherchée dans le monde », a déclaré Mme Bridgewater.
Connu pour ses convictions pour le jazz, Dee Dee Bridgewater passera 4 jours au studio Bogolan pour les essais avant de mettre cap sur Paris en septembre pour peaufiner le reste de l’œuvre. « A travers le projet que j’ai en vue avec Oumou Sangaré et dans lequel d’autres musiciens maliens seront associés, nous allons démontrer que le Mali est bon, digne et qu’il existe ».
Aux dires de l’ambassadrice de bonne volonté de la FAO, qui a effectué des visites de terrain samedi à Kati et à Fanafiécoro, « les ressources que vont générer les disques seront mises à la disposition des communautés en situation difficile afin d’appuyer la FAO dans ses efforts de lutte contre la faim et la malnutrition ».
Lancé en 1999, le Programme des ambassadeurs de la FAO a pour but d’attirer l’attention du public et des médias sur la situation inacceptable de près de 800 millions de personnes qui continuent à souffrir de faim et de malnutrition chronique. Ces personnes mènent une vie de misère et sont privées du droit de l’Homme le plus fondamental : le droit à la nourriture.
Les gouvernements à eux seuls ne peuvent éradiquer la faim. Dès lors, la mobilisation des secteurs public et privé, la participation de la société civile et la mise en commun des ressources collectives et individuelles sont autant de facteurs nécessaires pour rompre le cercle vicieux de la faim et de la sous-alimentation chronique.
Dans cet effort de solidarité mondiale, les ambassadeurs de bonne volonté de la FAO ont un rôle crucial et pertinent à jouer. Usant de leur influence, ils plaideront au nom de l’Organisation en faveur de la lutte contre la faim et la malnutrition, pour que le slogan « Nourrir le monde » devienne une réalité au XXIe siècle et au-delà.
Mme Bridgewater s’est engagée à titre professionnel à affronter les questions humanitaires universelles sur lesquelles se fonde la mission de la FAO : construire un monde où règne la sécurité alimentaire pour les générations présentes et futures.
Mohamed Daou
Bio expresse de Dee Bridgewater
Dee Dee Bridgewater est l’une des chanteuses de jazz les plus célèbres de sa génération. Née au Tennessee (Etats-Unis), elle a débuté à l’âge de 15 ans, avec des légendes comme Sonny Rollins, Dizzy Gillepsie et Gordon. Elle a reçu de nombreux prix, notamment le « Jazz Academy Awards » en 1995 et en 1998. Elle a été nommée chevalier de l’Ordre national du mérite par le président Français François Mitterrand, et officier des arts et des lettres par le ministre français de la Culture et de la Communication. Son album, qui a reçu le plus grand succès s’appelle, « Dear Ella ».      
M. D.

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER