Approvisionnement du pays en céréales : Le gouvernement accorde des exonérations sur le riz et le maïs

0
1

Le gouvernement, sur proposition du Conseil national des prix, accordera des exonérations sur le riz et le maïs du 1er  mars jusqu’au 31 mai 2012. Cette mesure,  salutaire pour prévenir l’insécurité alimentaire qui plane sur notre pays, a été annoncée par le ministre du Commerce et de l’Industrie, Mme Sangaré Niamoto Ba, le jeudi 1er mars lors de la réunion du Conseil national des prix.

Mme le ministre Sangaré Niamoto Ba a annoncé dès l’entame des travaux du Conseil national des prix  que la présente réunion avait pour objet l’information pour l’approvisionnement du pays en céréales. Elle a rappelé que, depuis le début de l’année 2012, le Conseil s’était déjà réuni à trois reprises, pour faire la situation des stocks  de céréales et la tendance des prix.

La présente réunion, fera-t-elle remarquer, porte sur les nouveaux dispositifs à prendre. «Il y a baisse des stocks. Après évaluation, on a demandé au gouvernement d’aider à l’importation de céréales. Aussi, pour prévenir l’insécurité alimentaire qui plane sur notre pays, le gouvernement a-t-il décidé d’accorder des exonérations sur le riz et le maïs, sans limitation de quantité. Et cela à partir du 1er Mars et jusqu’au 31 Mai, à travers un cahier des charges».

Et Mme le ministre de donner les prix plafond du riz comme étant de 330 francs pour les grossistes et de 350 pour les détaillants. Avant de préciser que les opérateurs économiques étaient tenus de vendre à ce prix plafond et que cela s’appliquait à tous ceux qui sont habilités à importer. Autre précision de taille, sur cette période, le riz et le maïs importés sont exonérés dela TVA(18%) et des droits de douanes. Cependant, les importateurs devront signer un cahier des charges avec le gouvernement à traversla Directionnationale du commerce et de la concurrence. L’importance, a-t-elle insisté, est la qualité des denrées et elle a promis d’y veiller particulièrement.

Concernant le maïs, Mme Sangaré Niamoto Ba a déclaré que les prix ne sont pas encore fixés, avant d’expliquer que le Conseil avait demandé au gouvernement d’encourager son importation à cause de l’augmentation des prix de l’aliment volaille, fabriqué à partir du maïs. La décision d’exonération a été bien accueillie par la société civile, les commerçants grossistes et les détaillants.

Pierre Fo’o Medjo

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.