Assurances Bleues -CNAR-SA : Licencié sans préavis, le Directeur Administratif porte plainte

0

assurance-bleue01Le défi de prouver la justesse et le bien fondé de  l’incroyable  licenciement sans préavis avec départ immédiat de la société. Et si le comportement  de l’agent licencié procède par ailleurs d’un acte d’insubordination caractérisé.

C’est aujourd’hui en principe que le tribunal du travail examinera le regrettable  litige entre  la Direction des  Assurances Bleues-CNAR-SA  et l’un de ses agents. Il s’agit précisément de  Mady Ciré Touré qui a été licencié  le 29 août 2014. Jusqu’à cette date, ce dernier occupait le poste de Directeur Administratif et Contentieux.

Pour rappel, sur la base d’une décision prise le 25 août 2015 par le Directeur Général des Assurances Bleues, le sieur Mady Ciré Touré a été relevé de ses fonctions de Directeur Administratif et Contentieux. Le patron de cette société bleue a évoqué les raisons suivantes :

-Refus d’obéissance dans le cadre du travail incluant le refus d’effectuer les missions programmées par la Direction Générale,

-Insubordination et entrave à la bonne marche de l’entreprise.

Mais, cela n’a  pas suffi, puisque le D.G a pris une autre décision le 29 août 2014 pour engager une procédure de licenciement sans préavis avec départ immédiat de l’entreprise en son encontre pour faute lourde. Pour la circonstance, une correspondance  a été adressée à Mady Ciré Touré pour notification de licenciement.

En effet, le sieur Touré a reçu ces décisions sous réserve de contestation légale. Quelques jours après, l’agent mecontent a assigné en justice sa Direction. Dans sa motivation, il soutient mordicus que cette décision de licenciement n’est pas fondée. Et qu’elle ne repose sur aucune base légale.

Selon lui, « la Direction des Assurances Bleues ne peut présenter aucun document relatif à l’ordre de mission ». Ce qui signifie que Touré n’a reçu aucun ordre de mission provenant de sa hiérarchie. Et encore moins  refuser d’exécuter une mission à Niéna allant du 22 au 23 Août. En cela, le plaignant met au défi quiconque pour prouver le contraire.

A en croire le D.G, « ce refus a porté une grave atteinte au bon fonctionnement de l’entreprise en l’empêchant de réaliser ses objectifs visés. Qui est au plus, en refusant de vous (Touré) rendre à la dite mission, vous avez sacrifié les intérêts des Assurances Bleues au profit de vos intérêts privés… ».

En tous les cas, Mady Ciré Touré se dit prêt à «apporter toute contestation légale » pour prouver que tout cela,  à savoir ce que la Direction des Assurances  Bleues lui reproche,  n’est pas fondé et ne repose sur aucun argumentaire vrai, valable et justifié.

Pourvu que le droit soit bien dit !

Mahamane Maïga

 

PARTAGER