Attention à une nouvelle race d’arnaqueurs à Bamako : Les tenanciers des kiosques Orange-Mali comme proie facile !

7

Attention à une nouvelle race d’arnaqueurs à Bamako : Les tenanciers des kiosques Orange-Mali comme proie facile !Les arnaqueurs commettent des forfaits d’un kiosque à un autre et font ainsi des victimes innocentes. Comment opèrent-ils pour réussir leur sale besogne ?

Dans notre cité, les arnaqueurs commencent à faire mal. Les gestionnaires des kiosques de dépôt et de retrait sont de plus en plus victimes de ces hommes sans foi ni loi et qui opèrent en véritables bandes organisées.

Les travailleurs dans les kiosques ne disposent d’aucune garantie, d’aucune mesure de sécurité. Toutes choses que le service employeur devrait leur offrir. Dans les kiosques, tout gestionnaire souhaite faire une bonne recette pour bénéficier d’un bonus sur son traitement. Au Mali, rares sont ceux qui sont inscrits à Orange Money.

Et, pour bénéficier de son argent, il faut être inscrit ou avoir l’aval de quelqu’un  qui est inscrit  pour avoir son argent. Le système est connu de tous «il faut avoir Orange Money pour disposer de l’argent expédié via orange».

Les arnaqueurs, des «vrais génies» !

Ils utilisent toutes les astuces pour se faire de l’argent «sale». Leur pratique semble être celle-ci: Chercher à connaitre les kiosques qui font de grandes entrées d’argent. Une fois ceux-ci ciblé, on prépare son coup. Un des membres de la bande va voir le gestionnaire du kiosque et lui dit qu’il doit avoir de l’argent mais qu’il n’est pas inscrit: «Peux-tu me faire le retrait ?

Oui répond le maitre des lieux». Et, l’imposteur sollicite le téléphone pour le communiquer à celui qui doit faire l’envoie. La mayonnaise a pris et on se frotte les mains, on empoche l’argent et on cherche une autre victime, même scénario.

Mais, là l’expéditeur utilise les astuces, il fait semblant de chercher le partenaire: appelle le numéro et joue à l’étonné «relève le numéro orange qui a servi à sortir l’argent et convoque le propriétaire du portable à la police. Tout est mis ici en œuvre pour faire porter le chapeau au gestionnaire dont on a abusé la confiance.

Le plaignant acteur dans l’ombre du coup fourré voudrait vaille que vaille entrer en possession de l’argent qu’il dit avoir envoyé à un partenaire avec lequel il a conclut un marché. Voilà des  coups fourrés dont les gestionnaires des kiosques Orange Money sont victimes en ces temps des vaches maigres. Ceux qui commettent les forfaits croient qu’Orange est sur un empire d’argents.

Il faut faire porter les coups aux agents et la société paie. C’est méconnaitre cette société dont les gestionnaires des kiosques sont écrasés par le rythme du travail. Pire, en cas de pépin, l’employé se débat seul. La société ne daignera même pas prendre un conseiller juridique qui pourrait le défendre en cas de procès.

Pire encore, dans la manipulation des sous, chaque fois il y a de petites pertes et le gestionnaire est tenu de mettre la main à la poche pour rembourser. C’est vrai, la société a crée des emplois mais elle doit, comme toute société digne d’intérêt, œuvrer de concert avec les services compétents de l’Etat pour assurer la sécurité du personnel.

Les gestionnaires doivent maintenant savoir que le téléphone portable est à usage personnel. Nul ne doit faire des opérations avec le téléphone d’autrui et personne ne laisser le sien à la portée de n’importe qui.

Car, c’est en cela aussi que les escrocs de tout acabit profitent pour abuser l’innocence des honnêtes citoyens et perturber la quiétude de la cité, jadis paisible. Les arnaqueurs sont présents partout et multiplient les forfaits.

Dénonçons les, démasquons les, d’où ils se trouvent. La police et les juges doivent creuser pour s’assurer et faire comprendre à l’opinion publique et à la société employeur que les gestionnaires des kiosques orange sont des victimes innocentes, des pauvres honnêtes citoyens.

 

 Bara De Dara

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Les gestionnaires des kiosques sont beaucoup d’entre eux des arnaqueurs. Des fausses histoires sont créées et souvent des innocents accusés avec la complicité de certains policiers indignes du 3ème arrondissement, sans foi et sans morale. Qu’ils sachent tous que le bon Dieu ne dort pas…

  2. Le système mis en place par les opérateurs de téléphonie pour soulager les clients dans leurs opérations en soi répond à certains besoins même au plan des affaires (la rapidité dans les transferts monétaires). Mais, là où le bat blesse, c’est que le système n’offre pas assez de garantie surtout sécuritaire dont toute transaction nécessite. Les opérateurs de téléphonie doivent s’atteler à corriger ces imperfections qui exposent et le client et le gestionnaire du kiosque.

  3. “Les travailleurs dans les kiosques ne disposent d’aucune garantie, d’aucune mesure de sécurité. Toutes choses que le service employeur devrait leur offrir”

    “La société ne daignera même pas prendre un conseiller juridique qui pourrait le défendre en cas de procès”

    Mais en quoi la société serait-elle tenue de le faire? 😯 😯 Les revendeurs ne sont-ils pas eux-mêmes responsables de leurs kiosques et de leurs transactions? Si tu n’es pas inscrit à Orange Money, le vendeur doit refuser ta demande, et c’est tout.

    S’ils acceptent, c’est à leur risques et péril, non? En quoi la société serait-elle responsable? A moins que j’aai mal compris, ce raisonnement me parait tout à fait fantaisiste. 🙄 🙄 🙄 🙄

    • Tu as tout dit nfp, on a trop tendance ds notre société à vouloir accuser les autres de ses propres fautes. Au lieu de décharger les responsabilités sur Orange parce qu’elle est une grde société, prenons d’abord toutes les précautions d’usage.

      Après avoir dit tout cela, je déplore tout de même le manque total de sécurité autour des kiosques. Que fait le pauvre gestionnaire en cas de braquage ou autre violence?

      • Foxba
        “Que fait le pauvre gestionnaire en cas de braquage ou autre violence?”

        Là, entièrement d’accord avec toi!

  4. Et le pire peut arriver si d'avance des dispositions ne sont pas prises. Vous vous rendez compte ? Ces kiosques de dépôt ne sont protégés par aucun système de protection contre les faux billets qui constituent l'apanage d'une catégorie intelligente d'escrocs. Et enfin,Orange money est une entreprise d'exploitation de naïveté de citoyens dits distributeurs,dont les masters empochent les gros lots à leur détriment. Il suffit d'enquêter profondément sur la distribution des Uv et sur leurs taux. Elles sont extraordinairement insignifiantes ces UV,alors qu'il est reversé chaque mois aux Masters de fortes sommes sur le dos de ces distributeurs,qui ,même avec deux kiosques,ne s'en sortent pas.

Comments are closed.