Fin de caval pour Soumi : Le complice du terroriste Wadoussene tue

0
Fin de caval pour Soumi : Le complice du terroriste Wadoussene tue
Soumaila Dembélé alias Soumi

D’après des informations en provenance des services de renseignement, le malfrat Soumaïla Dembélé dit Soumi a été lynché par une foule déchainée  à Golonina, au moment où les éléments de la force spéciale de la Sécurité d’Etat l’appréhendaient. C’était le 15 août 2014 dans la journée.  

Après l’arrestation du terroriste Wadoussène, suivie de celle de sa copine Koumani Diabaté, le malfrat et complice du terroriste dans l’évasion de la grande prison de Bamako, était parvenu avec les complicités de son frère Moussa Dembélé et Youssouf Traoré, réparateur de motos à Faladiè, à quitter le Mali pour se rendre en Côte d’Ivoire, le 27 juillet 2014. Soumaïla Dembélé, puisqu’il s’agit de lui avait pu regagner la Cote d’Ivoire. Abou Wattara, un de ses mentors ivoiriens, lui a fait croire, qu’actuellement, le terrain était bien favorable  sur le territoire ivoirien pour  entreprendre des actes de banditisme.

Ainsi, en début de la semaine Soumi a reçu un coup de fil d’un membre de sa bande depuis Kayes pour lui soumettre une opération juteuse dans la capitale du Khasso. Un spéculateur d’Or qui disposait d’une quantité importante du précieux métal était dans leur viseur. Soumi accompagné par cinq bandits ivoiriens a  décidé de mener l’opération. Certaines caisses d’épargne de la ville de Kayes faisaient parties de l’agenda de Soumi et de sa bande venue de la Cote d’Ivoire.

Arrivés à Bamako le jeudi dernier aux environs de 04 heures du matin, ils seront accueillis et logés par un réparateur de motos répondant au nom de Youssouf Traoré, et un certain Moussa Dembélé. Par réflexe de grand bandit,  Soumi évite  le téléphone et se déplaçait en moto avec  toujours un casque.

Dès leur arrivée à Bamako, les limiers des services de renseignements étaient informés. Ils entreprennent  une surveillance humaine en vue de les appréhender, assure notre source. Une surveillance qui a durée toute la journée du jeudi et pendant la matinée du vendredi.

Soumi avait pris contact avec un vendeur de motos à Golonina, près du cimetière pour se  procurer de deux autres motos devant permettre à sa bande d’effectuer le déplacement à Kayes. Mais c’était sans compter avec le traquenard  des forces spéciales de la Sécurité d’Etat, qui avaient planifié  une opération pour arrêter Soumi et deux de ses compagnons qui étaient avec lui sur une moto Jakarta bleue.

Dans les environs  de son lieu de rendez-vous, l’instant de malfrat l’indique qu’il venait de  tomber dans un piège. Voulant rebrousser chemin, il a été renversé par   un coup de volant. Soumaïla Dembélé et ses deux compagnons ouvrent leur feu sur les agents. Ces derniers ripostèrent dans une course poursuite à travers le quartier. La population ayant compris cria  « aux voleurs ». Touché à l’épaule Soumi s’écroula au niveau des bureaux de l’huicoma à Golonina.  Avant que  les agents de sécurité l’attrapent, la foule dans sa colère, avait fini de lyncher à mort  Soumaila Dembélé alias Soumi. Il  était condamné à la peine de mort pour association de malfaiteurs, assassinats, vols.

Youssouf Traoré, Moussa Dembélé, Ibrahima Ly et Bourama Traoré, chargés de l’organisation matérielle des opérations,  ont été arrêtés. Des arrestations qui pourront apporter des éléments nouveaux dans le dossier de l’évasion du terroriste Wadoussène.

PARTAGER