Ce matin, l’APMA marche sur la primature : Le Chef du Gouvernement doit prendre ses responsabilités

0
2








Ce matin Adama Coulibaly et sa troupe remettront une lettre ouverte au Chef du Gouvernement pour qu’elle prenne ses responsabilités. « C’est un avertissement parce que cela fait deux mois que nous manifestons contre le Maire du District de Bamako, rien n y fait. Si après la remise  de la lettre ouverte et que les lignes en bougent pas, ne ce moment la complicité du gouvernement Khaïdama va être avéré dans la spéculation foncière même si nous sommes convaincus de la forfaiture du Général Kafougouna Koné, Ministre de  l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales ». Selon le président Coulibaly, jeudi prochain, ils marcheront sur la mairie du District de Bamako où une énième lettre sera remise à Adama Sangaré pour lui signifier son départ. 

 

Koulouba 2012

Les troupes de l’UMAM en ordre de bataille pour Jeamille Bittar

Jeudi dernier, le « QG » de l’Union des Mouvements et Associations du Mali (UMAM) sis à  l’ACI de Lafiabougou a accueilli en grande pompe son président d’honneur, candidat à l’élection présidentielle du 29 avril prochain, M. Jeamille Bittar.L’objet de la rencontre sa déclaration de candidature à l’élection présidentielle du 29 avril prochain.

Plus de 300 présidents de cellules venus du District de Bamako  ont demandé au président d’honneur, Jeamille Bittar de déclarer de façon solennelle sa candidature à la magistrature suprême. Une rencontre qui a permis au futur candidat de l’UMAM de prendre acte de cette demande qui vient à point nommé au moment où le président du PDES, M. Ahmed Diané Séméga déclarait sur les antennes d’une télévision de la place qu’il n y aura pas de candidat pour la présidentielle du 29 avril prochain. Ces propos contredisent ceux tenus à Nioro du Sahel où il martelé que son parti présentera un candidat.

 

L’investiture de Jeamille Bittar qui n’est qu’une question de jours, se prépare sérieusement  pour les partisans du Président ATT, l’homme en qui ils se reconnaissent et aident comme ils peuvent. Selon un proche de l’enfant de San, sa candidature s’impose après que les jeunes et les femmes du District aient demandé sa candidature le 22 octobre dernier, à Ségou 19 novembre dernier et le 12 décembre à San dans un stade municipal plein à craquer. « La rencontre de jeudi dernier au « QG » de l’UMAM sis à l’ACI de Lafiabougou, a permis au futur candidat de prendre une fois de plus confiance et de croire à sa victoire qui risque d’être un coup d’épée sur la tête de nos politiques », nous confie un de ses « Lieutenants ».

Les mêmes sources précisent que les « guerriers » d’ATT croient à l’étoile de leur champion qui n’est plus à présenter tant sur l’échiquier politique que dans le monde des affaires.

 

Déchirure du PDES…

Selon des proches du candidat de l’UMAM, au cas où le CDP confirme le non présentation de candidat pour le PDES, l’implosion du parti n’est pas à éviter. « Et cette division profitera à notre candidat qui jouit d’une popularité certaine au sein du parti », précise un cadre du parti qui a requit l’anonymat. « Il est le candidat du peuple à cause de sa popularité indéniable», martèle un autre qui s’appuie sur la sociabilité, le respect de la parole donnée sa détermination à apporter sa contribution au développement du Mali. « Vous savez, le PDES dans sa majorité soutiendra la candidature de Jeamille Bittar, la carte gagnante sans nul doute puisque voulons continuer l’œuvre du Président ATT et la sauvegarder. Tous ceux qui se réclament du Chef de l’Etat seront de notre côté. Ils soutiendront sans faille la candidature de Jeamille Bittar», tente de nous convaincre un proche.

 

« Nous allons surprendre plus d’un un », a averti notre interlocuteur.

Pour l’investiture du candidat, le branle-bas des troupes est déjà engagé. C’est dire la détermination des Attéistes  à monter à Koulouba le 08 juin prochain puisque comptant sur leur machine de l’UMAM et des partis amis au Chef de l’Etat et des maliens qui ont soif de changement véritable et de développement.

Bokari Dicko

 

Société civile

Plus de 2000 dont 800 corps habillés partants volontaires font allégeance à l’APMA

Selon le président de ce mouvement, sur les 2000 partants volontaires à la retraite, 700 sont des corps habillés, y compris les jeunes l’Association pour le Développement de « Bougou Dani » (en Commune IV), l’association des maîtres Coraniques du Mali, l’association pour le développement de « Bougou Ba », l’association des Jeunes franco-malien pour le Développement de l’Education au Mali, la promotion 2000 de la Police Nationale qui avait été radiée et bien d’autres  sans compter de nombreux frustrés des régimes des « démocrates ».

 

Le Président de l’APMA demande…

« La mise en accusation d’ATT et de ses camarades pour haute trahison »

Après une analyse de la situation sociopolitique, économique et sécuritaire, la situation inexplicable dans le septentrion de notre pays, l’APMA par la voix de son président exige : « une mise  en accusation d’ATT et de ses camarades pour haute trahison ». Après la demande de démission du Maire du District de Bamako qui est restée vaine de la part des plus hautes autorités, l’APMA a pris conscience que c’est le système ATT qui est malade et doit rendre des comptes. Nous avons voulu comprendre.

Et pour preuves primo : Les détournements à ciel ouverts signalés par les rapports successifs du Vérificateur Général sous la coupe de Sidi Sosso Diarra  qui reprochent à des cadres de ce pays de détournements de plus de centaines, voir des milliers de milliards de nos francs. Ce que l’APMA ne comprend pas, c’est la sortie solennelle du Président ATT qui affirme que : «  ceux qui ont détourné ces deniers publics sont des pères de familles qu’il ne faudrait pas humilier et vont rembourser à leur guise ». Pour Adama Coulibaly : « il y a eu bel et bien détournements de l’argent du contribuable malien au vu et au su des pouvoirs publics dont le premier responsable sans vergogne apprécie ». C’est pour cela, explique le président de l’APMA : « C’est la transmission sans délai des rapports du VEGAL à la Justice pour enquête et suites à donner ».

 

« Nous allons désormais demander à nos compatriotes de ne plus payer de taxes et impôts… »

« Sinon, nous allons demander à nos compatriotes de ne plus payer de taxes et les vignettes parce que nous ne comprenons pas que nous payons ces taxes que des cadres de ce pays s’en accaparent pour construire de belles maisons, de grosses cylindrées. Cela est inacceptable dans un Etat dit démocratique », a martelé le guide d’une jeunesse consciente et républicaine.

Secundo : Les mines

Là encore le Président de l’APMA exige et maintenant : « la révision de tous les contrats miniers » passés sous ce régime car il estime que nous sommes floués. Et pour cause dit-il : « Le sous-sol malien est riche et les malien sont pauvres ; Ceci est inacceptable »,a-t-il dit. « Comment comprendre que notre sous-sol soit exploité par des multinationales, nous exploitent et que dans cette exploitation nous n’ayons que 20% », a poursuivi notre interlocuteur. Pour Adama Coulibaly : «si nous ne pouvons pas avoir la moitié de nos minerais exploités, que l’exploitation soit gelée jusqu’à ce que nous trouvons des partenaires qui tiendront compte de nos desideratas. Il faut revoir la part du Mali ou bien arrêter les exploitations. De toutes les façons, ces minerais ne se gâteront pas».

 

Le banditisme, le trafic de drogue et les prises d’otages

Evoquant le trafic de drogue : « pour la première fois au Mali, un avion étranger débarque dans le désert malien pour déverser son contenu de drogue. D’où l’affaire « Air cocaïne » Cela a porté un sérieux coup à l’image du pays. Une première dans le Mali indépendant », martèle Adama Coulibaly tout furieux.

 

Quant aux prises d’otages, le président de l’APMA est on ne peut plus clair. Selon lui il part du fait que : « ni Sarkozy, ni l’Armée malienne ne négocient la libération des otages. C’est un réseau de bandits de criminels de connivence avec Koulouba qui prennent en otages de paisibles citoyens puisque ce sont des Conseillers et autres laudateurs du régime qui sont chargé s de négocier les libérations ». Aussi, Adama Coulibaly révolté par cette politique dégoûtante du régime ATT faisant allusion aux attaques récentes de Tessalit, Aguel-Hoc par des assaillants armés, qu’il qualifie ne pas : « d’étrangers. Ce ne sont pas des maliens ». Car pour le président de l’APMA : « le vrai Malien n’attaque pas son pays. Au Niger, en Mauritanie, les Touaregs ne sont pas entrés sur ces territoires avec des armes dans leurs bagages. Pourtant, les nôtres soit dit en passant, sont entrés avec des armes lourdes sans qu’ils ne soient désarmés et osent exposer leur butin volés en Libye sur l’ORTM. Et moi demain en me promenant avec un Pistolet, je serai arrêté pour faute de port d’armes. Au lieu de désarmer ces gens, nos chefs laxistes ferment les yeux et les accueillent avec l’argent du contribuable (50 millions de FCFA). Pourtant des compatriotes sont rentrés de la Côte d’Ivoire démunis sans armes de guerre et même de Libye, contrairement à ces gens. Pour quoi cette discrimination ?  Lorsqu’on traite quelqu’un de bandits, on ne négocie pas avec lui. Et c’est le contraire qui se passe sous ATT». Pour notre interlocuteur : « le régime d’ATT ne doit pas désormais interdire à qui que ce soit de porter une arme au moment où certains sont armés de façon illégale sans être inquiétés, ni désarmés ».

En conclusion dira Adama Coulibaly : « même si nous ne prenons pas des armes contre ce régime, ATT et ses complices doivent être interpellés pour qu’ils rendent compte au peuple malien. C’est sur cela que l’APMA s’engage. La spéculation foncière faite par les maires, c’est en complicité avec les tenants du pouvoir », martèle-t-il.

 

Pour nous, explique Adama Coulibaly : « On ne dira pas à un homme déjà fini de partir mais plutôt sa mise en accusation pour haute trahison. ATT et ses compagnons doivent s’expliquer parce qu’il n y a pas quelqu’un parmi eux qui n’est pas milliardaire ». Le patron de l’APMA a évoqué le cas de gestion opaque de la privatisation de l’HUICOMA qui a été bradé à Alou Tomota, TRANS-RAIL, la SOTELMA/MALITEL (gestion des 180 milliards de FCFA), la BIM S.A ( les 50 milliards de FCFA), la CMDT, la COMATEX et l’Aéroport de Bamako-Sénou ».

Bokari Dicko

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.