Commissariat à la sécurité alimentaire : Réduire de moitié les personnes qui souffrent de la faim

0
0

Les acteurs de la sécurité alimentaires ont validé le cadre d’accélération des OMD, cible 2 de l’objectif 1 qui vise à réduire de moitié entre 1990 et 2015, la proportion de personnes qui souffrent de la faim au Mali. C’était le lundi 19 décembre 2011 au gouvernorat du district sous la présidence du ministre de l’agriculture Agatham AG Alassane 

L’initiative des cadres d’accélération des OMD a été encouragée lors de l’assemblée des Nations-unies au cours de sa 65ème session sur les OMD en septembre 2010. Après une évaluation des progrès accomplis, elle a demandé aux états membres de prendre des mesures appropriées pour accélérer les progrès de mise en œuvre des Objectifs de Millénaires de Développement OMD, particulièrement dans les domaines où ils accusent un retard.  Selon M Maurice DEWULF, représentant résident au Mali du PNUD, le cadre d’accélération des OMD n’est pas un programme de plus, mais plutôt une réflexion sur l’opérationnalisation des programmes, des stratégies et des plans actuels.

Le Mali doit renforcer son dispositif de sécurité alimentaire  conjoncturelle et aussi, construire dans un délai raisonnable et de façon durable sa sécurité alimentaire structurelle pour pouvoir réduire de moitié entre 1990 et 2015, la proportion de personnes qui souffrent de la faim dira le ministre de l’agriculture Agatham AG Alassane.

Et d’ajouter que le gouvernement du Mali, à travers sa politique de haut niveau, a pris conscience de la nécessité d’accélérer la mise en œuvre effective des ces OMD avant l’heure du rendez vous. Malgré cette disposition, Il existe encore des domaines dans lesquels il reste beaucoup à faire pour l’atteinte des OMD. C’est pourquoi, il salue et apprécie la stratégie de soutien du système des nations unies aux pays pour accélérer le progrès vers les OMD sur la période 2011-2015 à travers la mise à disposition du cadre d’accélération des OMD, qui s’articule autour de méthodologie qui permet d’identifier, d’analyser et hiérarchiser les interventions en cours ainsi que les obstacles à la réalisation des OMD en retard. Et de formuler une série de solutions qui visent à éliminer ces obstacles et à accélérer les progrès vers l’atteinte des objectifs. En effet, il s’agit d’élaborer un plan d’action prioritaire de mise en œuvre des solutions d’accélération.

Mamadou DIAKITE, 1er vice président du haut conseil des collectivités affirme que le chemin est tracé. Il reste maintenant à le baliser en intensifiant et en focalisant les efforts et les ressources sur les aspects critiques permettant ainsi au Mali d’accélérer les progrès et succès d’ici 2015. De son point de vue, le partage de responsabilité entre les différents intervenants dans l’atteinte des OMD nécessite une définition claire des rôles des services d’état et des autres acteurs dans le contexte de la décentralisation.  Pour bâtir ce dispositif, il sera nécessaire de prendre en compte les grands principes de la décentralisation qui mettent au centre des préoccupations de développement les différents niveaux de collectivités territoriales en les confiant la maitrise d’ouvrage des interventions sur leur territoire.

Pour sa part, le haut conseil des collectivités a suggéré d’élargir la liste des 166 communes retenues dans un programme volontariste et ciblé sur l’accélération de la mise en œuvre des OMD à d’autres répondant aux mêmes critères.

 

Djibi

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.