Cortèges de mariage à Bamako : Des ‘’fous’’ de la route sont dans la place !

1

Cortèges de mariage à Bamako : Des ‘’fous’’ de la route sont dans la place !Le mois de ramadan est fini, la série des mariages a recommencé à Bamako. Avec son lot de dépenses, de manifestations et de tintamarre. Comme toujours, s’il ya un phénomène qui  inquiète plus d’un bamakois, c’est bien les cortèges de mariage. Qui ont prit la connotation de ‘’Rallye’’ en plein centre- ville. Du coup, les jeudis,  samedis et  dimanches,  les simples usagers n’ont pas le choix pour céder le passage sur toutes les grandes artères de notre capitale.

Le mariage civil est un acte juridique et solennel par lequel un homme et une femme s’engagent devant un officier d’état civil à s’unir pour le meilleur et le pire. Dans notre capitale presque tout le mariage civil s’accompagne  des pratiques qui dénuent cet acte sacré de sa symbolique. Notamment, les cortèges en véhicules et motos.

En effet,  manifester sa joie lors d’un mariage est une bonne chose, mais la façon dont on le fait surtout pendant le cortège de mariage constitue un vrai danger pour la population. Il faut signaler que dans ces pratiques, aucun endroit n’est épargné, partout  ce sont des longues files de voitures et de motos, avec comme alarme, des klaxons et des vrombissements de moteurs. Un véritable casse-tête pour  certains riverains  et les usagers de la route. Les voitures bondées de monde, effectuent des va et vient en longueur de la journée. Quant aux motocyclistes, le constat est plus amer. Ils escortent la voiture des nouveaux mariés comme s’ils sont en train de faire des scènes d’un film d’action. Ils s’amusent avec leur engin dans les rues et ruelles, sans la moindre inquiétude de causer de préjudices à autrui. La plupart de ces cortèges se terminent en cauchemar dans les lits des hôpitaux. Pour preuve, de nombreuses ‘’vedettes’’ de cortège gardent toujours des séquelles à vie (traumatismes carniers, fractures des membres). Les moins chanceux, rendent l’âme sur place, ou généralement avant même les sept jours de la chambre nuptiale des mariés.  « Sur la route de Kati, lors du mariage d’un voisin du quartier, mon jeune frère a perdu la vie, l’année de son bac même, à la suite d’un accident avec un gros porteur », raconte avec tristesse A.D. Qui ajoutera que lors des funérailles de celui-ci, aucun membre de la famille des mariés n’était présent à leurs cotés.

Des spécialistes de cortège !

Aujourd’hui,  le cortège de mariage est devenu comme une obligation, une étape cruciale de la cérémonie de mariage. D’ailleurs, c’est la source de motivation de présence des jeunes. Pour se faire, les amis du marié, généralement les itinéraires du cortège et prennent en charge tous les frais inhérents. A savoir, la dotation en carburant et les frais d’invitation des acrobates de motos. Des vrais cascadeurs sous le pseudonyme de « mal-vie », qui sont entrain de se faire de la réputation dans presque tous les quartiers de la capitale, à cause de leurs prouesses lors des cérémonies de mariage.  Si les autres participants au cortège violent toutes les règles du code de la route, ces derniers ont la tâche de faire des acrobaties au niveau de tous les endroits de grande affluence. Ils se croient tout permis lors de ces cérémonies de mariage.  Ce qui est regrettable, c’est le fait que tout cela se passe devant nos agents de la circulation routière, sans qu’ils ne lèvent le petit doigt. De leur coté, on évoque le manque de moyens adéquats pour bien réprimander. Malgré tout, des sorties d’agents du GMS, en renfort à ceux de la CCR sur les carrefours sont constatées durant certains jours de ces cortèges. Cependant, ils n’entreprennent aucun moyen de dissuasion, pour sensibiliser, sinon traquer ces adeptes de cortège, depuis les mairies ou au niveau des concessions des mariés.

En somme, il faut que  les uns et les autres sachent que sa liberté s’arrête là où commence celle des autres. Les leaders d’opinions, les medias doivent rassembler leurs efforts pour sensibiliser la population à prendre conscience.  Les structures chargées de ce domaine sont  aussi interpelées en premier chef.

Fily Sissoko.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Contre ces Cortèges de mariages il y a déjà eu de la sensibilisation et plusieurs mesures qui ont été abandonnées à la longue.Les autorités actuelles devraient commencer par interdire les engins à 2 roues des cortèges de mariages avant de prendre des sanctions sévères contre les chauffeurs-fauteurs de troubles. 😉

Comments are closed.