Création d’une coalition pour exiger la tenue des concertations nationales

14 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

BAMAKO – Des acteurs politiques et de la société civile, réunis au sein d’une plate-forme dénommée Coalition pour les concertations nationales immédiates souveraines et pour le changement au Mali, ont  »exigé », mardi, que lesdites concertations se tiennent du 10 au 15 janvier prochain, sans lesquelles ils vont regagner la rue à travers diverses manifestations.

Les membres de la nouvelle Coalition (au nombre desquels on note la COPAM, IBK Mali 2012, le Front patriotique pour le Mali, le MP 22, le RPM, la COPAM-Forces Vives, l’Association DJOKO NI MAYA) ont annoncé sa naissance lors d’une conférence de presse, tout en déclarant qu’ils  »ressentent avec douleur l’attitude de haute trahison du président par intérim, le Pr. Dioncounda Traoré.

D’après leur  »constat, le président par intérim refuge la tenue de ces assises nationales, pourtant attendues par la communauté internationale en écho avec l’attente et les exigences du peuple malien ».

Selon eux, ces concertations nationales  »constituent un passage obligé pour la réalisation des objectifs cardinaux et sacrés de la transition que sont la libération du Nord et l’ organisation d’élections crédibles et transparentes ».

A leurs avis, les résultats des concertations nationales  »sont réputés d’application obligatoire et immédiate parmi lesquels, le Conseil national de transition pour le changement et les autres organes reconnus pertinents ».

Ceux-ci estiment que les  »changements profonds sont à consacrer par l’adoption d’un acte fondamental (synonyme de dissolution de la constitution en vigueur, Ndlr) ‘‘.

Pour se faire entendre, ils se disent  »déterminés à s’opposer par tous les moyens légaux ». Ainsi, envisagent-ils  »d’organiser mercredi un sit-in et une marche le jour suivant s’il y a lieu ».

Evoquant ce qu’ils appellent haute trahison du président Dioncounda Traoré, les signataires de la plate-forme ont cité son ‘ ‘renoncement implicite à la tenue des concertations nationales sans l’avis du peuple, sa démarche cavalière de soumettre sa feuille de route à l’Assemblée nationale »

Ce,  »au mépris du projet de  feuille de route élaboré par la commission nationale d’organisation et au mépris de la tenue des concertations nationales », sans oublier  » le risque entretenu de mettre en conflit la communauté internationale et les forces vives du Mali par ce contexte de confusion », ont-ils ajouté.

Par ailleurs, ils ont laissé entendre:  » Nous, forces patriotiques, politiques et sociales, soutenons sans réserve l’ armée malienne et réaffirmons notre engagement pour qu’elle réalise la mission régalienne de libération du Nord ».

Xinhua / 08/01/2013

 

14 Réactions à Création d’une coalition pour exiger la tenue des concertations nationales

  1. ALDJOUMA

    « le Conseil national de transition ». AU moment où nos soldats se battent sur le front certains ne trouvent mieux à faire que de chercher à entrer dans le conseil national de transition alors même que la transition est cessée être de courte durée. Ils veulent qu’il y ai concertation pour occuper des postes. Ont-ils pensé à ce qui sont au front? Ne sont ils pas des maliens ces militaires qui se battent en ce nomment eux qui ont d’autres soucis? Si pour avoir des places vous faites tomber le pays entre les mains des Djihadistes eux ils savent bien ce qu’il faut faire des apatrides de votre espèce. Courage Messieurs faites tomber votre pays et on verra!

  2. Je couraque ilfo lê tous en pirison. On parle de Co ncertation pór qualquer person modi lactue.conciticon di MALI Evote par lá voi refodom cete 12milhon de Malienne e lá concertation. A que person Selma .

  3. sadian

    La rue n’appartient à personne et vous pouvez sortir autant que vous voulez mais de grace n’emballer pas nos enfants à vous suivre.Pauvre Maliba. Il est rempli de gens sans vergogne.

  4. c’etonnant IBK ne honte de figurer dans ce groupe qui veux casser le Mali!pour moi il etait parmi le grand politicien qui aime ce pays.

  5. soldat rate

    MOI JE PENSAIS QUE CA EXISTAIT DEJA CETTE BETISE….YEREWOLO TON!!!!

    Moussa Ag, qui voit qu’on veut reinventer la roue au Mali…on n’a deja des associations de cancres qui s’occupent des betises…FAUT JUSTE JOINDRE….ET CONCERTER

  6. donko

    Bon courage les vrais patriotes et ne lachez rien jusqu’à la tenue des concertations nationales souveraines pour instituer des organes plus crédibles pour la transition.
    Nous vous soutenons de toute notre énergie et l’accusation de haute trahison du Président par intérim est bien fondée car il devie la souverainété populaire par son refus donc battez-vous bien pour obtenir la tenue des concertations nationales.
    Osez lutter c’est oser vaincre et la lutte ne fait que commencée!

    • Moustaph Camara

      tu es en retard ptit :lol: :lol:

    • Diarraf Kelle

      Cest « pousse toi pour que je m’assoie ». Ayant pitie de ce pays qui a tant donner a ses enfants et eux ne font le saigner tous les jours. A ces moments difficiles de la vie de notre pays, sachons raison gardee et faisons face la menace qui se pointe a l’horizon. Il n y a pas une seule personne parmi eux. Ils ont tous a un moment ou autre gere ce pays et ils doivent compte le moment venu. L’heure nest pas a mettre a Koulouba d’autres personnes fatiguees ou des carnaciers, l’heure est rassemblement. On a perdu toute dignite et la culture du travail, tout ce qui reste, de sont des marches. Tant etonnant, ce Sont des gens de l’AEM ou leurs createurs. Que Dieu sauce Mali.

      • Madjèden

        Mon cher, ouvre un peu tes yeux pour faire une bonne analyse. C’est justement à cause de la difficulté du moment qu’il y a urgence de tenir des concertations nationales au Mali.
        Qu’est-ce qui empeche cette concertation en realité? De quoi on t peur les tenants du pouvoir? De cette facon de gerer les pays, je pense que c’est vriament de l’aventurisme politique. Dioncounda ne peut pas se fier à cette idée de majorité. En cette periode, il n’y a plus de majorité, mais rassemblement pour sauver un Mali ne danger.
        Donc la tenue des concertations devait vraiment etre un préalable à toute activité gouvernementale.

        • LE BOUCHER

          Où est le ministre de la sécurité ?
          Il est temps de mettre les troubles fête au pas.
          Nous avons toutes les institutions pour un Mali meilleur,
          Allons à l’essentiel : Election et reconquête des zones occupées

  7. MOHAMED KEBIR

    vraiment au moment où votre pays doit se mobiliser pour chasser les terroristes ….il y a encore des gens qui veulent distraire la galerie…..

  8. Moustaph Camara

    le pays en guerre et vous voulez faire du désordre pour aider vos complices d’Ansardine. On ne vous laissera pas faire.