CRI-2002 et le renforcement de la citoyenneté : C’est parti pour le répertoire des chefs de quartiers de Bamako

Après Koutiala et Sikasso, et bientôt Badiangara, le Cercle de réflexion et d’information pour la consolidation de la démocratie vient de procéder au lancement officiel du répertoire des chefs de quartiers du district de Bamako, tandis que la remise officielle de leurs décisions de nomination n’est plus, selon Dr. Abdoulaye Sall, qu’une question de jours.


Au centre le président de Cri-2002, entouré du secrétaire général de la mairie de la Commune VI (à gauche) et des chefs de quartiers du district

Cri-2002 est rentré de plain-pied dans la phase d’opérationnalisation des résultats et recommandations issus de ses différents exercices participatifs et démocratiques. Financé grâce à l’appui de la Coopération suisse, ce chantier se veut un cadre de collaboration entre les acteurs étatiques et non étatiques sur la valorisation du rôle et de la place des autorités et chefs traditionnels dans l’ancrage démocratique et la réussite décentralisation.
Après Koutiala, Sikasso, l’organisation d’appui à la citoyenneté a procédé samedi dernier au répertoire des chefs de quartiers de Bamako. Si dans les deux localités citées, la remise officielle de leurs décisions de nominations est déjà faite, pour les 63 chefs de quartiers des six communes du district de Bamako, la concrétisation du projet n’est plus qu’une question de jours.
La cérémonie de lancement dudit répertoire, qui a eu lieu ce samedi 3 novembre dans la salle de conférence de la mairie de Commune VI, a en effet enregistré la présence de l’ensemble des chefs de quartiers du district de Bamako ou leurs représentants. Ceci, explique leur représentant, témoigne de leur engagement à jouer pleinement leur rôle de moteur de la décentralisation et du développement communautaire.
Le porte-parole “des chefs” (comme les appellent certains) a fortement salué l’initiative de valorisation de leur rôle par Cri-2002. Pour lui, il s’agit d’une action citoyenne qui renforce la gouvernance décentralisée.
La collaboration entre les chefs de quartiers et l’association Cri-2002 remonte à 2004 à travers les premières grandes actions d’appui à la citoyenneté. De cette date à ce jour, que de chemin parcouru, pour lequel le président de Cri-2002 a rendu grâce à Dieu !
Les chefs de quartiers jouent un rôle de premier plan dans le développement du pays. Malheureusement, regrette Dr. Abdoulaye Sall, ce rôle n’est pas valorisé à hauteur de souhait.
Ils jouent un rôle de service public de proximité, d’auxiliaire fiscal de l’administration, mais et surtout un service d’auxiliaire de justice, notamment leur rôle dans la prévention et la résolution des conflits. En clair, explique le président de Cri-2002, les chefs de quartiers sont la colonne vertébrale de nos sociétés, et, dit-il, il est impossible de prétendre bâtir une société démocratique sans leur pleine participation.
La situation au nord est révélatrice du rôle de ces anciens dans notre société, poursuit Dr. Sall. Dans cette localité coupée du reste du pays suite au conflit armé, en l’absence de l’administration, de l’armée et de la justice, ce sont les chefs de villages et les autorités traditionnelles qui assurent la continuité des affaires courantes.
“Pourtant ce sont des chefs sans papiers, tout comme leurs homologues du Sud”, regrette le président de Cri-2002, qui salue la concrétisation du projet d’établissement des décisions de nomination pour l’ensemble des chefs de quartiers de Bamako, après celle de Koutiala et de Sikasso.
Comme pour démontrer que Cri-2002 vient de franchir une étape décisive dans la reconnaissance et la valorisation du rôle des chefs de quartier dans l’ancrage de la démocratie.
Issa Fakaba Sissoko

PARTAGER

1 commentaire

  1. Le Mali a des problèmes plus sérieux que de faire des imbécillités pour ce faire remarquer et chercher à devenir ministre. Le faux docteur des femmes n’est qu’un opportuniste sous tous les soleils.

Comments are closed.