Crise entre la direction générale des impôts et la section syndicale : Matinée chaude hier à la DGI, le syndicat projette une grève de 72 heures à compter du 13 août

3

Les travailleurs des impôts étaient sortis massivement hier dans la matinée pour exprimer leur soutien à leur section syndicale dirigée par  l’inspecteur des impôts, Dr Ali Ousmane Daou. Cette manifestation soudaine fait suite à la décision du Directeur général d’interdire la tenue hier d’une conférence de presse du syndicat dans la salle de conférence du siège à l’ACI 2000. Il est aussi accusé par les syndicalistes d’avoir manipulé la mise en place d’une autre section syndicale pour saboter leur mouvement. Le syndicat projette d’aller en grève de trois jours à compter du 13 août.

 

 

Le secrétaire général du syndicat, Aly Ousmane Daou entouré de certains membres de son bureau

Rien ne va plus entre le Directeur général des impôts, Dionkè Diarra et la section syndicale dirigée par  l’inspecteur des impôts, Dr Ali Ousmane Daou. La tension est montée hier quand la section syndicale a annoncé l’organisation d’une conférence de presse pour déclaré un préavis de grève pour le 13 août prochain. La direction générale a pris une note interdisant la tenue de cette conférence de presse au siège. Pour veiller au respect de cette mesure, elle a fait appel aux forces de l’ordre. Hier dès le petit matin, un imposant cordon de sécurité composé de policiers et d’éléments de la garde nationale, a pris d’assaut la cour et la devanture de la direction générale des impôts. La section syndicale, après un entretien avec les responsables des forces de l’ordre, a par précaution, annulé la tenue de la conférence de presse au siège. Elle s’est alors rabattue sur la maison de la presse pour tenir la rencontre. Mais avant d’y aller, le bureau a rassemblé les militants dans la cour pour leur faire le point de la situation. Au cours de cette assemblée générale  improvisée, les uns et les autres n’ont pas manqué de proférer des slogans hostiles au Directeur général Dionkè Diarra.. Le secrétaire  général a remercié ses camarades pour cette démonstration de force qui vise à mettre en garde la direction générale. Il a ajouté que la présence des forces de l’ordre ne va pas les intimider  ni les museler, le combat sera mené jusqu’au bout.

 

Et que la direction générale va échouer dans sa tentative de création d’un syndicat parallèle affilié à la tendance Siaka Diakité du Syntade  alors que l’actuel syndicat est avec le nouveau bureau du Syntade dirigé par Yacouba Katilé.  Les militants sont alors allés à la maison de la presse pour la conférence de presse.

 

Dans son préavis de grève, la section syndicale revendique avant le 10 août prochain,  la relecture du décret 02-299 du 3 juin 2002 et de l’arrêté 06-0797 du 19 avril 2006; l’adoption du projet de décret portant plan de carrière des cadres des impôts, l’adoption du statut particulier de l’agent des impôts, l’audit du fonds d’équipement de la Direction générale des impôts pour les cinq dernières années. Aussi, le syndicat exige la prise sans délai des mesures qui s’imposent pour que cessent les menaces, injures publiques et intimidations sur les syndiqués afin de créer une atmosphère sereine, l’affectation d’un siège au syndicat et la transmission au bureau du rapport de la mission d’enquête sur l’écart constaté dans le montant de la prime avant le 10 août prochain.

 

 

Par rapport à ce dernier point, les syndicalistes affirment haut et fort que la Direction générale avait soutiré plus de 400 millions de FCFA à la prime sur les recettes réalisées en 2012 et qui devraient être repartis entre les agents. Et que cette somme a été par la suite restituée après la pression du syndicat. En tout cas, la section syndicale qui a eu le soutien de ses homologues de la douane, des domaines et de la DNCC, a promis d’user de tous les moyens légaux pour faire aboutir ses revendications.

 

Youssouf CAMARA

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Djonke c’est le beau frère de DIONCOUNDA qui a remplacé le beau frère d’ATT donc il se croit tout permis cassez lui les couilles car on est dans un pays de droit et il n’est pas au dessus de la loi

  2. Un peu de retenue! Les greves en temps de transition ne riment avec rien!! Mieux vaut attendre les nouvelles autorités!

Comments are closed.