Débat entre soufis : A la recherche de la meilleure chose sur terre

0

La communauté des soufis était réunie à Djicoroni-Para les 11,12 février 2016 chez Cheick soufi Bilal Diallo pour débattre sur le thème « ce qui est  le plus  bon pour la vie sur terre».

 Le terme soufi, selon plusieurs définitions désigne un individu parvenu à la réalisation spirituelle totale, et non un aspirant à une telle réalisation intérieure, qui devrait être appelé moutaçawwif. Mais, en pratique, les maîtres eux-mêmes emploient le terme « soufi » d’une façon beaucoup plus globale et indistincte, conformément à un principe général qu’exprime bien le hadith suivant du Prophète rapporté par Abou Daoud et jugé authentique par cheikh al Albany : « Quiconque imite un peuple en fait partie. »

Le débat sur la vie sociale  entre Soufis de divers horizon est une initiative de Cheick Soufis Bilal Diallo. L’objectif de ce débat est de montrer à la population Malienne que les soufis ont leurs mots sur toutes les questions sociales de la vie. Les soufis en dehors des prêches, du zikrs, donnent leurs points de vue sur certains sujets, d’où le thème du débat en cours « le plus  bon pour la vie sur terre».

Ce débat entre soufis était organisé sous forme de compétitions et d’élimination, dont le public tranchait après l’exposé des candidats sur leurs points de vue.

Après le premier tour sept (7) candidats se sont affrontés au deuxième round. Les sept candidats du jour étaient Cheick Moucktar (Banconi) qui  pense que c’est  limania (la foi est plus bon pour la vie sur terre, 2 Cheick Ibrahim Cissé (Mopti)  qui pense la même chose, 3 Cheick Haroun (Cote d’Ivoire) qui pense que c’est avoir le cœur purifié, 4 Cheick Konaté (la patience), 5 Cheick Ibrahim  Sidibé (l’amour), 6 Cheick  Soumaoro (Abidjan) la paix, 7 Cheick Abdoulaye Kané (Bougouni) la paix. Parmi les Sept candidats du jour on notait cinq points de vue différents à savoirs (Limania, avoir le cœur purifié, la paix, l’amour, la patience).

Au cours du débat, chaque candidat apportait des versets du Saint Coran, des exemples sur la vie sociale  pour défendre sa thèse. Après plusieurs heures d’échanges et de discussion entre les candidats eux-mêmes,  deux restants se retrouvent en finale le vendredi prochain.

Les deux finalistes sont Cheick Ibrahim Sidibé qui défendait «  l’amour »  et Cheick Haroun « la purification du cœur ».

Signalons que le débat entre soufis a enregistré la présence de plusieurs personnalités, l’imam du quartier de Djicoroni para entre autres. Les soufis ont demandé à l’ensemble de la population de venir assister à la grande finale du débat entre soufis sur la vie sociale.

Boubacar Diam Wagué

 

PARTAGER